1.300 covid chez le géant voisin : on en pâtit aussi

L’Allemagne est secouée par un scandale dans le domaine de la viande. Avec plus de 1.300 ouvriers d’une entreprise employant 7.000 personnes et pratiquant le dumping social contaminés au Covid. Ce qui a priori pourrait rééquilibrer les choses dans une Europe où l’Allemagne et les Pays-Bas pratiquent une concurrence que nos sociétés verviétoises du secteur considèrent comme déloyale. Mais avec des effets pervers à redouter.

« C’est un problème structurel, avec une Allemagne qui a laissé faire », déplore Martin Lovenfosse, qui emploie 350Capture d’écran 2020-06-23 à 08.12.33.png personnes à Aubel dans l’abattage porcin. « Notre personnel vit ici. On ne veut pas de ces gens venant en cars. C’est indigne du 21 e siècle. Il y a 7 ou 8 ans, dans une entreprise allemande, j’ai vu un panneau annonçant qu’on engageait pour 5 € brut l’heure ». Bien sûr, chez nous, on emploie aussi des ouvriers venus de l’Est. Mais, nuance Martin Lovenfosse, « nos Polonais, on les engage. On rame pour trouver des ouvriers bouchers et d’abattage en Belgique. Souvent, on les forme, puis ils nous quittent peu après. On a aussi des Roumains, mais ils ont une maison et vivent en famille, parfois avec leurs enfants. Ici, je n’ai jamais entendu qu’on mettait des gens dans des containers. On a beaucoup de nationalités. Dont des Africains, venus du Congo, du Sénégal… » Mais toujours payés comme les autres, insiste Martin Lovenfosse.

D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 juin 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel