Aubel

  • Le burn-out expliqué

    Ce mardi 24 septembre, à 20 heures, au centre culturel d’Aubel, nous avons la chance de pouvoir entendre une spécialiste, madame Hansez, professeur à l’université de Liège, travaillant aussi dans le milieu social et dans des organisations du même créneau. Ce professeur nous entretiendra du « BURN-OUT », mot que l’on entend très très souvent et qui atteint toutes les couches de la population. 

    Bien souvent, nous entendons des réflexions du type « ce n’est pas pour moi, c’est pour les autres ». C’est assez individualiste comme réflexion, car vous ne connaissez pas votre avenir, peut-être qu’un jour, ce sera quelqu’un de votre famille ou de votre voisinage, un ami ou une amie, un enfant, un adolescent, un adulte qui vivra cette période momentanément difficile. Le fait d’avoir reçu une information de base sur le Burn-out pourrait vous aider à accompagner cette personne en souffrance.

    Dans la vie quotidienne, il faut être proactif, prévenir plutôt que devoir se soigner.

    Entrée gratuite.

  • Aubel a déroulé quarante minutes à Schaerbeek

    Après deux belles victoires à Flénu et face à Mons-Hainaut, deux des équipes pointées parmi les favoris de la série, Aubel se Capture d’écran 2019-09-23 à 08.06.44.pngdéplaçait à Schaerbeek ce samedi en début d’après-midi. Et les Herbagers retrouvaient Klassen et Bertho pour cette rencontre alors que Bousmanne et Manset seront bientôt de retour aussi.

    Les hommes d’Arnaud Lardinois démarraient bien la rencontre et filaient rapidement à 17-30 après 10 minutes. Face à une jeune équipe peu structurée et pratiquant un jeu de street basket, Aubel n’aura cessé de dérouler durant cette partie. L’écart est toujours monté et les Bruxellois ne sont jamais parvenus à inquiéter les Aubelois qui se sont logiquement et facilement imposés sur le score de 70-103. De quoi afficher un bilan parfait de 3 victoires en 3 matchs et de truster les sommets de la R2 avec Frameries. « Comme je l’avais prédit, nous avons joué face à une équipe peu habituée à défier une défense de zone », dit Arnaud Lardinois. « Je suis vraiment très fier de mes gars qui ont livré un bon match et on voit qu’il y a vraiment une grosse cohésion à Aubel pour le moment. Schaerbeek est une jeune équipe qui pratique le street basket et ils ont vraiment eu du mal face à notre zone. On pourrait difficilement rêver mieux comme entame de championnat. » 

    C.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 20189.

    Lire la suite

  • Encore une (grosse) victoire pour Aubel B

    P3C

    JEUNESSE SPORTIVE LIÉGEOISE - AUBEL B : 2-6

    Les buts : 12e Barzin (0-1), 33e Van Muylder (0-2), 51e Landu (1-2), 55e Van Muylder (1-3), 58e Landu (2-3), 74e, 76e sur pen. Pelsser (2-4 et 2-5), 87e Nijhof (2-6)

    Jeunesse Sportive Liégeoise : Tedika Yimbu Luemba, Mutanda Mbuyi (64e Nzamokili), Sebastiao (46e Kadima Muasa), Wishiya Tshinyi, Onya Otepa, Landu, Kibonge (64e Olondo), Ki, Selemani, Ngombo Mansoni, Diakhate

    Aubel B : Cloes, Pesser, Malta, Heydens (79e Marlet), Ernst, Van Muylder, Beckers, Charef, Spits, Barzin (67e Nijhof), Pelsser (78e Chaineux)

    Cartes jaunes : Selemani, Malta, Heydens, Diakhate

    Carte rouge : 30e Selemani (2j.)

    Arbitre : M. Milet

  • Grosse frayeur pour Aerts remplacé par Beckers

    Peu après le quart d’heure de jeu, Kevin Aerts a dû quitter ses coéquipiers sur blessure. En effet, sur une sortie, le gardien d’Aubel est rentré en contact avec Ziane et est resté au sol pendant de longues minutes. Il a finalement pu quitter le terrain avec l’aide de certains de ses coéquipiers et a été remplacé par Beckers. Après la rencontre, aucun verdict n’avait encore été établi, mais Aerts serait touché au niveau du pied. On devrait avoir plus d’informations dans les prochains jours concernant la gravité de sa blessure, en espérant évidemment que le gardien puisse rapidement revenir sur les terrains. 

    N.E. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2019.

  • Aubel n’aurait pas dû se découvrir à 1-1

    Alors que Weywertz et Aubel ont vécu un début de saison compliqué en termes de résultat, ils s’affrontaient samedi soir sur les terres germanophones. Rapidement devant, Weywertz a bien cru concéder le nul lorsque Van Melsen a égalisé sur penalty. Néanmoins, cinq minutes plus tard, c’était au tour d’Evens de convertir à 11 mètres et d’offrir la victoire aux locaux. S’il était content du résultat final, Jean-Michel Ummels n’était pas forcément convaincu par la prestation de ses hommes : « Je suis satisfait des trois points, mais pas de la manière » affirmait-il d’emblée. « Je pense que c’est le moins bon match que l’on a joué depuis le début de saison. J’avais dit avant la rencontre que ce que je voulais, c’est

    qu’on aille 6 points, mission accomplie. Maintenant, c’est sûr que ça a été poussif et qu’on ne s’est pas créé beaucoup d’occasions. Néanmoins, sur ce genre de match, ce qu’il faut arriver à faire c’est marquer quand on a cette petite occasion, ce qu’on a fait. Notre problème, comme à chaque fois, c’est que quand on démarre la seconde période, on est complètement absent les 15, 20 premières minutes. C’est quelque chose qui ne va pas et qu’il va falloir corriger. »

    COURU EN VAIN

    Du côté d’Aubel, on aurait clairement mérité le match nul. Néanmoins, c’est avec la défaite que les hommes de René Ernst sont repartis à la maison. « C’est une grosse déception car on a dû courir pendant 80 minutes pour finalement ne pas prendre un seul point » nous confiait le coach des visiteurs après le match. « On a eu des possibilités, des ballons devants le but, puis on obtient à la 80 e un penalty, qui me semble tout à fait logique et on revient à 1-1. À

    partir de là, on repart dans nos travers. On va de l’avant, tout le monde s’engage, on prend un ballon dans notre dos, on fait faute dans le rectangle et on encaisse de nouveau un but. Je signe 1000x pour le 1-1, aussi pour le 1-2, mais surtout pas pour le 2-1. Il faut garder cette sérénité dé-

    fensive et faire comme on a fait jusqu’à la 80 e minute, c’est-à-dire attendre le bon moment et avoir la réussite pour marquer un but. Mais certainement pas se découvrir après. Au vu du match, on peut être frustré de ne pas avoir pris le point. » -

    NICOLAS EVRARD dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2019

    Lire la suite