- Page 3

  • Hody est coupable mais il peut s’en sortir

    ASSISES DE LIÈGE 

    Le jury des assises a commis une erreur

    Hody.jpg

    Yves Hody avait été déclaré coupable par la cour d’assises de Liège dans le cadre de son procès pour l’assassinat de Manuel Maroquin. Mais voilà, le jury a commis une erreur dans la motivation de cette décision. Le Jalhaytois devra donc être rejugé. Et selon une rumeur persistante, il pourrait même bénéficier de « l’aide » d’Olivier Pagnier, condamné à 7 mois de prison, pour s’en sortir sans passer par la case prison. Explications !

    Coup de théâtre, ce jeudi, à la cour d’assises de Liège ! Le jury po- pulaire devait décider de la culpa- bilité des quatre accusés dans le cadre du procès de l’assassinat de Manuel Maroquin.

    Pour rappel, ce dernier a été abat- tu de deux balles dans la tête, alors qu’il quittait son domicile la nuit du 7 au 8 mars 2005, à Xhendremael. Des quatre accusés, seuls deux sont repartis avec leur sentence.

    François Toussaint, le tireur, est coupable. Absent lors de son procès, il a été jugé par défaut.
    Il prend perpet’. Le second a être fixé sur son sort est Olivier Pa
    gnier. « Le guetteur » est acquitté pour les faits d’homicide, mais il écope de 7 mois de prison pour port et détention illégale d’armes. Pour ce qui est d’Yves Hody, le commanditaire, et Hugues Dewit, le chauffeur, le jury avait également répondu par l’affirmative aux questions concernant leur culpabilité. Mais au moment de motiver leur décision, comme l’ordonne désormais l’arrêt Taxquet, les jurés ont commis une erreur juridique.

    Une faute bien légitime pour des quidams non-initiés au jargon. Mais la loi est très claire dans ce cas de figure : le procès des deux accusés est annulé. Ils devront être rejugés et sont donc... libres dans l’attente de ce nouveau procès.

    Un nouvel épisode douloureux pour la famille, qui relance de nouveau le débat sur la légitimité du jury populaire.

    Mais bien loin de ces considérations, c’est une rumeur persistante dans les couloirs du palais qui effraie la famille de Manuel Maroquin.

    Un habile subterfuge pourrait effectivement ouvrir définitivement les portes de la liberté à Hody et Dewit. Et la clé de la porte, dans ce cas précis, c’est Olivier Pagnier !

    PARTIR EN CASSATION

    L’homme a écopé d’une peine de 7 mois de prison. Vu qu’il a déjà purgé 7 mois en détention préventive, Olivier Pagnier pourrait tourner la page et passer à autre chose. Ou alors, comme la rumeur l’indique, il pourrait aussi partir en cassation avec, comme argument principal, le dépassement du délai raisonnable.

    Si Olivier Pagnier obtient gain de cause, et que cette notion est retenue dans le jugement, le nouveau procès aux assises des deux accusés Hody et Dewit pourrait alors prendre une tout autre tournure. Ils pourraient ainsi utiliser, eux aussi, l’argument de leur coaccusé du dépassement du délai raisonnable, et s’en sortir comme de grands seigneurs.

    Un scénario hypothétique, mais plausible.
    Nous avons tenté de joindre les différents avocats concernés, qui n’ont malheureusement pas pu nous répondre. 

    Un article d'ALLUSION MAZZOCCATO dans "La Meuse Verviers" du 25 janvier 2014. 

     

  • Aubel: Attention à Oupeye

    BASKET – PROVINCIALE 1 

    Basket.jpg

     

    Les Aubelois prendront la direction (s. 18 h 30) des installations d’Oupeye. La réception risque d’y être gratinée si l’on en croit le mentor mosan : « Aucun de mes joueurs n’a oublié la raclée que nous avions encaissée là-bas et ils veulent tous remettre les pendules à l’heure. »

    Les ouailles d’Alain Denoël sont donc prévenues. En espérant que celui-ci n’égare plus son GSM... 

  • Aubel B reçoit Haccourt ce dimanche à 14 heures.

     

    Il n’y aura pas de match ce week-end en P2C et P3D puisque le comité provincial a décré- té une remise générale dans ces sé- ries pour ce week-end. 

    En 3ème provinciale C, Aubel B reçoit Haccourt ce dimanche à 14h30.

  • Le 10e repas de la solidarité pour Vivie

    Vivie.jpg

    C’est par un décès que l’aventure de l’espace bien-être du CHPLT débute. Celui de Viviane Elsen, une infirmière de l’hôpital verviétois qui pendant 15 ans a lutté contre un cancer généralisé. Et pour l’aider dans ce combat, elle a eu recours à différentes techniques de bien-être qui lui permettaient de mieux supporter les thérapies toujours très lourdes. Une expé- rience qu’elle a voulu partager avec les autres patients cancéreux en traitement au CHPLT. Avec des médecins et du personnel hospitalier, le projet de la création d’un espace bien-être au centre hospitalier verviétois est lancé.

    Viviane décède en février 2012. Un an plus tard l’espace Vivie s’ouvrait « Vivi comme nous nous plaisions à la surnommer avec symbolique » précisent les membres de l’asbl « Vie à Vivie » fondée dans le but de récolter les fonds nécessaires au fonctionnement de cet espace qui désormais fait partie intégrante des soins en oncologie.

    « Parce que le cancer est l’affaire de tous », la commune d’Aubel a choisi cette association voisine comme bénéficiaire de son 10e repas de la solidarité. Celui-ci est programmé pour le dimanche 2 février. avec au menu une potée aux carottes et un dessert au prix de 15 euros pour les adultes et de 10 euros pour les enfants. Si nous vous en parlons cette semaine, c’est pour vous permettre de vous inscrire avant le 27 janvier que se soit au Press-Shop d’Aubel, à l’Of- fice du Tourisme ou encore à l’association Vivie au CHPLP. 

  • Dewit et Hody devront être rejugés

    9ème JOUR A LA COUR D’ASSISES

    Le jury a confondu des notions juridiques

    Procès.jpg

    Après neuf heures de délibération et de motivation de leur décision, les jurés de la cour d’assises de Liège ont déclaré jeudi François Toussaint coupable de l’assassinat de Manuel Maroquin. Olivier Pagnier a été acquitté pour l’homicide mais déclaré coupable de port et détention illégale d’arme. Les magistrats de la cour d’assises de Liège ont désavoué jeudi soir une décision prise par le jury en estimant qu’il s’est trompé sur des notions juridiques lors de la déclaration de culpabilité de deux des quatre accusés. Yves Hody et Hugues Dewit devront donc être rejugés par une autre cour d’assises. Pour Yves Hody, le jury avait répondu par l’affirmative à la question de l’homicide. Mais lors de la rédaction de la motivation de la décision, la Cour a constaté que le jury s’était manifestement trompé dans l’application des règles de droit en confondant des notions juridiques. La Cour a décidé de renvoyer sa cause à une session ultérieure de la cour d’assises. Il devra être rejugé lors d’un autre procès. Hugues Dewit (39 ans), présenté comme le bras droit de François Toussaint, l’avait accompagné sur le lieu des faits. Il avait notamment aidé à immobiliser Manuel Maroquin alors qu’il était au volant de son véhicule. Dewit avait aussi volé les clés de la voiture, alors que François Toussaint faisait feu. Hugues Dewit avait été légèrement touché par un impact. Pour Hugues Dewit également, la Cour a décidé de renvoyer également sa cause à une session ultérieure de la Cour d’assises. Il devra également être rejugé lors d’un nouveau procès.

    TOUSSAINT ET PAGNIER DÉCLARÉS COUPABLES

    François Toussaint (48 ans) était l’homme qui avait abattu Manuel Maroquin de deux coups de feu dans la tête. Il ne s’est pas présenté à son procès et a été jugé par défaut. Il a été déclaré coupable de l’assassinat de Manuel Maroquin. Olivier Pagnier (40 ans) était également présent sur le lieu des faits avec une position nettement plus en retrait. Les jurés l’ont acquitté de l’homicide mais l’ont déclaré coupable de port et détention illégale d’armes.

    LE JURY S’EST TROMPÉ

    Un incident assez rare s’est produit lors de la motivation du jury sur les culpabilités retenues contre Yves Hody et Hugues Dewit. Le jury avait reconnu ces deux accusés coupables de meurtre. Mais la cour, lors de la rédaction de l’arrêt de motivation de cette décision, a constaté que le jury s’était manifestement trompé. Après les explications données dans la délibération sur la motivation de la décision du jury, la cour a constaté que les jurés ont confondu les notions juridiques relatives à la participation à un crime et à celle d’intention criminelle. En conséquence, la cour a décidé de renvoyer les deux accusés à une session ultérieure. Hugues Dewit et Yves Hody devront être rejugés par un autre jury, devant une autre cour d’assises.