• Kilian Van Muylder préférait les terrains flamands

    Toute nouvelle saison engendre la découverte de nouvelles têtes à gauche ou à droite. Celle de Kilian Van Muylder nous est effectivement inconnue, mais le nouvel Aubelois a déjà connu quelques clubs à, à peine, 19 ans.

    « C’est vrai, j’habite Verviers actuellement, mais j’ai fait ma jeunesse à Herstal et je m’étais inscrit vers 6 ou 7 ans au RFC Liège. Après cela, j’ai filé à Visé, puis à Eupen et enfin à Tongres où j’y étais encore il y a 3 ans ». Mais, chemin faisant, le n° 10 de René Ernst, est arrivé en ligne droite de… Spouwen. Avec un « nom flamand », il était normal que le gaillard fasse ses classes aussi de l’autre côté de la frontière linguistique. « Certes, j’ai une touche flamande, en effet du côté de ma maman. J’ai joué pour 2 clubs flamands, c’est bien exact. Et on peut aussi y ajouter Wellen pour qui j’évolue aujourd’hui en division 2 pour le football en salle. Du temps de mon épisode tongrois, j’avais été repéré par Spouwen (D2 amateurs) pour qui j’ai surtout joué en équipe espoirs. J’avais, toutefois, été repris avec un peu de temps de jeu en équipe A ».

    Lire la suite

  • Aubel sans pression à Bruxelles

    Après la victoire face à Uccle, Aubel est d'ores et déjà assuré de sa qualification pour le prochain tour en coupe AWBB. Ce dimanche, il mettra le cap sur la capitale pour jouer face à la R1 du Royal IV (début à 16h). Une opposition qui s'annonce plus coriace mais où les Herba-

    gers n'auront absolument rien à perdre. Cette rencontre doit justement servir à préparer le championnat et à peaufiner les automatismes. Et comme la qualif est déjà dans la poche... Il n'y aura comme enjeu que la première place du groupe. 

    CH.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 31 août 2019

  • Premiers points face à Geer ?

    Pointé avec un 0/6, Aubel est avec Weywertz, la seule équipe à avoir perdu ses 2 premiers matchs du championnat et, est donc bloqué à quai !

    Bref, les herbagers seront à la quête de leurs premiers points face à Geer, dimanche au stade Jean-Marie Doome.

    René Ernst, le coach aubelois, signalait : « C’est vrai qu’il est temps de prendre des points. Démarrer avec un 0/6 n’est pas idéal et, on doit faire un résultat dimanche contre Geer qui a mis 6 buts et en a pris 7. Tout est dit dans ces chiffres. Cette équipe a un jeu ouvert. On a manqué notre départ mais tout n’est pas à jeter non plus à la poubelle ».

    Réponse ce dimanche à 16h50.

    PAGO dans LA MEUSE VERVIERS du 31 août 2019

    Lire la suite

  • Les peintres descendent en rue pour montrer leurs œuvres à Aubel

    Capture d’écran 2019-08-31 à 08.34.23.pngDimanche, à Aubel, le marché aux produits du terroir sera animé et prendra des airs de petit Montmartre. En effet, de 9h à 14h, des peintres amateurs seront présents dans les rues pour exposer leurs œuvres et partager leur passion ! L’occasion est belle de mêler l’art et la gastronomie et de passer un dimanche très agréable et riche en couleurs sur le plateau de Herve.

  • Verviers sur son 31 pour Australia

    La thématique 2019 des Journées du Patrimoine étant « Le Patrimoine sur son 31 », la ville de Verviers a décidé de se concentrer sur les 30 ans du film Australia. Un film important dans l’histoire du cinéma et dans l’histoire verviétoise, puisque faisant écho au déclin de l’industrie de la laine. Une foule d’activités sera proposée du 6 septembre au 11 octobre principalement à Verviers, mais avec des incursions à Spa et Stavelot. Suite à l’appel de l’Agence Wallonne du Patrimoine sur la thématique « Le patrimoine sur son 31 », la maison du tourisme de Verviers s’est demandé sur quoi partir. Et s’est rendu compte que le film « Australia » de Jean-Jacques Andrien avait été tourné il y a 30 ans. Plusieurs opérateurs publics et privés  se sont réunis pour offrir un riche programme d’activités autour du tournage de ce film célèbre à Verviers.

    LE FILM SERA PROJETÉ…

    À STAVELOT La projection du film Australia, prévue le 5 octobre prochain, est déjà complète. Une projection qui aura lieu au cinéma « Le Versailles » à Stavelot. Pourquoi Stavelot et pas Verviers ? Tout simplement parce qu’aucune salle verviétoise n’est encore équipée d’un projecteur de type 35 mm. Ni le cinéma Pathé, ni l’espace Duesberg, ni la salle de SFX1. Et c’était trop difficile au niveau logistique et financier d’en faire venir. « Alors que le cinéma de Stavelot possède un projecteur en parfait état. En plus la salle, a gardé un cachet des années 50 », précise Caroline Büsch, de la maison du tourisme.

    La première manifestation aura lieu le vendredi 6 septembre prochain. L’harmonie d’Aubel proposera un concert de musique des années 50-60 sous le kiosque de l’harmonie.

    Parmi les manifestations importantes, pointons aussi la reconstitution des années 50 aux alentours du Grand-Théâtre de Verviers, avec véhicules d’époque, figurants costumés… La visite de deux lieux de tournage du film, à savoir l’aérodrome du Laboru et le Tonnelet à Spa : plusieurs scènes ont été tournées avec les acteurs Jérémy Irons, Fanny Ardant ou Agnès Soral. Et même une conférence consacrée au déni de réalité, les industriels lainiers n’ayant pas vu – ou plutôt voulu voir – le déclin de leur industrie arriver. 

    D'un article de B.B. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 août 2019.