Procès Hody

6ème JOUR A LA COUR D’ASSISES 

François Toussaint, « menteur habile » 

La cour d’assises de Liège a entendu lundi les témoins de moralité du Welkenraedtois François Toussaint au procès des quatre individus accusés dans l’assassinat de Manuel Maroquin en mars 2005. Il a été décrit comme un menteur très adroit. La personnalité de François Toussaint, accusé qui fait défaut au procès, a été abordée par les témoins de moralité.

Cet accusé a laissé une double im- pression aux gens qui l’ont fréquenté. Certaines de ses connaissances l’ont décrit comme un homme calme, maître de lui et gentil. Une ancienne compagne a rapporté qu’elle ne parvenait pas à le croire impliqué dans ce genre de faits. « Il présentait une trop grande maîtrise de lui pour commettre ce genre de faits », a-t-elle indiqué. Un citoyen suisse avait fait la connaissance de François Tous- saint en 2003. L’accusé prétendait avoir des connaissances poussées en informatique. Il cherchait à organiser une foire sur la sécurité et l’antiterrorisme. Face à son contact, il paraissait précis, respectueux, honnête et intelligent. Mais cette belle image se serait effritée au fil des années et les qualités qu’il mettait en avant ne se sont pas toujours avérées fondées. Après sa sortie de prison dans le cadre de la présente affaire, François Toussaint avait tenté de mettre sur pied des associations humanitaires. Puis, il est parti de manière précipitée au Burundi. Il a ensuite traversé clandestinement la frontière vers la République Démocratique du Congo, où il avait des vues politiques en vue de s’opposer à la dictature. Ses relations avec le pouvoir congolais étaient mauvaises. Il a été emprisonné et accusé d’espionnage. Il a été acquitté des faits après 18 mois.

Mais cet homme qui l’avait aidé à se remettre sur pieds et qui lui avait prêté de l’argent affirme que son avis a changé. « Il n’a jamais voulu me rembourser l’argent prêté et il m’a menacé. J’ai alors réalisé qu’il m’avait menti sur beaucoup de choses, avec une grande habileté. Il m’a toujours soutenu qu’il était en état de légitime défense dans le cadre des faits qui lui sont reprochés en Belgique. Mais je ne sais plus ce qu’il faut en penser, tant j’ai réalisé qu’il mentait régulièrement », a rapporté ce témoin. En tout, la cour a entendu 110 témoins au cours du procès. La journée de mardi sera consacrée aux plaidoiries et au réquisitoire de l’avocat général.

(d'après BELGA, dans "La Meuse Verviers" du 21 janvier 2014). 

Les commentaires sont fermés.