LE PACTE D’EXCELLENCE (4).

Pouvoirs organisateurs, directions, enseignants, enseignantes, élèves, parents se sont remis en route pour une nouvelle année scolaire, l’année 2019-2020. Dès le début de cette nouvelle année, nous souhaitons à chacun et à chacune une excellente année, très importante, car, quand nous aurons un gouvernement Wallonie-Bruxelles, le ou la ministre de l’enseignement pourra s’attacher à nouveau à faire progresser la mise en œuvre du pacte d’excellence sans le vider de son essence. On ne sait jamais !

Cette article est à lire dans la suite de l'article précédent.

Cet écrit « 4 » je le destine à tous les acteurs de l’école énoncés ci-dessus. J’y ajouterais les grands-parents qui ont encore des petits-enfants en maternelle, en primaire, dans le secondaire. La suite de cet écrit aborde la première étape qui invite les différents partenaires à s’exprimer par rapport aux richesses et aux faiblesses de l’école où ils(elles) exercent leur fonction : responsabilité pour les pouvoirs organisateurs, animation des équipes enseignantes pour les directions, éduquer et instruire pour les équipes enseignantes, apprendre pour les élèves et accompagner leurs enfants en dehors de la journée scolaire pour les parents concernés.

                                              Cet écrit « 4 » veut montrer à quel point le ou la futur(e) ministre ainsi que les membres de toutes les commissions qui travaillent à l’élaboration du pacte d’excellence veulent partir des besoins des écoles, des enseignants et des directions en premier lieu. C’est la première fois qu’une réforme de cette envergure part de la BASE. Les autres réformes ont échoué parce qu’elles venaient du « HAUT » dans les bureaux et ne s’étalaient pas dans le temps.

                                              Au niveau de la Wallonie et Bruxelles, le pacte d’excellence est bloqué au niveau des décisions à prendre. Toutefois, l’une ou l’autre nouveauté fait son apparition : «  Un document de 89 pages qui s’adresse aux institutrices maternelles. Ce document s’intitule : » Référence des compétences initiales (début de la scolarité) «  Il est approuvé par la commission des référentiels (des programmes). IL doit encore être approuvé par la commission de pilotage du système éducatif, par le Parlement, par le gouvernement quand il y en aura un. C’est seulement alors que ce document aura le feu vert définitif pour être appliqué en 1ère, 2° et 3° maternelles. En attendant, il faut reprendre l’expression réservée aux concours de pigeons : « Les convoyeurs attendent ».

                                             Rappelons l’objectif poursuivi par le pacte d’excellence : AMÉLIORER LES MAUVAISES PERFORMANCES DE NOTRE SYSTÈME ÉDUCATIF. Dans les écrits 1, 2, 3, nous avions envisagé le POURQUOI, le POUR QUOI, le POUR QUI du pacte. Dans le 4, nous envisageons le contenu engendré par le pacte d’excellence.

LE CONTENU

                                             Un tiers des écoles fondamentales et secondaires de la fédération Wallonie-Bruxelles est déjà engagé dans le processus mis en place et déjà en route. Pour ce premier tiers, un bout de chemin est déjà parcouru :

Voici la première étape : au sein d’une même école, le pouvoir organisateur, la direction, les enseignants du maternel et du primaire (y compris le secondaire) les parents, les élèves d’un certain niveau,tous ces acteurs de cette école ont eu l’occasion, d’une façon anonyme, de communiquer individuellement leur avis sur les richesses et les faiblesses de leur école. Chaque écrit a été renvoyé au pouvoir organisateur central à Bruxelles pour le 28 avril 2018.

Là-bas, les écrits de cette école ont été dépouillés. Ce dépouillement prendra la forme d’une synthèse qui constituera le bulletin de cette école, accompagné de quelques remarques. Ce bulletin, on l’a appelé le « LE PETIT LIVRE BLEU ». Cette école a reçu ce bulletin durant l’année scolaire 2018-2019. Que s’est-il passé après pour cette école ?

Le travail a débuté au sein de cette école. En quoi consistait-il ce travail en interne ? Travail très important pour l’école, car ENSEMBLE, les enseignants, la direction, les parents, le pouvoir organisateur ont pris connaissance du CONTENU DU LIVRET BLEU et doivent tenir compte de son contenu pour commencer le travail.

                                                                    Il s’agit de construire un NOUVEL OUTIL : « LE PLAN DE PILOTAGE ». Ce plan est construit par tous les acteurs, mais repose surtout sur les équipes enseignantes. C’est ce qui a été fait dans cette école.

Cette école a été obligée de se prononcer sur » QUEL ENFANT VOULONS-NOUS ÉDUQUER ET FORMER POUR AUJOURD’HUI ET POUR DEMAIN ?.

Pour établir le plan de pilotage, cette équipe a dû tenir compte du contenu du livret bleu et des avis des acteurs de cette école pour rechercher ce qu’il faut améliorer dans notre école, dans quelle discipline (français ou mat ou éveil… ( cette école a pu se baser sur les résultats obtenus par les élèves de 6° primaire de cette école au CEB (examen pour toute la Wallonie-Bruxelles en 6° primaire).

Cette école, après avoir pris les informations et avoir réfléchi ensemble, a déterminé 3 objectifs (ligne de conduite, chemin à suivre, direction à prendre…) à atteindre en 6 ans). C’est à ce moment-là qu’il y aura une évaluation EXTERNE, évaluation positive ou à améliorer. Trop de rapports d’évaluation négatifs peuvent entraîner des sanctions.

Quels sont les objectifs de cette école à poursuivre pendant 6 ans :

OBJECTIF 1 : améliorer encore les résultats en ÉVEIL ( certains élèves avaient des difficultés au CEB parce qu’ils se sentaient parfois perdus face à des textes où ils pouvaient trouver des informations). Comment faire pour améliorer ?

    Une série de mesures échelonnées sur 6 ans visent le français : dès septembre 2019, chaque semaine, les élèves de tous les niveaux auront 50 minutes de lecture – plaisir.

 

OBJECTIF 2 : faire reculer les petites incivilités dans la cour de récréation. Comment faire ?

    Nous pensons qu’une partie de la solution viendra du travail sur les ÉMOTIONS. C’est pourquoi des ateliers de gestion des émotions vont être organisés ainsi que des conseils de classe.

 

OBJECTIF 3 : réaliser plus de projets avec les enfants dans toutes les classes de l’école.

Les objectifs et les moyens concrets déterminés par la direction et les enseignants de cette école ont été renvoyés, le tout à la Commission « CONTRAT » à Bruxelles.

Ceux-ci sont analysés. Si l’analyse est positive, elle débouche sur un CONTRAT D’OBJECTIFS où école et commission ont signé ce contrat à réaliser en 6 ans.

Après 6 ans, l’évaluation externe du contrat se fera par un délégué au contrat d’objectifs ( DCO). Ils seront 88pour la partie francophone. C’est le nouveau rôle de l’inspection.

Tout est en ordre. Nous démarrons.

Qu’en est-il pour les écoles libres catholiques de notre coin : Aubel, Gemmenich, Charneux, Herve, Andrimont, Welkenraedt, Bolland ? Ces écoles font partie du 2° tiers. Qu’ont-elles déjà réalisé comme démarche ?

Ces écoles ont rentré les avis des différents partenaires concernant les richesses et les faiblesses de leur école pour le 28 avril 2019. Elles attendent le LIVRET BLEU, comme les convoyeurs pour les pigeons !

Bon travail, courage et persévérance, car c’est un travail très important qui est commencé et qui réclame beaucoup d’écoute des autres, du respect de l’autre, d’un travail d’équipe. IL FAUT COLLABORER, COOPÉRER et non viser son intérêt personnel.

P.Bour

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel