- Page 3

  • Un écoparking au rond-point des vaches

    Ecoparking.jpg

    Des « écoparkings » pour un « écovoiturage » : c’est le projet développé par la Province de Liège. Elle compte aménager 54 sites de parking dans la province pour faciliter le covoiturage. Dans l'arrondissement de Verviers, 12 sites ont été repris. Le premier écoparking verviétois devrait voir le jour à la sortie d’autoroute de Malmedy d’ici un an.

    Bornes pour le chargement de véhicules électriques, bulles à verres, abris pour les vélos et motos, arrêt de bus, tables et bancs… Voilà ce qu’on trouvera dans les futurs écoparkings de la province de Liège, un projet qu’elle présente comme une opération unique en Wallonie initié en 2009.

    On entre maintenant dans la phase concrète du projet : les premiers dossiers sont à l’étude alors que le Conseil provincial vient de décider d’investir 5 millions d’euros dans ce réseau de parking favorisant le covoiturage.

    Si 54 parkings sont prévus d’ici quatre à cinq ans en province de Liège, 12 devraient être installés en région verviétoise. Actuellement, une quinzaine de projets sont déjà étudiés pour passer ensuite à la mise en œuvre, dont 1 chez nous., à la sortie de l’autoroute à Malmedy.

    Les sites retenus sont pour la plupart situés le long des autoroutes E40, E42 et E25… sauf trois du côté de Butgenbach et Bullange. Il s’agit à chaque fois de sites déjà utilisés par les navetteurs, on pense par exemple au parking près du « rond-point des vaches » à Battice (que les Aubelois utilisent déjà pas mal) ou à Chaineux.

  • Dissolution de l'asbl RBC Verviers-Pepinster. Des pertes pour Aubel.

    Desama.jpg

    Claude Desama avait défendu le prêt via Finimo.

    Verviers et Pepinster ne seront pas les seules à souffrir financièrement de la dissolution de l’ASBL du RBC Verviers-Pepinster. En effet, en 2008, un prêt de l’ordre de 200.000 euros avait été accordé au RBC via l’inter- communale Finimo, active dans le secteur de l’énergie.  

    Plusieurs poids lourds de la politique régionale, Claude Desama en tête, avaient fait le forcing. Il est vrai que Verviers payait environ la moitié.

    Depuis deux mois, c’est Jean-Claude Meurens, le maïeur d’Aubel, qui préside Finimo. Il constate que depuis que ce prêt a été consenti, le basket n’avait payé que les intérêts. Désormais, le capital semble bel et bien perdu. Parmi les communes qui feront les frais de cette perte, on compte Aubel, Thimister-Clermont, Herve, Pepinster, Theux, Spa, Stoumont et Trois-Ponts.  

    Cette information est détaillée dans "La Meuse Verviers" de ce lundi 25 mars 2013.

  • FUTSAL-LIGUE - Division 2 B - défaite pour Pellos Aubel

    Le résultat du match entre Pellos Aubel et Pharos St-Nicolas ne laisse plus d'espoir pour Aubel: 5 - 6.

    Voir le billet de vendredi.

  • Remise générale

    foot.jpg


    Suite aux précipitations hivernales tombées en ce début de journée et à la dangerosité des routes, le Comité Provincial de Liège vient de décréter une remise générale de tous les matches officiels et amicaux pour les équipes premières, jeunes, réserves, dames et RIL pour ce 24 mars.

  • Il y a 50 ans, le conflit fouronnais s'exportait à Aubel

    A Aubel, c'est le président du comité régional des Classes Moyennes, M. Nicolas Levaux, qui exploite, rue de la Bel, un magasin - exposition de chaussures et qui fut toujours un ardent défenseur des revendications de la population francophone des Fcurons, qui a été victime de cette vengeance.

    Vers 1 h. du matin, les grandes vitrines de son magasin volaient en éclats. Il s'agit de vitres de grandes dimensions (respectivement 5 m. 25 et 4 m. 85 de largeur, sur 2 m. 10 de hauteur et 1 cm. d'épaisseur). Dans les étalages, on a retrouvé d'un côté un gros pavé, de l'autre une tête de marteau de paveur. Le préjudice est évalué à quelque 20.000 fr. Il va sans dire que M. Levaux a déposé plainte et qu'une enquête est en cours.

    On suppose que les coupables sont des flamingants extrémistes qui ont agi par esprit de représailles.

    Il est à souhaiter que les coupables soient rapidement identifiés et sévèrement punis. De tels procédés, quelque puisse en être le mobile, sont scandaleux et inadmissibles.


    (Extrait du "Journal d'Aubel" du 16 mars 1963).


    En mars 1963, le teuvenois Léon Deleval passait une dizaine de jours en prison (à la suite d'un incident avec un voisin flamingant).