Bien-être animal et les intérêts économiques…

L’abattage sans étourdissement, c’est -20 % de bêtes tuées à Aubel. Depuis le changement de législation, les affaires diminuent grandement

Depuis le premier septembre, il est impossible d’abattre des bêtes sans les étourdir au préalable en Wallonie. De ce fait, les viandes produites dans la région ne peuvent plus bénéficier du label halal. La commune d’Aubel, qui possède des abattoirs, a tenté de lutter contre cette législation, en vain. Depuis le premier septembre, on abat 20 % de bêtes en moins sur place regrettent les autorités communales.

Les abattoirs d’Aubel ont une partie importante de leur clientèle qui lui achète de la viande halal. Afin que la viande soit considérée comme tel, il faut égorger la bête sans l’étourdir.

LA CONCURRENCE DE LA FLANDRE

Résultat des courses : la première semaine du mois de septembre, ce sont 120 bêtes qui ont été abattues en moins que de coutume, soit une perte de 20 %. Benoît Dorthu, l’échevin de l’agroalimentaire, estime que les clients se sont tournés vers… la Flandre. « Elle n’applique pas la même législation que nous en la matière. Il s’agit de nos premiers concurrents », précisait l’échevin que l’on sentait agacé par la situation ce lundi soir, au conseil communal.

À Aubel, la méthode d’étourdissement consiste à tirer une balle dans le crâne de l’animal. Le cortex cérébral et les structures profondes du cerveau cessent de fonctionner, ce qui entraîne la perte de conscience et de sensibilité immédiate de la bête.

Prenant connaissance de la nouvelle, le conseiller communal d’Aubel Citoyen, le groupe d’opposition, Jacques Piron regrettait que la commune ne soit pas allée jusqu’au bout de la procédure. « Moi, je serais allé en appel », estimait l’avocat. « Je pense que le jeu en vaut la chandelle et que s’il y a une chance de stopper le décret, même un temps, c’est toujours ça qui est gagné. C’est dommage de ne pas avoir continué ». Jacques Piron a tout de même salué l’effort de la commune.

D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 septembre 2019.

Commentaires

  • Nous sommes actuellement déjà plusieurs dizaines de producteurs Bio dans la région . Pour valoriser notre viande en Bio nos bêtes doivent aller souvent à l'étranger alors que Bio doit rimer avec local et les vaches qui ont eu une magnifique vie dans nos prés devraient également avoir une fin digne. J'ai déjà pris le pou chez Gotta mais difficile à convaincre. Je lance l'idée et suis prêt à participer à la création d'une filière qui pourrait combler la place disponible. Avec Biomilk.be nous avons déjà une magnifique collaboration avec Delhaize pour le lait, Delhaize étant demandeur de produits éthiques à la traçabilité parfaite. Pourquoi pas créer une coopérative Pays de Herve-Aubel pour la viande ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel