Le Visétois Eric Schonbrodt est le directeur général du Spirou et son fils joue à Aubel

Aux côtés d’Axel Hervelle, moins visible mais tout aussi précieux, un autre Liégeois fait les beaux jours des Spirou de Charleroi. À 47 ans, Eric Schonbrodt est le directeur général de la société anonyme qui gère notamment le club de basket carolo.

Originaire de Thimister, né à Chênée, ce Liégeois est tombé amoureux de Visé où il réside maintenant avec l’autre amour de sa vie, son épouse Nathalie Smets, qui joua en D2 à Andrimont basket.

« C’est ce noyau familial qui est mon booster », confie le jeune habitant de la Cité de l’Oie. « Mon épouse et mes enfants comptent énormément. » Famille sportive. Comme leur papa, qui avant de devenir « B-4 » de tennis joua football (« mon père a entraîné plusieurs clubs ») comme gardien à La Minerie et à Herve, Arthur (19) et Clément (16) évoluent respectivement à Warsage et Aubel, alors que Louise (11) la cadette a pris le même chemin que maman titillant le ballon orange à Herve Battice et que vous retrouverez l’aînée Valentine (21) futur professeur d’éducation physique dans la piscine de l’équipe des Dauphins Visétois. Schonbrodt c’est un parcours atypique. Des études d’instituteur, « par défaut » insiste-t-il, puis après de la correspondance sportive des cours de marketing qui le propulse dans un grand groupe français de distribution avant des contrats auprès de plusieurs médias. « Oui j’ai travaillé pour le groupe Rossel, Sudpresse et Vlan, grâce à Bernard Marchant, quelqu’un qui m’a marqué », explique-t-il.

MANAGER ENTHOUSIASTE

Manager enthousiaste, le Visétois est aussi homme de terrain cultivant l’humain. « Il faut rester en contact avec les supporters, dans les buvettes et les cafétérias. J’adore voir mon fils jouer football à Aubel. C’est formidable, Capture d’écran 2020-06-19 à 08.06.44.pngl’ambiance de club et nos racines ça compte. » L’énergique fils de Tchantchès, citoyen de la BasseMeuse, est bien placé pour nous parler des petites différences entre les deux grandes métropoles wallonnes. Ne craignant nullement de ne pas se faire que des amis : « Liège c’est « Valeureux Liégeois » et c’est vrai, on y est capable de fédérer. À Charleroi il y a encore trop de luttes de clochers, mais on y arrive doucement avec de beaux projets dans le centre-ville. Sur la mentalité, là Liège est en avance. Quand vous demandez aux Liégeois où se situe le centre de leur ville, ils vous répondront tous « la place St-Lambert ». C’est le cœur de la Cité ardente. C’est leur identité. » 

D'un article de JEAN-MARIE KREUSCH dans LA MEUSE du 19 juin 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel