Le Prince Laurent et les siens chez Stassen

La famille s’est montrée intéressée par le cidre et le Kidibul, dont les enfants sont fans.

Hôtes de marque à Aubel, hier : le Prince Laurent, la princesse Claire et les princes Louise, Nicolas et Aymeric ont débarqué à la cidrerie Stassen. L’occasion de découvrir un des fleurons de notre industrie régionale et, pour les enfants, de voir où sont pressés les fruits qui donneront leur Kidibul.

La direction de la cidrerie Stassen et Philippe Stassen, le patron de Néobulles, dont les produits sont fabriqués à Aubel, ont reçu le prince Laurent et les siens, à Aubel. La famille a débarqué à l’usine au complet, avec Claire, les princes Nicolas et Aymeric ainsi que la princesse Louise.

Première étape : l’équipement de rigueur. Tablier blanc, lunettes de protection et charlotte ou cas- quette, un peu étroite pour le frère du Roi. Une opération d’habillage qui se déroule dans la superbe salle de réception aux tentures évoquant des vergers et dont le plafond est garni de caisses à fruits. « Splendide », s’enthousiasme l’épouse de Laurent. Lequel explique alors le but de la visite, que la famille veut peu formelle : « Nous avons voulu montrer aux enfants comment fonctionne la société en général et quelle est la place des entreprises dans la société. Puis, un étage en dessous, comment se passe le développement des produits dans une société comme celle-ci. Nous essayons de visiter de manière ludique une société par an. » D’où la découverte de cette cidrerie, après celle d’une sucrerie. Accessoirement, cette visite est aussi l’occasion de « faire la promotion d’entreprises locales », se réjouit Laurent. Lors de la visite des laboratoires, puis des unités de production, les questions fusent. Un des petits princes entend que pour produire le cidre, on utilise des pommes spéciales, amères. Il croit deviner que cela signifie « dégoûtantes ». Mais rapidement, on le rassure. Son père, lui, s’interrogera sur les délais entre la cueillette et le pressage pour en arriver au cidre. Réponse : 48 heures. Il s’intéressera aussi à la fermentation. Ce n’était pas la première fois qu’un fils d’Albert II visitait la cidrerie : Philippe, le futur Roi, y était déjà venu voici une petite vingtaine d’années.

YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 27 octobre 2016

Les commentaires sont fermés.