Attention aux dangers du sexting

 

PAYS DE HERVE – POLICE 

La zone de police du Pays de Herve met en garde les internautes contre le phénomène du « sexting ».

sexting.jpg

Voilà ce qu’elle explique : « Il s’agit d’un nouveau phénomène de mode chez les jeunes qui consiste à envoyer des photos ou des vidéos dans des positions dénudées ou suggestives via les téléphones portables ou les réseaux sociaux. Ils sont alors capables de se déshabiller sur commande devant une webcam ou d’envoyer des photos dénudées par SMS ou par Facebook à leurs amis, partenaire, amis virtuels... Mais les jeunes ne mesurent pas les conséquences du pouvoir des images. Car une fois l’image ou la vidéo envoyée l’auteur en perd immédiatement le contrôle. »

En effet, les conséquences de ce genre d’images peuvent être catastrophiques pour la victime : harcèlement, chantage, voire même suicide.

Ces cas de sexting, où les photos sont publiées sur internet, se multiplient ces derniers temps.

DES CAS À HERVE ET MONS

Nous l’annoncions ce week-end. À Mons, par exemple, une jeune fille de quatrième secondaire avait fait une photo d’elle en sous-vêtements. Cette photo, qui était destinée à son ami, s’est retrouvée entre les mains d’un autre garçon et a fait le tour des réseaux sociaux. D’après un élève de la même école, la photo aurait été publiée suite à une dispute entre amis la semaine dernière. Plus près de chez nous, c’est à Herve, justement, qu’une photo truquée a circulé sur internet. Au mois de décembre dernier, une jeune élève de première année du Collège de la Providence a été victime d’un photomontage, où sa tête avait été «collée» sur un corps complètement dévêtu. Le directeur de l’école avait alors promis des sanctions sévères à celui qui était à l’origine de ce montage.

Les conséquences peuvent être dramatiques : harcèlement, chantage, honte, suicide,…
Car ces photos ou vidéos peuvent, suite à une dispute ou à une rupture, être diffusée aux yeux de tous et entraîner le début de nombreuses difficultés.

Comment protéger nos enfants ? 

-leur expliquer les dangers d’internet 
-demander à l’opérateur un contrôle parental afin de bloquer l’accès à certains sites.
-mais surtout discuter avec son enfant de l’importance du sens de l’intimité et de la pudeur. Toute relation commence par le respect de son propre corps, il ne doit pas devenir une monnaie d’échange ou un outil.
- prendre contact avec votre médecin traitant, des professionnels des problématiques liées à l’adolescence (OPEN ADO, Rue Beckman n° 26, 4000 Liège. 04/237.93.18).

Pour tout renseignement ou pour tout conseil, n’hésitez pas à contacter le service d’assistance policière aux victimes de votre zone de police au 087/343.620.

(SIEGLINDE MARX dans "La Meuse Verviers" du 14 janvier 2014 et la page Facebook de la Zone de Police du Pays de Herve.)

Les commentaires sont fermés.