• Nouveau revêtement au hall omnisports

    Alors que les entraînements de basket reprennent jeudi, le hall omnisports d’Aubel vient de se doter d’un tout nouveau revêtement. Il est plus souple et devrait permettre aux Aubelois d’être encore plus performants.

    Le hall omnisports d’Aubel possède trois salles. Dans l’une on y joue plutôt volley, dans l’autre plutôt basket et dans la dernière du tennis de table. Les revêtements de ces trois salles viennent d’être rénovés. Le sol y est désormais plus adapté à la pratique de chaque sport. « Tout a été étudié pour que ce soit optimal », précise le bourgmestre Freddy Lejeune, qui avait lancé le projet il y a un an alors qu’il était encore échevin des Sports. « Ils sont plus ou moins élastiques suivant le sport qui y sera majoritairement pratiqué. » Pour préserver ces magnifiques parquets, il faudra désormais enlever ses chaussures. « On doit aussi mettre des protections sur les tables pour ne pas qu’elles abîment le sol », précise le bourgmestre.

    Et ce n’est pas la seule nouveauté au hall d’Aubel. Les douches également ont été refaites. « Le carrelage est neuf et les douches en elle-même étaient trop vieilles. On leur a donné un petit coup de neuf. » L’électricité a également été refaite.

    La fin de ces travaux tombe bien. Les entraînements reprennent en effet jeudi.

    Le premier gros événement aura lieu le 9 août. Ce sera le départ de la course cycliste Aubel-Thimister-Stavelot. « On va devoir mettre des tapis pour bien protéger le revêtement », constate Freddy Lejeune qui n’a visiblement pas envie que l’on abîme déjà les nouveaux sols. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 31 juillet 2019

  • Mauclet déjà bien intégré à Richelle

    Capture d’écran 2019-07-30 à 07.50.40.pngRespectivement arrivés de l’URSL Visé (D1 Amateurs) et Aubel (P1), Pierre Goblet et William Mauclet ont disputé leur premier match officiel face à Goé ce dimanche. Pour ce premier tour de la Coupe de Belgique, on a senti les deux hommes déjà très bien intégrés dans leur nouvelle écurie. « Tout se passe très bien, c’est un club très convivial et tout se fait très naturellement, » confirme William Mauclet mais aussi Pierre Goblet. « Je connaissais déjà beaucoup de monde au club, venir à Richelle était clairement ma priorité et je vais mettre toutes les chances de mon côté pour m’intégrer au mieux. » Sur le terrain, on a déjà pu voir à l’œuvre un Willam Mauclet très affûté avec trois goals et un assist au compteur, l’attaquant répond déjà aux attentes. « C’était mon deuxième match complet de suite, j’ai déjà quelques automatismes avec mes coéquipiers même s’il reste encore beaucoup de travail. Pour ma part, j’arrive dans une équipe qui se connaît déjà et mon objectif est de rapidement m’adapter tout en proposant de nouvelles formules au coach, » analyse William qui se sent physiquement très bien durant cette préparation. « C’est vrai, j’ai bien suivi le programme du staff et en plus de cela je nage beaucoup pour l’instant car j’ai un repêchage en natation à l’école. Il est vrai que lorsque le physique est bon, le reste suit et j’espère que cela va continuer pour moi, » explique l’Aubelois.

    D'un article de MAXIME DEBRA dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 juillet 2019.

  • Charles Weerts a vécu une expérience formidable.

    On ne peut pourtant pas dire que le jeune homme (18 ans depuis le mois de mars) possède un solide bagage en endurance.

    Capture d’écran 2019-07-29 à 14.23.43.png

    Capture d’écran 2019-07-29 à 14.25.12.pngIl s’agissait de ma première course de 24 Heures », racontait-il. « Avant le départ, je m’étais fixé deux objectifs : participer à la Super Pole et terminer parmi les dix premiers. Bon, je n’ai pas atteint ces deux buts. On a échoué en qualification pour quelques millièmes et on finit au 12 e rang mais je ne vais pas bouder mon plaisir pour autant. C’était une expérience formidable et j’ai le sentiment d’avoir beaucoup appris. Les conditions étaient si délicates, notamment quand il fallait rouler avec des pneus slicks (lisses pour piste sèche, ndlr) alors que le bitume était toujours humide. Sans cesse, il fallait adapter son style de conduite, revoir ses trajectoires. Je suis passé une ou deux fois près de la correctionnelle mais, dans l’ensemble, je n’ai pas commis d’erreur. La remarque vaut aussi pour mes équipiers. »

    D'un article de DOMINIQUE DRICOT dans LA MEUSE VERVIERS du 29 juillet 2019.

  • FOOTBALL - COUPE DE LA PROVINCE P3-P4

    Au premier tour de la Coupe de la Province, Aubel B a écrasé Chênée B sur le score de 7 - 0.

    Pour le deuxième tour, Aubel B recevra la visite de Saint-Vith.

  • Une frayeur dans les dernières minutes pour l’Aubelois Bernard Delhez

    Compétiteur dans l’âme, Bernard Delhez n’était guère satisfait de son résultat dans cette édition 2019 des 24 Heures.

    « 6e de la catégorie réservée aux amateurs et 44e du classement général, ce n’est pas très glorieux », analysait l’homme d’affaires d’Aubel à l’arrivée. « Et puis, surtout, on n’a cessé de rencontrer des problèmes techniques. » Notamment à trente minutes de l’arrivée quand la Lexus n°23 (la seule engagée dans cette édition) a attiré l’attention des caméras.

    « Je me serais bien passé de ce moment de télévision », racontait notre interlocuteur. « En fait, la boîte de vitesses souffrait d’une fuite d’huile. Le liquide visqueux s’est répandu sur une roue, ce qui a rendu la piste plus glissante qu’une savonnette. Je n’ai rien pu faire pour contrôler une dérobade de la Japonaise. Heureusement, je n’ai pas tapé violemment un rail. » Avec une voiture à l’agonie, le régional de l’étape a choisi la meilleure solution : « J’ai attendu gentiment que le temps s’écoule pour franchir l’arrivée. » Plus tôt dans la course, alors que la nuit avait enveloppé le circuit, Bernard Delhez avait pu goûter aux plaisirs du pilotage derrière la voiture de sécurité.

    « Mon 3e relais vers 4 heures du matin, je l’ai passé entièrement sous le régime de la safety-car », expliquait-il. « C’était de la survie. Je regardais les lignes tracées au sol sur les côtés de la piste pour me repérer. Devant, d’immenses gerbes d’eau empêchaient toute visibilité. »

    DDR dans LA MEUSE VERVIERS du 29 juillet 2019