Le pacte d’excellence : Réflexion - Information (5)

Après  avoir émis quelques considérations sur  le  pacte d’excellence : pourquoi ? pour quoi ? pour qui ? pour quel contenu ?

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Nous avons  une  nouvelle ministre de l’enseignement, madame Désir. Dans ses interventions, elle laisse entendre qu’elle poursuivra le travail entamé par madame Milquet et madame Marie-Martine Schyns dans la CONTINUITÉ. Ce qui est très positif. La preuve c’est qu’elle continue à ré-fléchir sur la mise en œuvre du TRONC COMMUN, de la maternelle à la 3e année du secondaire. QU’Y A-T-IL DE NOUVEAU DEPUIS LA RENTRÉE ?

Il s’agit du nouveau référentiel (programme) pour l’école maternelle. Dans la presse, un titre apparaît : « Que devront savoir les élèves à la fin de la 3° maternelle ? » C’est nouveau, donc, pour que ce nouveau projet soit efficace, les enseignants et les enseignantes maternels devront se former à cette nouvelle porte qui s’ouvre. Jusqu’à présent, près de 12.000 enseignants et enseignantes maternels sont inscrits à cette formation soit 97 % du nombre total. Ce référentiel sera applicable à partir du 1er septembre 2020.

Une 2e innovation a vu le jour au cours de l’année scolaire 2017-2018.

Il s’agit du PLAN DE PILOTAGE propre à chaque école fondamentale et les écoles du secondaire.

De quoi s’agit-il ?

D’une manière globale, le plan de pilotage doit s’intégrer dans le projet d’établissement et permettre d’atteindre plusieurs OBJECTIFS dits d’AMÉLIORATION fixés par la Fédération Wallonie—Bruxelles. Ces objectifs sont :

  • Améliorer les savoirs et les compétences des élèves.
  • Augmenter le nombre de diplômés de l’enseignement secondaire supérieur.
  • Réduire les différences entre les résultats des élèves les plus favorisés et les moins favorisés du point de vue socio-économique.
  • Réduire progressivement le redoublement et le décrochage
  • Réduire les changements d’école au sein du tronc commun.
  • Augmenter progressivement l’inclusion des élèves à besoins spécifiques (le spécialisé) dans l’enseignement ordinaire.
  • Accroître les indices du bien-être à l’école et du climat scolaire.

L’étalement de la mise en œuvre du plan de pilotage dans le temps :

  • La période de septembre 2018 à mars 2019.

Dans un premier temps : chaque équipe éducative doit faire un état des lieux, faire un diagnostic des actions entreprises dans leur école. Les équipes dresseront un bilan sur leurs points forts et leurs points faibles afin de choisir les objectifs à atteindre en école.

Que contiendra le plan de pilotage ?

  1. Des VALEURS qui serviront de référence
  2. La manière de travailler en équipe, qu’est-ce qui est mis en place pour que ce travail collectif existe ?
  3. Le plan de formation des enseignants
  4. La manière dont le tronc commun sera mis en place, quid de la différenciation des apprentissages au sein de l’école, quid de la mise en place de l’accompagnement personnalisé.
  5. Des stratégies à mettre en place
  6. Le mode d’évaluation annuelle des objectifs à atteindre.

Ensuite, chaque plan de pilotage est soumis à un DIRECTEUR aux contrats d’objectifs (DCO) pour le valider sous forme de contrat entre l’école, le DCO et la fédération des Pouvoirs Organisateurs qui viendront EN SOUTIEN aux écoles via les CONSEILLERS PÉDAGOGIQUES.

(des détails seront discutés dans les instances de concertation propres à chaque école.)

Dans un deuxième temps :

De mars 2019 à 2024 (6 ans), mise en œuvre et évaluations.

Une fois le plan de pilotage validé, les ÉQUIPES ÉDUCATIVES, sous la responsabilité du directeur et du pouvoir organisateur auront 6 ans pour atteindre les objectifs retenus. Une évaluation annuelle faite par l’ÉQUIPE sur la mise en œuvre du plan de pilotage doit être réalisée ainsi qu’une première évaluation intermédiaire avec le DCO au bout de TROIS ans. Des conseillers pédagogiques seront désignés pour venir EN SOUTIEN aux équipes éducatives afin de les aider dans ce défi.

DONC, les plans de pilotage sont de fameux DÉFIS impliquant tous les acteurs de chaque école. La réussite de la mise en œuvre du plan de pilotage repose sur deux conditions :

  1. L’adhésion et la participation de A à Z de l’équipe éducative.
  2. Et des moyens humains et en temps pour les réaliser.

Il faut s’attendre à une évolution importante de l’école qui mobilisera tous les acteurs de l’école.

P. BOUR

30/10/2019

Les commentaires sont fermés.