À Aubel, 2021 est attendu avec impatience

Capture d’écran 2020-10-29 à 08.17.28.pngAubel, comme tous les clubs de volley, s’est mis à l’arrêt depuis une semaine et fait le gros dos pour la deuxième vague de la pandémie. Pierre Vanspauwen reste fermement à la barre de la flotte après avoir essuyé une terrible tempête en mars. En fait, son navire amiral, la Ligue B, sacré et donc en droit de rejoindre la Ligue A (devenue Ligue), a coulé corps et biens en vue pourtant de sa destination.

« Le plus difficile était fait et on rejoignait enfin notre but, le top belge. Je ne vais pas vous cacher que, début mars, j’étais à la fois heureux de nos succès sportifs mais également inquiet de constater que le club ne mettait pas réellement les choses en place, ne se donnait pas les moyens de ses ambitions car c’était bien le projet de notre président, cette montée », explique Pierre Vanspauwen, qui se concentrait avec le professionnalisme qu’on lui connaît sur l’aspect sportif de sa saison.

Maurine Renard et Océane Reul, qui ont été transférées à Tchalou durant l’inter-saison, étaient, elles, déjà persuadées en janvier que l’aventure allait tourner court car aucun bruit de transfert ne leur revenait et, qu’à ce niveau, la prochaine saison se prépare à mi-saison.

Ajoutons, avec pudeur, que le président du club, Stéphan Dorthu, a connu des problèmes personnels qui n’ont rien arrangé. Un temps, il fut question d’un rapprochement avec Tchalou ; la conjoncture en décida autrement.

« UN RÊVE QUI S’EST BRISÉ »

Mais le club d’Aubel est solide et a repris sa route avec une flottille de qualité, deux promos dames, une P2, une P4,Capture d’écran 2020-10-29 à 08.17.35.png des minimes et un capitaine directeur technique toujours motivé, même s’il est légitimement déçu. « C’est une belle aventure qui s’est arrêtée et un rêve pour les filles et les supporters qui s’est brisé. Mais on continue, on reconstruit. Je donne entraînement à plusieurs équipes, aux jeunes, je coache la P2. Pour nos deux promos, c’est Nicola Wagener et Christian Greiff qui coachent », explique Pierre Vanspauwen, prêt à reconstruire un projet solide.

Une chose est certaine, Aubel a grandi très vite, trop vite, parfois en s’appuyant sur des joueuses formées ailleurs. Aubel repart avec sagesse, sans vouloir précipiter les choses, avec patience cette fois. « On prendra le temps qu’il faudra pour arriver à notre meilleur niveau, on travaille en profondeur, à long terme », explique ‘Vanspo’, qui voit néanmoins bien la Promo A monter en N3 la saison prochaine avec les meilleures jeunes du club sous la conduite de Nicolas Wagener, content de son groupe. « Cela se passe très bien, le groupe est talentueux. Nous n’avons joué qu’un match jusqu’à présent et celui qu’on devait jouer entre nous a été reporté pour cause de Covid. Il reste à espérer que le championnat débute vraiment… en janvier. » 

PHILIPPE HALLEUX dans LA MEUSE VERVIERS du 29 octobre 2020

Commentaires

  • Les commentaires courageusement signés "anonyme" ne sont pas publiés !

Les commentaires sont fermés.