LE PACTE D’EXCELLENCE (3).

Les vacances scolaires, étant déjà bien entamées, je terminerai les informations et les réflexions sur  le pacte d’excellence par ce troisième texte. (Pour relire le premier texte et le deuxième texte)

Les autres textes suivront à partir de la rentrée scolaire de septembre, moment où enseignants et parents auront retrouvé leurs préoccupations scolaires.

Après  l’information et la réflexion sur le POURQUOI et le POUR QUOI du pacte d’excellence , nous abordons nos considérations sur le pacte d’excellence POUR QUI ? Qui est concerné  par le  pacte d’excellence ?

Rappelons que c’est l’insatisfaction du fonctionnement et des résultats de  notre système d’enseignement qui a engendré le  projet appelé pacte d’excellence. L’essentiel de ce  projet c’est d’améliorer les résultats de notre système d’enseignement par une refonte importante des objectifs à atteindre, des moyens proposés pour les atteindre par la  modification des structures, des contenus en relation avec les besoins de notre société d’aujourd’hui. C’est aussi permettre à chaque école de faire le  point et de s’inscrire dans la ligne du pacte.

LE  PACTE D’EXCELLENCE  POUR QUI ?

Dans cette  troisième partie, nous viserons les acteurs qui sont  concernés par l’élaboration et la  mise en place  du pacte d’excellence. Qui sont-ils ces acteurs ?

Nous établirons deux catégories d’acteurs :

  1. Les acteurs concernés par  « la mise en œuvre du pacte ».

Nous  plaçons dans cette catégorie les bénéficiaires directs du pacte à savoir les élèves  du maternel, du primaire, du secondaire. Nous  y ajoutons : le  personnel d’encadrement, d’accompagnement qui éduque, instruit, propose, décide évalue, autant d’actions destinées à mettre en place le pacte pour 2030. Dans ce personnel, nous  plaçons chaque enseignant(e), les équipes éducatives, la direction de chaque  école de Wallonie et de Wallonie-Bruxelles. Ces acteurs seront  entourés et accompagnés dans  les démarches par des  personnes extérieures spécialisées notamment  par  l’inspection qui abandonnera sa fonction de  contrôle pour commencer une fonction d’accompagnement. D’autres personnes seront chargées d’accompagner un certain nombre d’écoles dans  un espace limité(ex : dans  le réseau libre : Aubel, Gemmenich, Welkenraedt, Herve, Andrimont, Charneux, Bolland).

Dans une deuxième catégorie, ce sont des représentants de différents  organismes qui ont  à voir avec l’école et qui ,  ENSEMBLE, participent  à l’élaboration de ce pacte. Vous  prendrez connaissance de cette liste ci-dessous.

  • Des représentants des pouvoirs organisateurs de tous les réseaux.
  • Des représentants des parents
  • Des représentants de la société civile
  • Des représentants de la formation des enseignants
  • Des représentants de l’inspection, de l’animation pédagogique
  • Des représentants de tous les syndicats de l’enseignement
  • Le secrétaire général du ministère dela fédération Wallonie-Bruxelles
  • Les recteurs des universités francophones et des représentants des Hautes Etudes
  • Des représentants du ministre président de l’enseignement supérieur, de la ministre  responsable de  la promotion sociale de la fédération W.Bx. Des représentants du ministre de l’emploi et de  la formation des 2 régions
  • Un représentant de la fondation Roi Baudouin
  • Un représentant de la Ligue des Familles
  • Le délégué général aux Droits de l’Enfant
  • Un représentant de la  plate-forme de lutte contre  l’échec scolaire
  • Un membre de l’OCDE et de l’Union Européenne
  • Certains représentants du monde académique, scientifique, culturel

L’ORGANISATION DE LA METHODE EMPLOYEE.

Il faut distinguer 4 niveaux :

  • Le bureau du pacte
  • Le Groupe Central
  • Le Groupe Central + le bureau du Pacte
  • Le Groupe Central + le bureau du Pacte + le comité scientifique.

 

A cet organigramme il faut  ajouter les 12 groupes de travail + les assemblées qui ont  eu lieu 3 fois dans  les provinces francophones.

         Cela fait un bon millier de personnes qui travaillent  à la construction de ce  pacte et à sa mise en œuvre.  C’était bien la volonté de la ministre de construire le  pacte en réunissant toutes les forces y compris celles du terrain .

LES FONCTIONS DES DIFFERENTS GROUPES .

 

  • LE BUREAU DU PACTE.

Ce bureau instruit les dossiers et les prépare pour  les transmettre au groupe central qui, lui, assure le suivi des travaux en collaboration avec les équipes universitaires(comité scientifique).

Le groupe central est composé de : 1 représentant du pouvoir organisateur des trois grands  P.O. + 1 représentant de chaque syndicat d’enseignants, + 1 représentant de chaque fédération de parents, + des représentants de l’administration générale de  l’enseignement + 1 représentant du ministre de l’enseignement supérieur + 1 représentant du ministre de  la promotion sociale.

  • LE GROUPE CENTRAL + LE BUREAU DU PACTE + LE COMITE SCIENTIFIQUE( ce comité scientifique est composé des représentants des 6 universités + l’équipe des Hautes Ecoles +un représentant de la fondation Roi Baudouin + des consultants et des  experts rencontrés régulièrement.

Le GROUPE CENTRAL se réunit  une fois par semaine pour coordonner les groupes de  travail, pour exécuter des décisions prises , pour s’occuper de  la  répartition des tâches.

 

  DETAILLONS PLUS  LES FONCTIONS DE L’ORGANISATION DU TRAVAIL

 

  • Rappel : GROUPE CENTRAL

                     BUREAU DU PLAN

                     COMITE SCIENTIFIQUE

CE QUI A ETE DETERMINE :  4 AXES  et 12 GROUPES DE TRAVAIL

 

AXE 1 :  Adapter les compétences et savoirs aux besoins de l’école du 21° siècle.

3 ATELIERS ont travaillé cet axe.

 

ATELIER1 : travaille les contenus : savoirs et  compétences

ATELIER 2 : réussir la transition NUMERIQUE

ATELIER 3 : réformer l’enseignement qualifiant 

                 

Ne pas  oublier  le lien entre  ECOLE et CULTURE.

 

AXE 2 . améliorer le  parcours scolaire de l’élève et lutter contre les ECHECS et les INEGALITES SCOLAIRES.

3 ateliers ont travaillé ce 2° axe.

ATELIER 1 : renforcer l’investissement dans  l’enseignement maternel

ATELIER 2 : renforcer l’orientation des élèves, la  lutte contre  l’ECHEC et  le DECROCHAGE

Atelier 3 : réduire les INEGALITES SCOLAIRES

 

AXE 3 : soutenir et  investir dans les EQUIPES PEDAGOGIQUES pour  leur  permettre de répondre  aux DEFIS de l’école du 21° siècle.

Atelier 1 : la FORMATION INITIALE ET CONTINUE   des enseignants

Atelier 2 : revaloriser, diversifier mieux accompagner la fonction enseignante et développer les PRATIQUES COLLABORATIVES

ATELIER 3 : revaloriser, professionnaliser, mieux accompagner la fonction de DIRECTION

 

AXE 4 : adapter la  gouvernance du système scolaire en vue de RESPONSABILISER les différents ACTEURS , améliorer  le PILOTAGE du système et ses performances , optimaliser l’organisation et les ressources

 

ATELIER 1 : améliorer le PILOTAGE et L’ACCOMPAGNEMENT du SYSTEME SCOLAIRE

 

ATELIER 2 : optimaliser l’ORGANISATION et les RESSOURCES du SYSTEME SCOLAIRE

 

ATELIER 3 : DEMOCRATIE SCOLAIRE : gratuité et qualité de VIE à l’ECOLE.

C’est assez complexe comme  organisation mais  le travail pour  l’avenir de notre école,  à différents niveaux, est plus que  nécessaire et mérite la contribution de tous les praticiens et ceux et celles qui ont  une certaine expertise de l’école. 4 axes de travail et 12 ateliers, si vous  lisez les  contenus des uns et  des autres,  ils rejoignent les préoccupations, les attentes, les  modifications de notre système scolaire. Les problèmes sont  bien cernés, les réponses se  construisent progressivement.

Rappelons aussi que des  réunions provinciales ont été organisées. L’avantage de ces assemblées c’est qu’elles s’ouvraient à tout  le  monde intéressé par le  sujet : le pacte Il fallait s’inscrire afin que ce genre d’activité soit efficace.

 

AJOUTONS QUE DES QUESTIONNAIRES ONT  ETE ENVOYES

  • A CHAQUE ENSEIGNANT
  • A CHAQUE DIRECTION
  • A CHAQUE MEMBRE DU POUVOIR  ORGANISATEUR OU DU CONSEIL COMMUNAL POUR  LES ECOLES COMMUNALES°
  • A CHAQUE FAMILLE

 

                                    DE CHAQUE ECOLE maternelle, primaire, secondaire) de Wallonie et de Wallonie-Bruxelles. Cette opération s’est faite dans  la  plus grande discrétion. Chaque acteur a été  invité à renvoyer son document relatant  les  richesses et les  améliorations à apporter à l’école fréquentée par leur(s) enfant(s) à l’administration centrale  à Bruxelles. Là-bas, il sera procédé  au dépouillement de chaque questionnaire . De ce dépouillement, il sera retiré un certain nombre de données particulières  à  chaque école (forces et  faiblesses qui seront  mises par écrit et envoyées à chaque école. C’est à partir de ces données que  les enseignants, la direction, les parents et le pouvoir  organisateur élaboreront UN PLAN DE PILOTAGE, propre à chaque école, plan qui sera approuvé ou qui sera  à revisiter pour la  mise en œuvre. Après 3 années, une évaluation sera effectuée pour  vérifier  si le travail entrepris va dans  le  bon sens.

Nous retiendrons  que madame la ministre de  l’enseignement  et son équipe de collaborateurs(trices) ont  mis tout en œuvre pour que ce  pacte soit  l’image  d’une DEMOCRATIE PARTICIPATIVE, ce à quoi notre école doit tendre pour  faire de  nos élèves DES FUTURS ADULTES RESPONSABLES. Rappelons que  les termes TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL sont repris sous l’expression QUALIFIANT.

Donc, on n’emploie plus les termes enseignement  technique et enseignement  professionnel mais  bien enseignement qualifiant, ceci afin de rétablir une représentation vraie de ces deux types d’enseignement. Pour trop de parents encore  à l’heure actuelle , fréquenter l’école  professionnelle c’est se préparer à un statut inférieur alors que l’apprentissage d’un métier est loin d’être dégradant. Espérons  que cette  image changera  avec la mise en œuvre du pacte d’excellence.

 

                                                                 P.Bour

                                                                  14 juillet 2019.

                    

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel