Nosbau: les francophones choisissent le Foyer malmédien

Les cinq communes francophones affiliées à la société de logements sociaux Nosbau, à savoir Welkenraedt, Plombières, Thimister-Clermont, Aubel et Baelen, espèrent devenir autonomes dès juin prochain à l’occasion du renouvellement des instances. Elles souhaitent ainsi préparer au mieux l’éventuelle fusion avec le Foyer malmédien, option choisie par les cinq communes francophones, a fait savoir lundi à l’agence Belga, Jean-Luc Nix, bourgmestre de Welkenraedt.

Nosbau, dont la particularité réside dans l’affiliation de communes francophones et germanophones (Lontzen, Raeren, La Calamine, Eupen), est touchée par la sixième réforme de l’État qui octroie à la Communauté germanophone une pleine autonomie en matière de logement.

Créée en 2003 et forte de 1.750 logements, elle va donc être scindée en deux, les communes germanophones se ralliant à la structure existante de Saint-Vith. Pour les communes francophones, la donne était claire: choisir entre Logivesdre, la Régionale visétoise et Le Foyer malmedien.

C’est cette dernière structure qui a été choisie « car la typologie des communes correspond. De plus, nous aurions été absorbés par les deux autres structures. Ici, avec nos 600 logements, on rejoint une structure de 400 habitations. Cependant, cette solution doit encore faire l’objet d’analyses surtout financières », admet Jean-Luc Nix.

Selon une analyse, les cinq communes francophones affiliées à Nosbau pourraient réaliser une structure indépendante, mais cette solution n’est pas préconisée par la ministre wallonne du Logement, Valérie De Bue.

« Avant de parler fusion, il faudra que le décret soit voté. Néanmoins, nous souhaitons être autonome dès juin en récupérant le numéro de Nosbau pour préparer ce mariage sereinement », ajoute M. Nix.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel