- Page 3

  • Aubel battu ... deux fois

    En 3ème provinciale C, l'équipe première à été battue 3-0 à Honsfeld.

    Buts: 17e, 23e, 85e Daniel Henkes (3-0)

    Honsfeld: A. Henkes, B. Rauw, P. Thé- len, M. Heinzen, P. Jost, D. Collas, M. Behrens (55e F. Gabriel), R. Vronen, Daniel Henkes (90e S. Szillat), St. Henkes, C. Mertens (75e Denis Henkes)

    Aubel: L. Beckers, V. Juprelle, P. Pes- ser, St. Simons, D. Alvarez (50e O. Meyers), A. Bastin, L. Di Falco, St. Gillis, F. Heins (85e F. Oepen), J. Spierts, C. Willem (60e Ch. Charbon)

    Cartes jaunes: 24e Pesser, 45e Willem, 65e St. Henkes et 85e Di Falco

    Carte rouge : 75e Juprelle Arbitre: M. Klerx

    Assistance: 67 payants

    L'équipe B d'Aubel a été battue 2-0 à Cornesse

    Buts: 30e Benitez (1-0), 80e Th.Godart (2-0).

  • Quand le qualificatif « halal » suffit à scandaliser

    image.jpg
    « Aubel : les boissons sans alcool de Stassen sont reconnues halal » : c’était le titre d’un article paru ce mardi, dans notre édition papier et sur internet. Un article qui signale que la société Stassen, à Aubel, a fait certifier ses cidres sans alcool comme halal, de manière à pouvoir conquérir de nouveaux marchés dans les pays musulmans.
    Une décision stratégique intelligente, puisqu’elle ouvre de nouvelles et grandes perspectives pour la firme aubeloise. Mais là où nous voyons la preuve d’un dynamisme entrepreneurial, de nombreux internautes en ont fait un scandale. « C’est dégoûtant », « dans ce cas, je vais boycotter les produits de cette société »... Des réactions complètement ahurissantes qui sont pourtant venues en nombre sur notre site. Pourquoi ? Car on ne parle même pas d’une recette changée pour percer sur ces marchés, mais simplement d’une certification d’un produit existant, attestant que ces boissons sont autorisées par l’Islam c’est-à-dire sont désalcoolisées et ne contiennent pas de produits à base de porc, comme de la gélatine. Les cidres sans alcool de Stassen ont toujours le même goût qu’avant. Alors, pourquoi tant de haine ? Simplement parce qu’on parle de « halal » ? Alors qu’on n’est pas du tout dans le cadre de questions d’intégration ou de vivre ensemble ici. Décidément, le racisme ordinaire se niche partout.

  • Aubel en déplacement

    Ce dimanche à 14 h.30, l'équipe première d'Aubel se déplace à Honsfeld pour son match en 2ème provinciale C, tandis que Aubel B se déplace à Cornesse pour son match de championnat en 3ème provinciale C.

  • KIN-BALL – DU 30 OCTOBRE AU 3 NOVEMBRE

    La Coupe du Monde débute mercredi
    Le hall du Paire, théâtre de la Coupe du Monde de tennis de table à partir de ce vendredi, accueillera dans la foulée un deuxième événement d’envergure : la Coupe du Monde de Kin-Ball (du 30 octobre au 3 novembre). En quelques repères chiffrés, on vous emmène à la découverte d’un événement aux forts accents régionaux et d’un sport en plein développement.

    image.jpg



    3 Trois clubs régionaux ont pris l’organisation en charge
    Ce sont les clubs Le hall du Paire, théâtre de la Coupe du Monde de tennis de table à partir de ce vendredi, accueillera dans la foulée un deuxième événement d’envergure : la Coupe du Monde de Kin-Ball (du 30 octobre au 3 novembre). En quelques repères chiffrés, on vous emmène à la découverte d’un événement aux forts accents régionaux et d’un sport en plein développement.

    3 Au Kin-Ball, trois équipes de quatre s’affrontent
    La première particularité du Kin-Ball, c’est qu’un match met trois équipes aux prises et non deux. On retrouve quatre joueurs dans chacune des trois équipes (les bleus, les gris et les noirs), sur un terrain de 20 mètres sur 20. Deux arbitres sont également présents et les remplacements ne sont pas limités. « L’équipe qui va frapper le ballon (1m20 de diamètre) doit appeler l’une des deux équipes adverses et, au moment de la frappe, tous les joueurs de l’équipe doivent être en contact avec la balle », explique Xavier Corman, responsable du comité d’organisation de la Coupe du Monde. Au Kin-Ball, le fair-play est une valeur très importante. L’esprit d’équipe, le respect, la coopération ou encore la vitesse d’exécution caractérisent aussi ce sport peu médiatisé apparu en 1986 à Québec.

    4 La Belgique figure parmi les 4 meilleurs mondiaux
    « La Belgique est dans les quatre meilleures nations au monde avec le Canada, le Japon et la France, qui est plus ou moins au même niveau que nous. Les hommes sont cham- pions d’Europe en titre, les dames, vice-championnes. Après la dernière Coupe du Monde, on s’est entouré de professionnels de la préparation physique et on a des ambitions très élevées », signale Geoffrey Randaxhe, le directeur technique de la fédération francophone. « Le but, c’est la finale, tant pour les hommes que pour les dames. »

    11 Au total, onze nations seront représentées au Mondial
    « On comptait avoir six nations », reprend Xavier Corman. Au final, il y en aura onze: outre la Bel- gique, on retrouvera l’Allemagne, la France, le Japon, la Chine, la Corée du Sud, le Canada, la Répu- blique Tchèque, l’Espagne, le Da- nemark et la Suisse. Mais certains pays ne seront pas présents sur les deux tableaux (hommes et dames). « Il y aura onze pays chez les messieurs, huit en dames. »
    Les délégations seront hébergées soit au domaine de Wégimont, soit au CREFF de Blegny, soit à l’Hôtel Verviers. « Chacun a pu choisir », poursuit notre interlocuteur. « Les équipes s’entraîneront à Battice, à Aubel et à Ensival. »
    Au total, 194 joueurs et joueuses seront présents, ainsi que divers accompagnateurs, pour atteindre les 220 personnes.

    600 La fédé francophone a plus de 600 membres
    La fédération francophone de Kin-Ball existe depuis 13 ans et compte entre 600 et 650 membres pratiquants. Ce qui fait de la Belgique la plus grosse nation européenne.
    « Pour le moment, la fédération est une ASBL obligée de vivre sur fonds propres », reprend Geoffrey Randaxhe. L’objectif, c’est d’obtenir une reconnaissance de l’ADEPS, manière d’avoir droit aux subsides. « L’un des critères, c’est d’être développé dans l’ensemble des provinces francophones. L’axe Liège – Bruxelles, c’est ok, mais sur l’axe Luxembourg-Namur, on n’a pas de club. »
    La Coupe du Monde pourrait peut-être permettre d’accélérer les choses.

    20.000 dépliants ont été distribués
    Les organisateurs ont tenu à faireconnaître leur événement et l’en- gouement semble être au rendez- vous. Il faut dire que plus de 20.000 dépliants ont été distribués. « On essaye de faire un gros coup de promotion pour avoir d’autres personnes que les connaisseurs », commente Xavier Corman. « On a prévu plus ou moins 600 spectateurs par jour, 1.000 pour les demi-finales et 1.200 à 1.300 pour les finales. » Le ticket est vendu 1,5 euro/jour et 5 euros pour les 5 jours.

    75.000 Le budget de l’organisation
    « Au niveau du budget, on en est à environ 75.000 euros (dont environ 20.000 de sponsoring) pour couvrir tous les frais », termine Xavier Corman.

    Un article d' OLIVIER DELFINO dans "La Meuse Verviers" du 25 octobre 2013.

    LES SÉLECTIONS : TRÈS RÉGIONALES

    La sélection hommes. Elliot Finet (Bruxelles), Dante Servais (Bruxelles), Pierre Piron (Aubel), Yoann Vandormael (Herve), Kevin Crousse (Herve), François Barbier (Welkenraedt), Tarek Touati (Herve), William Geron (Aubel). Thierry Marquette est l’entraîneur.

    La sélection dames. Wendy Mar- tin (Welkenraedt), Jessica Pimenta (Aubel), Laura Pimenta (Aubel), Manon Roex (Aubel), Nadège Cor- man (Welkenraedt), Zoé Geron (Aubel), Charlotte Hogge (Aubel) et Morgane Depasse (Bruxelles). Marie-Lorraine Boddin est la coach de l’équipe.
  • Christophe Charbon (Aubel) a déjà 11 buts à son actif pour cette saison

    FOOTBALL - PROVINCIALE 2
    Les deux meilleurs buteurs
    Christophe Charbon (Aubel) et Youness El Abbadi (Amblève) font trembler les fi
    lets

    image.jpg



    Youness El Abbadi (2 buts) et Christophe Charbon (3 buts) ont encore fait parler la poudre dimanche et ils trônent en tête du classement des buteurs de la P2C...
    Le gros problème, pour un entraîneur, est d'avoir dans son équipe un joueur capable de pousser le ballon dans le fond du but de manière régulière. A Aubel et Amblève cette saison, Christophe Charbon et Youness El Abbadi sont souvent présents pour décanter une situation délicate. Et ce n'est pas pour rien que leurs formations se retrouvent aux deux premières places.
    « J'avais scoré à 31 reprises la saison passée et cela risque d'être un peu juste lors de cet exercice car j'ai seulement marqué 11 fois en 12 rencontres. Maintenant, si je parvenais à inscrire 20 ou 25 buts, je serais déjà très heureux » explique « Schlam ».
    Christophe Charbon est plus réservé quant aux prochaines saisons.
    « Aubel est mon club depuis toujours, et je n'ambitionne pas spécialement de retrouver la P1! » lance Christophe. « Cependant, si tel devait être le cas en fin de saison, je trouverais cela super pour tous nos jeunes éléments talentueux, et je resterais encore une saison pour les aider à franchir un nouveau palier dans leur carrière! A 30 ans, je suis presque sur la fin, mais comme il règne une fantastique ambiance dans notre club, cela me donne envie de réaliser de bonnes prestations, en tentant de trouver l'ouverture dès que possible, dans cette magnifique série de la 2C, où tout le monde peut battre tout le monde. »

    Extraits d'un article d' ALAIN SIEMES dans "La Meuse Verviers" du 23 octobre 2013.