Niro (Aubel) : « C’est un match à 6 points »

Match au sommet dans le fond de classement en P1. Amblève reçoit Aubel ce dimanche à 14h30. Deux clubs qui sont dans une situation similaire puisqu’ils viennent tous les deux de changer d’entraîneur. Si Toni Niro est là depuis deux semaines et a déjà appris à découvrir son équipe aubeloise, l’intronisation de Robin Demarteau n’a été officielle que ce mercredi.

À Amblève la saison dernière et toujours un fidèle spectateur de ce club, Damien Freches est bien placé pour commenter la situation des germanophones. « Elle est délicate », avance-t-il d’entrée. « J’ai pu les voir deux trois fois cette saison. À Malmedy, ils ont donné des cadeaux à l’adversaire alors qu’à Weywertz, ce sont les attaquants qui n’ont pas mis leurs occasions au fond. Contre WBO aussi, ils ne méritaient pas de perdre, ce qui prouve qu’ils savent faire jeu égal avec un club du top de P1. » Mais au final, le résultat est toujours le même et Amblève n’a que cinq points en douze rencontres. « Quand j’ai annoncé que je ne rejouerais plus à cause de mon genou, jamais je n’aurais imaginé les retrouver à la dernière position à la mi-saison », avoue l’offensif passé par Xhoffraix, Weywertz ou encore St-Vith. « Le problème est qu’ils ont perdu Roggemans, De Zorzi, El Abbadi et Bongartz qui étaient quatre gars habitués à jouer ensemble. Cela ne se remplace pas du jour au lendemain. Surtout que l’un ou l’autre transfert ne sont pas encore à niveau… »

METTRE LA PRESSION

À présent, place à la méthode Robin Demarteau. Un entraîneur que Damien Freches connaît très bien pour l’avoir côtoyé à Xhoffraix durant trois saisons. Pour lui, son style se rapproche plus de ce que l’on attend d’Amblève. « Alors que Quentin Slupik voulait plus laisser venir l’adversaire pour repartir en contre, Robin Demarteau aime bien mettre la pression. Cela ressemble au style de jeu prôné par Boris Dome (le coach qui a précédé Slupik, ndlr) d’après les échos des joueurs qui l’ont connu. Il aime récupérer les ballons haut dans le jeu pour repartir immédiatement de l’avant. C’est un vrai fanatique du football. S’il pouvait être sur le terrain, il le ferait. » En l’emportant dimanche, Amblève laisserait la lanterne rouge à Aubel. Il n’y a que deux points entre les deux équipes mais neuf séparent les germanophones de la 13e place non relégable. « Il reste une demi-saison. Les capacités pour s’en sortir, ils les ont mais il faut enchaîner les victoires pour cela. La rencontre de dimanche est ultra-importante et il faudra être à 200 %. » Les dirigeants espèrent sans doute un électrochoc avec ce changement d’entraîneur mais finalement, la tâche est identique. « Ce sont toujours les joueurs qui sont sur le terrain et c’est à eux de mettre les occasions au fond », conclut celui qui aurait pu aider encore Amblève sans un genou défaillant. 

ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du 9 novembre 2019

P1

AMBLÈVE - AUBEL

Amblève : Mertes, Stellmann, Hilgers, Goenen, Viethen, Keller, Hurard, Felten ( ?), Datou, Ben Sellam, Mololi, Thome, Miessen, X et Y.

Heukemes et Simon Lambertz sont suspendus. Felten se plaignait de la hanche jeudi soir. Demarteau organisait encore une séance ce vendredi soir, à l’issue de laquelle il peaufinait sa sélection.

Aubel : Aerts, Beckers, Lahaye, Charef, Smits, Binot, Spits, Van Melsen, Boulton, Meyers, Campo, Willem, Van Hoof, Van Muylder, Kerff et X.

Mutsinzi est out (déchirure aux ischios). Du coup, le jeune Spits revient dans la sélection mais Niro peaufinera son noyau après la séance de ce samedi matin où d’autres éléments pourraient encore venir s’ajouter et/ou remplacer des éléments du noyau de dimanche dernier.

Arbitre : M. Fickers.

Match : dimanche à 14h30.

P3C

Bressoux - Aubel B (dimanche à 14h30)

Commentaires

  • Les deux équipes qui s'affronteront , dimanche après-midi sur le terrain d'Amblève ,sont conscientes des enjeux. Qui occupera la dernière place du classement de la P1 dimanche soir?
    Espérons que ce ne sera pas Aubel à moins que le changement d'entraîneur , entré en fonction cette semaine à Amblève, provoque le choc psychologique. Ce qui n'est pas automatique car le premier match de Tony Niro comme entraîneur de la P 1 d'Aubel à Ougrée n'a pas provoqué le choc . Espérons qu'il n'y aura pas de neige sur les hauteurs, que l'entraînement de ce samedi aura des effets positifs sur le match de demain.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel