• Décès de Madame Jeannine PIRENNE

    La famille annonce le décès de Madame Jeannine PIRENNE, née à Battice le 16 juin 1950 et décédée à Plombières le 19 novembre 2019.

    La défunte repose au funérarium  à Aubel, où la famille recevra les visites mercredi et jeudi de 17 à 19 heures.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'incinération, sera célébrée en l'église Saint-Hubert à Aubel le vendredi 22 novembre 2019 à 10 heures 30.

    Le dépôt de l'urne cinéraire au columbarium du cimetière de Thimister aura lieu dans l'intimité familiale.

    En lieu et place de fleurs, la famille vous invite à faire un don aux soins palliatifs de la clinique Saint-Joseph à Moresnet sur le compte BE41 7311 1840 1710, avec la communication "En souvenir de Jeannine PIRENNE".

    Lire la suite

  • Les Aubeloises s’installent en tête de la Ligue B

    « On ne peut plus se cacher ! » Stéphan Dorthu, le président du club de volley d’Aubel, ne peut être plus clair suite 59697412-BB1C-4EC2-AF05-009A0EAC13C7.jpegau succès des dames ce di- manche contre Gand en Ligue B. Un succès net et sans bavure sur le score de 3 sets à 0 qui confirme la victoire de la semaine précédente face à Kalmthout, également sur le score de 3-0. En clair, en l’espace de deux week-ends, les Aubeloises ont battu les actuelles deuxièmes et troisièmes de Ligue B (soit le deuxième échelon national) en ne concédant pas le moindre set. Assurément un signal fort envoyé aux concurrents dans l’optique de la montée en Ligue A !


    Ce week-end, les Aubeloises se sont emparées de la première place. Elles avaient déjà occupé cette position en début de championnat la saison passée, mais cela n’avait pas duré et la fin de saison avait été plus compliquée. Cet été, les dirigeants du club aubelois ont veillé à renforcer l’équipe et le staff afin de se donner les moyens de leurs ambitions. Car la Ligue A est bel et bien l’ambition du cercle aubelois. « On a renforcé l’équipe avec Lotte Penders, une ancienne internationale belge qui est arrivée d’Anvers (Ligue A). C’est un très gros renfort pour nous et cela a été notre seul transfert entrant », signale Stéphan Dorthu, au centre sur la photo du bas. « Du côté du staff, on s’est aussi considérablement renforcé avec l’arrivée de Sven Govers en tant que T2. Il provient de Malines, entraînait Farciennes en Ligue A la saison passée et a été assistant-coach en équipe nationale féminine. C’est un gros plus pour nous et il s’occupe du scouting et des entraînements vidéo. Pierre Vanspauwen est toujours le coach. On a donc mis les moyens et on s’est considérablement professionnalisé. Le but, c’était de faire mieux que la troisième place de la saison passée... »


    Mais pour accéder à la Ligue A, ce qui constituerait une première historique pour Aubel, il n’y a qu’une solution : remporter le championnat. Il n’y a en effet qu’un seul siège montant. « Si Aubel est prêt pour la Ligue A ? C’est encore un peu tôt au niveau du club, que ce soit au niveau financier ou structurel. Pour ce qui est de la salle, elle a été transformée et on a tout ce qu’il faut pour la Ligue A. L’envie d’aller en Ligue A est là, cela a toujours été un fantasme et ce serait le Graal, mais chaque chose en son temps. En parallèle, on essaye aussi de faire progresser nos jeunes en P1 », reprend le président du club aubelois, où il n’y a plus d’équipe masculine depuis quelques années, mais où le public répond présent. « On accueille beaucoup de spectateurs. Contre Kalmthout, on était à environ 300 personnes et à une centaine ce dimanche contre Gand. »


    FAVORITES EN COUPE DE LA PROVINCE


    Avec un noyau volontairement moins étoffé que la saison passée (10 joueuses), Aubel réussit un début de championnat parfait : 6 matchs, 6 victoires, 1 seul set concédé. Mais on n’en est encore qu’au quart de la compétition, qui compte 24 matchs. Déjà éliminées en Coupe de Belgique (par une formation de Ligue A en 8e de finale), les Aubeloises devront par contre assumer leur statut de favorites en Coupe de la Province.

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 19 novembre 2019.

  • 130.000 € à payer en plus pour le centre culturel

    Un des gros projets dont tout le monde parle à Aubel, c’est le chantier du nouveau centre culturel. Un chantier de plusieurs millions, qui a été financé sans subside sous la législature précédente, ce que reproche l’opposition. Le budget de ce projet grimpe encore avec des travaux inattendus. Début octobre, le chantier était stoppé avant même le premier coup de pioche. Le sol peu stable nécessitait l’installation de pieux dans la terre afin de pouvoir bâtir cet imposant édifice.
    PLUS DE 4 MILLIONS
    Après négociations, le budget de ces travaux a enfin été fixé. La commune devra débourser 130.000 € de plus.
    Le budget du centre grimpe donc à plus quatre millions d’euros. Auparavant, il était fixé à 3,9 millions.
    Selon Francis Geron, l’échevin des Travaux, ces travaux de stabilisation du sol devraient commencer avant les vacances de Noël. Les travaux auront donc été retardés de plus de deux mois. Au total, le chantier devrait durer deux ans.
    Une situation que déplorait Francis Geron, qui connaissait l’état des sols dans la région et qui avait averti l’entrepreneur en charge des travaux que la probabilité d’utiliser des pieux était très grande.
    Ils devront descendre à 13 m afin de s’appuyer sur un sol plus stable.

    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 19 novembre 2019.

  • Week-end de feu pour William Mauclet

    De retour de blessure après près de deux moins d’indisponibilité, William Mauclet (24 ans) a vécu un week-end de haut vol. Samedi soir, il s’est tout d’abord montré décisif en égalisant peu après sa montée au jeu, avant de servir Damien Busarello auteur du but victorieux. Dimanche, c’est avec la P2 richelloise que l’avant-centre a inscrit un doublé, à Oupeye, en l’espace d’une mi-temps.
    « La montée de Mauclet a fait la différence. » Ces mots de Benoît Waucomont sont spontanés et ré- vélateurs d’une montée au jeu dé- cisive. Miné par les blessures (au nombre de 8 !), le coach bassi-mo- san a dû déjà reprendre son atta- quant pour aller à Oppagne. Bien lui en a pris, puisque dans une rencontre où les Liégeois étaient bien mal embarqués, l’arrivée de William Mauclet a sonné la révolte. « J’avais seulement repris à fond les entraînements la semaine passée », indique l’ancien offensif du RFC Liège, arrivé à Richelle cet été en provenance d’Aubel et qui soignait une déchirure de 7 centimètres aux quadriceps depuis le 24 septembre. « Après autant de matches manqués, ce retour fait vraiment du bien. Je ne m’y attendais pas car ce match à Oppagne était très compliqué, nous étions mauvais. Cinq minutes après ma montée, j’égalise d’une frappe à la retourne, sans regarder le but, à l’instinct.

    Près de 16 heures plus tard, c’est bien loin d’Oppagne, sur le pré d’Oupeye, que l’avant-centre s’est à nouveau illustré avec la P2 richelloise. Deux réalisations, en l’espace de 45 minutes, qui ont encore augmenté son capital confiance. « C’était prévu que j’aille jouer en P2 pour prendre du temps de jeu, la veille je me sen- tais fatigué après quelques sprints. Je n’ai joué que 45 minutes pour éviter une rechute, même si je ne ressens plus rien et je n’ai plus peur. Avec ces deux nouveaux buts, c’était un peu un week-end parfait pour un retour (sourire). » Sa saison enfin lancée (il n’avait disputé que 120 minutes avant sa déchirure), William Mauclet voit la suite avec sérénité et ambition. « Je ne considère pas Busarello comme un concurrent, d’ailleurs c’est lui qui a récupéré le ballon avant mon but à Oppagne. Nous nous entendons bien, nous pouvons jouer ensemble. Collectivement, nous ne sommes qu’à trois points de la tête, nous pouvons nous mêler dans la bagarre pour le titre. »

    D’un article de MAXIME HENDRICK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 19 novembre 2019

  • Décès de Madame Claire VLIEX, veuve de Monsieur Willy HEREMAN

    00830942-A774-41E6-B0E6-25A0656FA3A1.jpeg

    La famille annonce le décès de Madame Claire VLIEX, veuve de Monsieur Willy HEREMAN, née le 30 décembre 1938 et décédée le 17 novembre 2019.


    Alain et Sylvie, Jonathan et Stéphanie recevront vos visites lundi et mardi de 17 à 19 heures à la Chapelle ardente de la Résidence La Kan, rue de la Kan 79 à 4880 Aubel.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière d'Aubel, aura lieu en la chapelle de la Résidence la Kan le mercredi 20 novembre 2019 à 14 heures.