LA RENTREE SCOLAIRE JOUR - 9 -8 – 7- 6 ……………. (2ème partie)

              Toutes les écoles fondamentales  n’ont  pas le  même fonctionnement par rapport aux différentes « ruptures » que  les enseignants(es) doivent  gérer par rapport  aux élèves qui doivent  les franchir.

Nous allons  mettre à plat la rupture qui se situe  entre la  3°maternelle et la 1èreannée  primaire.

Le  mot « rupture » est un peu fort, il se rapproche du mot « cassure ». Dans la réalité  du cursus scolaire de chaque élève, dans  le  cas qui nous occupe, nous employons  le  terme « PASSAGE » , terme  plus vrai car le  terme PASSAGE ne signifie  pas que l’on fait « table rase » de tout ce que chaque élève concerné a appris depuis sa naissance  jusqu’à 6 ans mais au contraire c’est faire « FRUCTIFIER » ses acquis, les enrichir dans de  nouvelles situations d’apprentissage qui conduiront  l’élève progressivement vers la découverte de  la  lecture de sens, , l’écriture d’un message, le calcul sous toutes ses formes.

L’enseignant(e) de 1èreannée primaire, que  connaît-il des acquis de chaque  élève qu’il va accueillir ? Une  première situation : l’enseignant n’a aucun renseignement ou peu de choses. Il faudra  un certain temps pour connaître chaque élève dans sa  globalité et dans ses acquis. C’est à la récréation, en salle de profs, entre deux  portes que l’on en parle.

Dans certaines écoles, une  autre procédure a été  mise en place.

Nous sommes tous d’accord pour reconnaître que chaque enfant à l’équipement  voulu pour  apprendre. Suivant le milieu familial, l’état de santé, les situations vécues où il a  pu découvrir son environnement proche,  éloigné, la qualité de ses contacts vont  avoir une  influence sur le développement ultérieur de l’enfant. Ce qui, à la crèche, à l’école  maternelle offre un tableau inégalitaire. Le constat est que  l’équipement de départ s’est développé différemment d’où il est important que  le titulaire de  1èrepuisse avoir des données concrètes sur chaque enfant. Seul(e) l’instituteur (trice) maternel(elle) est en mesure de fournir ces renseignements. Encore faut-il créer un espace et  un moment pour que  le (la)titulaire de 3° maternel(elle) et le(la) titulaire de 1ère primaire puissent se rencontrer pour échanger.

Envisageons une nouvelle démarche par rapport  à l’année scolaire 2019-2020.

Au mois de mai- début  juin 2019, l’enseignant(e) de 3° maternel(elle)et le (la) titulaire de 1èreprimaire ouvrent leur agenda  respectif  à la date qui rappelle la réunion annoncée lors de  la préparation de l’année scolaire 2018-2019 en août 2018.

Que se  passe-t-il fin mai, début juin 2019 entre ces deux titulaires ?

Durant  l’année scolaire 2018-2019, les 2 titulaires  (3° maternelle + 1èreprimaire) ont réfléchi à « QUE FAIRE » ?

« COMMENT FAIRE » pour que  le  passage 3° maternelle-1èreprimaire se fasse le  plus  harmonieusement possible pour  CHAQUE ENFANT ?

Ils  ont cherché un outil sous forme de grille d’observation. Ils cherchaient autre chose. Ils ont réfléchi ensemble pour en construire  une. Ils  l’ont  construite à partir d’une question : » QUE SERAIT-IL INTERESSANT DE SAVOIR POUR FACILITER LE  PASSAGE ET AIDER A BIEN LE REUSSIR ? ». Tout est écrit. La grille sera utilisée  en 3° maternelle durant  l’année 2018-2019 pour  y indiquer des observations, des comportements importants positifs et négatifs.

L’exercice peut s’opérer après  une évaluation trimestrielle.

A la date  fixée fin mai ou début juin 2019, grille d’observation individuelle en main, les échanges sont  amorcés à propos de  chaque candidat(e) au passage  3° maternelle- 1ère  primaire. Fin juin 2019, le  (la) titulaire de première  primaire possède déjà de précieux renseignements sur chaque élève. Il gagnera du temps en septembre  2019.

Rappel : bien se servir de la grille, s’en servir positivement.

Bonne  année scolaire.

P.Bour

Les commentaires sont fermés.