La personnalité d'Yves Hody évoquée aux Assises

5ème JOUR A LA COUR D’ASSISES 

Le tireur, bodyguard de Patrick Bruel ?

C’est ce qu’il a prétendu devant la Cour 

Toussaint.jpg

De nombreuses informations relatives à la personnalité de François Toussaint, un des accusés de l’assassinat de Manuel Maroquin, ont été exposées devant la cour d’assises de Liège. Cet accusé est actif dans la sécurité. Le Welkenraedtois prétend notamment qu’il a été le garde du corps de Patrick Bruel. Selon les enquêteurs, il est avéré qu’il a été reconnu instructeur sur le maniement des armes par le FBI. La personnalité du Jalhaytois Yves Hody a aussi été évoquée. Il a travaillé dans de nombreux domaines et a été l’agent artistique de la marionnette Tatayet.

Pour les enquêteurs de la police liégeoise, l’enquête de moralité relative à François Toussaint qui est accusé d’avoir tiré sur Manuel Maroquin a été alimentée par de nombreuses informations. Le Welkenraedtois est actuellement en fuite et n’assiste pas à son procès. Il serait actuellement en République de Centrafrique, actif dans une milice qui affirme qu’elle réclame la révolution et la justice. Une vidéo intitulée « Révolution Justice » a été postée au début du mois de janvier 2014 sur You Tube dans laquelle François Toussaint apparaît dans les ultimes secondes de l’enregistrement en sa qualité de « Général Kalonda ».

François Toussaint se dit expert en maniement des armes. Il dit avoir rempli des missions de garde du corps et avoir, dans ce domaine, été le protecteur de Patrick Bruel en Belgique. Toussaint aurait tenu une école de formation pour gardes du corps en Belgique à destination notamment de certains policiers. Mais l’un de ses contacts dans la hiérarchie a été révoqué de la police et est devenu député pour le Vlaams Block.

AGENT ARTISTIQUE DE TATAYET

Les enquêteurs ont aussi dressé le portrait du Jalhaytois Yves Hody, accusé d’avoir commandité le meurtre de Manuel Maroquin. Décrit comme généreux et mythomane, Hody a exercé des activités professionnelles diverses. Il était notamment l’agent artistique du marionnettiste Michel Dejeneffe, auteur des spectacles de Tatayet.

Yves Hody est issu d’une famille bourgeoise. Il a abandonné ses études à l’âge de 17 ans et ne possède aucun diplôme. Cet accusé est décrit comme beau parleur, mythomane, instable et violent sous l’emprise de la boisson. Il a le don d’embobiner les gens.

Yves Hody est aussi un bon vivant et un homme sociable, généreux lors de ses sorties. Il présente une certaine intelligence et des talents multiples, dont celui de la négociation. Durant sa vie professionnelle, il a exercé de nombreuses activités avec souvent des fins peu heureuses. Sa principale activité était de racheter des sociétés en difficulté mais, à chaque fois, cela tournait en faillite ou menait à la catastrophe. Dernièrement, il a exercé une activité de distributeur de sachets pour déjections canines.

Yves Hody a été actif dans divers secteurs professionnels. Sa facilité à prendre contact avec les gens lui a permis de devenir l’agent artistique des spectacles de Michel Dejeneffe, le ventriloque qui utilise la marionnette Tatayet. Yves Hody collectionne au moins sept condamnations, allant de la déclaration de culpabilité à 14 mois de prison ainsi que des déchéances de conduire et des interdictions de commercialité de longue durée.

Les enquêteurs ont précisé que Hugues Dewit a exercé des activités professionnelles dans le domaine des installations de matériel de sonorisation et d’alarmes dans les voitures. Il s’est déclaré actif dans le secteur de la sécurité diplomatique mais cette activité, exercée en noir, n’a pas laissé de trace officielle. Il aurait également été agent de sécurité pour une société française de Roubaix et été consultant en sécurité pour des entreprises. Il est actuellement gérant d’une société à Wauthier-Braine.

Olivier Pagnier a été adopté dès sa naissance. Il n’a jamais accepté les contraintes disciplinaires durant sa jeunesse et n’a pas connu de succès lors de ses études. Passionné de balistique et d’activités militaires, il a tenté de faire carrière dans l’armée mais a été déclaré inapte en raison de problèmes disciplinaires et de vertiges. Il rêvait d’une carrière dans le domaine de la sécurité. Il a travaillé pour deux sociétés de sécurité reconnues mais il a été licencié en raison de ses nombreuses absences et du fait qu’on a découvert qu’il portait une arme de poing sous son pull. Outre sa participation à une unité de scouts, Olivier Pagnier a été employé d’un Mc Donald à Waterloo. Il est décrit par les enquêteurs comme un homme qui aime se faire valoir et qui s’exhibe dans la vie civile en tenues de militaire ou de sécurité. Fabulateur, il est en attente d’un statut de handicapé.

Durant l’audience de l’après-midi, le fils de Manuel Maroquin, âgé de 13 ans, a assisté aux débats. Neuf années après les faits, il souhaitait connaître le visage des individus qui sont accusés d’avoir assassiné son père.

Les derniers témoins de moralité seront entendus lundi.

(dans "La Meuse Verviers" du 18 janvier 2014). 

Les commentaires sont fermés.