La Vierge des prisonniers trouve refuge au Remember Museum

Marcel et Mathilde Schmetz ont récupéré la Vierge de l’AK 383 G.W. Une statuette que l’on pourrait croire banale, mais qui a fait l’objet d’une dévotion intense durant la guerre et qui était promise à la destruction.

La Madone avait passé la guerre dans un camp de prisonniers en Autriche. Les quelque 2.000 Belges qui étaient détenus au Kommando 383 G.W. Stalag XVIII A de Judenburg, en Styrie, avaient acquis cette statuette pour se recueillir devant elle. Ils n’avaient pas d’aumônier à leur disposition et se réunissaient épisodiquement devant une petite chapelle où ils avaient placé la Madone.

ON RISQUAIT DE LA JETER

Après avoir récupéré leur Vierge, les anciens du Stalag XVIII A ont alors cherché un lieu de culte ou un édifice où ils pourraient se recueillir devant leur Vierge au pays. Ainsi, la Vierge trouvera refuge dans la basilique de Chèvremont (Chaudfontaine), lieu de pèlerinage administré par des pères carmes et traditionnellement fréquenté par de nombreuses familles liégeoises.

Mais les pères ont quitté leur couvent et la basilique a mal supporté les injures du temps. En 2017, l’ensemble était mis en vente.

La statue de la Vierge ne paraissait plus intéresser grand monde et on avait l’intention de s’en débarrasser, voire de la jeter.

Désormais, la statuette trône au milieu des mannequins et derrière des barbelés, au troisième étage du Remember Museum, où Marcel Schmetz avait déjà reconstitué un baraquement de prisonnier.

L'article complet d'Yves BASTIN est à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 avril 2019.

A NOTER: À visiter les premiers dimanches du mois aux Béolles, à Clermont (087/44.61.81).

Les commentaires sont fermés.