Les filles de Ligue B se sont fait peur !

La mécanique tourne comme une horloge suisse, le moral est au beau fixe… tout baigne ! Et puis… En sport, plus qu’ailleurs, tout peut basculer en une fraction de seconde. Pourquoi ? Difficile à dire…

A Vilvoorde, dimanche dernier, le président était assis confortablement dans la tribune, (ce club est l’école de volley de la Flandre avec des installations au top) et assistait à un match dominé par ses protégées, (20 – 25 et 14 – 25). « Tout tournait bien, malgré deux absentes pour blessures. Pas de mouron à se faire ! Et puis, on perd brusquement les commandes du match et notre adversaire revient à 1-2. Comment ? pourquoi, je ne le sais pas encore aujourd’hui, » expliquait le président.

Pire ce qui aurait pu être un relâchement compréhensible, tournait à la cata avec un 4e set entamé en fanfare par les locales. « Elles ont pris la direction des opérations, nous laissant parfois à 4 voire 5 points. Pas vraiment prévu, ce scenario ! Il est clair que cette école possède de bons éléments d’avenir. Et c’est probablement là que nous nous sommes faits presque piégés, commentait Stef Dorthu. Elles jouent avec la hargne de leur jeunesse et elles y ont cru.

Vous imaginez, elles ont même eu une balle d’égalisation à 2 sets partout. Ça ce n’était pas prévu dans nos plans. Et là chapeau aux filles à 24 – 23, elles n’ont pas tremblé et elles ont redressé in extrémiste la situation, pour conclure sur un 24-26 ». Mauvais pour les cardiaques… « Assurément » acquiesçait le président.

« Nous avions bien commencé ce match et puis un foutu grain de sable ! Il faut dire que sans Lotte, l’équipe se prive d’un élément stabilisateur. C’est une vraie professionnelle. Son expérience est rassurante. Maurine était aussi sur la touche et là c’est sa combativité qui nous manque . » On attend toujours des nouvelles des médecins pour en savoir un peu plus sur leur indisponibilité.

« Nous avons certes un noyau réduit, mais d’excellente qualité. Nous savons palier à ces absences. On en aura besoin dimanche à 18.00 dans nos installations pour le derby Wallon. Nous recevons Waremme. Cette équipe lutte pour le maintien, mais un derby est un match toujours particulier. Dites donc bien aux supporters que l’on compte sur eux. Il faut de l’ambiance et ils savent y faire ». A vos agendas !

La mécanique tourne comme une horloge suisse, le moral est au beau fixe… tout baigne ! Et puis… En sport, plus qu’ailleurs, tout peut basculer en une fraction de seconde. Pourquoi ? Difficile à dire…

A Vilvoorde, dimanche dernier, le président était assis confortablement dans la tribune, (ce club est l’école de volley de la Flandre avec des installations au top) et assistait à un match dominé par ses protégées, (20 – 25 et 14 – 25). « Tout tournait bien, malgré deux absentes pour blessures. Pas de mouron à se faire ! Et puis, on perd brusquement les commandes du match et notre adversaire revient à 1-2. Comment ? pourquoi, je ne le sais pas encore aujourd’hui, » expliquait le président.

Pire ce qui aurait pu être un relâchement compréhensible, tournait à la cata avec un 4e set entamé en fanfare par les locales. « Elles ont pris la direction des opérations, nous laissant parfois à 4 voire 5 points. Pas vraiment prévu, ce scenario ! Il est clair que cette école possède de bons éléments d’avenir. Et c’est probablement là que nous nous sommes faits presque piégés, commentait Stef Dorthu. Elles jouent avec la hargne de leur jeunesse et elles y ont cru.

Vous imaginez, elles ont même eu une balle d’égalisation à 2 sets partout. Ça ce n’était pas prévu dans nos plans. Et là chapeau aux filles à 24 – 23, elles n’ont pas tremblé et elles ont redressé in extrémiste la situation, pour conclure sur un 24-26 ». Mauvais pour les cardiaques… « Assurément » acquiesçait le président.

« Nous avions bien commencé ce match et puis un foutu grain de sable ! Il faut dire que sans Lotte, l’équipe se prive d’un élément stabilisateur. C’est une vraie professionnelle. Son expérience est rassurante. Maurine était aussi sur la touche et là c’est sa combativité qui nous manque . » On attend toujours des nouvelles des médecins pour en savoir un peu plus sur leur indisponibilité.

« Nous avons certes un noyau réduit, mais d’excellente qualité. Nous savons palier à ces absences. On en aura besoin dimanche à 18.00 dans nos installations pour le derby Wallon. Nous recevons Waremme. Cette équipe lutte pour le maintien, mais un derby est un match toujours particulier. Dites donc bien aux supporters que l’on compte sur eux. Il faut de l’ambiance et ils savent y faire ». A vos agendas !

 

Les commentaires sont fermés.