Les filles d'Aubel remontent en ligue A

Capture d’écran 2020-03-30 à 10.21.20.pngCe dimanche, le volley national était en vidéo conférence comme vendredi dernier. Le président francophone, Daniel Van Dael, se veut, comme le président provincial, Philippe Achten, rassurant mais prudent.

« Ce lundi, nous communiquerons sur les décisions au niveau national, la composition des séries », nous confiait-il sans pouvoir encore entrer dans les détails.

Une chose est certaine : Waremme restera en Ligue A et les filles d’Aubel y monteront.

La Ligue Pro l’a annoncé, il n’y aura pas de champion de Belgique cette année. « Pour les tickets européens, c’est à l’étude », ajoute Philippe Achten, qui prépare avec son CA une lettre détaillée pour ses clubs liégeois. « Pour déterminer les places, on est parti d’une règle de 3 très simple, on divise les points acquis par le nombre de matchs joués et puis on multiplie par le nombre de matchs à jouer. Dans l’ensemble, cela ne change pas grand-chose à la situation figée depuis 3 semaines », se réjouit-il à propos d’un principe qui lui semble « non le plus juste mais le moins injuste ». Au final qu’est-ce que cela dit pour nos clubs principautaires ?

« En P1, les filles d’Aubel et de Spa montent et rejoignent la Promotion (dont aucune équipe liégeoise ne descendra), comme les messieurs de Grand-Rechain et d’Herstal. Herstal, dont la Promotion monte elle en N2, une grande année pour ce club. En Promotion, on peut annoncer que les filles de Waremme et de Thimister, en tête depuis le début, rejoignent la N2. En N2 justement, les filles de St-Louis montent également, tandis que celles de Waremme devraient (notez la nuance) se maintenir en Ligue B. Les hommes de Marchin devraient se maintenir en N2, tandis qu’on a demandé à la Promotion de ce même club si elle désirait monter », révèle en substance le président provincial qui a mis la quarantaine à profit pour repenser certaines choses en matière de championnat.

« On a décidé, par exemple qu’en cas d’arrêt d’une équipe, on privilégierait les équipes qui veulent se maintenir et le font savoir plutôt que de faire monter une équipe supplémentaire », nous dit Philippe Achten. 

PHILIPPE HALLEUX dans LA MEUSE VERVIERS du 30 mars 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel