Le début d’une spirale positive ?

Toni Niro tient son premier succès à la tête d’Aubel. « Et pourtant j’ai recadré les joueurs au repos car jusque-là, c’est notre gardien qui nous a tenu la tête hors de l’eau » précisait le technicien de retour en P1 après un bail chez Capture d’écran 2019-11-04 à 08.26.47.pngles jeunes au Standard. La réussite aussi, ou plutôt la poisse qui colle aux basques des Sprimontois. « C’est la copie du match de la semaine dernière » constatait Youssef Solhi. « Nous devons rentrer au repos avec un ou deux buts d’avance, nous touchons trois fois le cadre et Aerts fait quelques arrêts décisifs. Dans notre surface, une inattention sur une phase arrêtée et c’est dedans ».

Alors que Quenelle et Tremblez avaient déjà secoué le cadre, Aubel ne s’était signalé que par une bonne frappe de Kerff lorsque Boulton exploitait un coup de coin de Meyers (1-0). Un centre-tir de Da Silva rebondissait encore sur la latte tandis qu’Aerts remportait deux duels avec Rasquin.

« En seconde période, j’ai changé le système et j’ai demandé de soigner la circulation du ballon. J’attendais une qualité plus élevée, en rapport avec la réputation des jeunes formés au club. Je pense que nous avons alors justifié notre succès. Et peut-être enclenché une spirale positive avec un brin de réussite » poursuivait Toni Niro. C’est sur deux autres coups de coin qu’Aubel portait l’estocade. À chaque fois sur un ballon repoussé. La frappe de Van Muylder filait dans la lucarne (2-0) puis Willem concluait en force (3-0). Sprimont réduisait l’écart par Tremblez sur un centre de la droite (3-1) mais sans conséquence. « Cette cinquième défaite fait mal » déplorait Youssef Solhi mais nous ne pouvons pas marquer à chaque fois trois ou quatre buts pour gagner une rencontre. Nous avons parfois bien du mal à en inscrire un. Il n’y a pas péril mais nous devons réagir et ceci passe par le travail ». Des propos que Toni Niro ne renierait pas, lui qui a imposé un troisième entraînement hebdomadaire à son groupe. S’il s’agissait de préparer les phases arrêtées, il en a déjà retiré les fruits ! 

YVES COLETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 4 novembre 2019.

P1

AUBEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

SPRIMONT B . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Les buts: 31e Boulton (1-0), 68e Van Muylder (2-0), 79e Willem (3-0), 87e Tremblez (3-1).

Aubel: Aerts, Lahaye, Charef, Smits, Willem, Binot (46e Van Muylder), Kerff (62e Mutsinzi), Meyers, Campo, Boulton (73e Van Hoof), Van Melsen.

Sprimont-Banneux B: Longaretti, Delmal (73e A. Keysers), Marion, Frère (43e Chekkouri), Balthasart, Quenelle, D. Keysers, Daenen, Tremblez, Da Silva (62e Klein), J. Rasquin.

Cartes jaunes: Da Silva (22e), Delmal (35e), Longaretti (63e) Quenelle (90e), Chekkouri (90e).

Arbitre: M. Henrot.

Commentaires

  • Avant le match contre Amblève, toujours dans le positif renforcé par la victoire des verts et blancs apparaissaient l'espoir de la victoire, le déclic, la spirale de la victoire , le 3° entraînement de la semaine le samedi veille du match, effectué avec ardeur de la part des joueurs(!) , nous connaissons tous l'ardeur de Tony MAIS nous ne pouvons pas reprendre tous ces mots et les remplacer ,avec regret, par "Le miracle ne s'est pas produit". Tout n'est pas perdu , il reste encore des matchs mais il faut espérer que le message émis par Tony , message qui ne tourne pas autour du pot , teinté d'une certaine sévérité et laissant deviner que le manque de combativité fait mentir qu'à Aubel, ce beau petit village avec de beaux petits joueurs , du moins jusqu'à présent car le nombre de points confirme le message du T 1. La fatigue se ferait-elle déjà sentir! Y aurait-il une autre cause à la fatigue, au manque de combativité sur le terrain? La réponse est dans la tête de chaque joueur.
    Bonne chance pour dimanche prochain, la tâche ne sera pas facile mais il faut encore croire au miracle de plus longue durée.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel