Jan Jambon craint l’arrivée de motards

HERVE – CRIMINALITÉ LIÉE AUX DEUX ROUES 

Un gang allemand veut s’établir chez nous

Capture d’écran 2015-06-20 à 09.51.10.png

 Le Pays de Herve pourrait-il être confronté à une arrivée de gangs de motards ? Le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a dit le craindre lors de sa visite à la zone Pays de Herve.

En visite à l’antenne de police de Herve, le ministre fédéral de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), y a été accueilli par le bourgmestre Pierre-Yves Jeholet et ses homologues de Welkenraedt, Baelen et Aubel, ce dernier tentant même une pointe d’ironie en situant Aubel « juste à côté de Fourons »... 

Après une brève présentation de la zone de police « Pays de Herve » que son chef Michel Goffard déclare bientôt quitter la tête haute compte-tenu des statistiques de criminalité et de coûts plutôt favorables, le ministre a d’abord tenu à remercier tous les policiers de la zone. « Je tiens à donner tout mon soutien aux nombreux policiers du pays, compte tenu des sacrifices consentis pour faire face au niveau de menace.». 

Avant de répondre aux questions, Jan Jambon a voulu attirer l’attention sur la problématique croissante des bandes de motards, ceux qui naviguent en dehors des clous de la loi: «Les Pays-Bas et l’Allemagne viennent de renforcer leur arsenal juridique et peuvent désormais intervenir directement pour faire face à ce type de délinquance très spécifique. Ce n’est pas encore le cas en Belgique, ce qui risque de provoquer une migration de certaines de ces bandes étrangères vers vos régions frontalières... » a expliqué le ministre fédéral. Jan Jambon a expliqué avoir été interpellé par des responsables de zones de police du nord du pays constatant de tels projets. Le chef de corps de la zone Pays de Herve, qui borde l’Allemagne et les Pays-Bas, a confirmé que, du côté d’Eupen, il y avait des velléités d’achat de bâtiments susceptibles d’abriter des membres d’un gang de Bandidos allemand. ̈Par ailleurs, un autre responsable de la zone a signalé qu’un Hells angel suisse, connu de la police, vivait sur le territoire de la zone. 

La suite de l'article de F.H. est à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 20 juin 2015.

Les commentaires sont fermés.