Aubel

  • À Eupen, tout a changé après la défaite contre Sart

    Avec deux victoires d’affilée, Eupen se relance en P2C. L’entraîneur Michel Remacle avoue qu’un déclic a eu lieu après la défaite contre Sart.

    Nous sommes le 3 novembre dernier, à la suite d’une nouvelle défaite de son équipe, face à Sart cette fois-ci. Michel Remacle ne veut pas rentrer dans le vestiaire. Le FC Eupen est désormais troisième en partant de la fin au classement, alors que les Eupenois espéraient jouer le tour final. L’ancien entraîneur d’Aubel reste de longues minutes sur son petit banc. Rejoint par sa femme et son T2, il prend le temps de discuter. Que faire pour tenter de relancer l’équipe ? « Je n’avais pas envie de démissionner, mais je me suis dit que j’allais venir le mardi à l’entraînement comme si j’arrivais dans un nouveau club », confie-t-il. Par ailleurs, comme lors de ses années aubeloises, il passe une nuit blanche ce jour-là. « Le lundi matin, ils avaient un mail avec trois vidéos de 8 minutes expliquant ce qui allait et ce qui n’allait pas. »

    D'un article de LOÏC MANGUETTE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 20 novembre 2019.

  • Kevin Aerts veut qu’Aubel continue à jouer avec le même état d’esprit

    Accueillir l’UCE Liège était loin d’être une sinécure pour Aubel, mais les hommes de Tony Niro ont réussi à s’en sortir en signant une belle victoire 2-1. « L’UCE avait plus la pression que nous. Il « devait gagner » sur le papier. Nous, notre championnat, c’est une succession de matchs de Coupe. On prend match après match pour essayer de se sauver », note Kevin Aerts, le portier des Herbagers.

    Tout ne fut pas simple car, en première période, on se demandait surtout quand l’UCE allait débloquer le match et dérouler, vu la domination. Mais ce n’est jamais arrivé. Pire, en deuxième période, Aubel a fait preuve d’un réalisme froid. « D’abord, il fallait garder le zéro et arrêter de prendre des risques inutiles. Si on y parvient, ça va forcer nos adversaires à pousser et on doit alors utiliser nos qualités en contre. Comme ce dimanche où, sur les deux premiers ballons qu’on a dans le rectangle, on marque deux fois », analyse le gardien.

    D'un article de J.D. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 20 novembre 2019.

  • Cyrian Piette (Ster-Francorchamps) étonne

    Arrivé par hasard à Ster-Francorchamps, le jeune Cyrian Piette aurait pu parfaire sa formation dans des clubs de l’élite belge, mais la sagesse, la maturité lui ont finalement permis de découvrir le foot adulte, à Ster où le gamin prend du galon…

    Du haut de ses 17 printemps, le jeune Sterlain, Cyrian Piette, a été assez saignant en première période dimanche dernier face à Fize. Le citoyen d’Henri-Chapelle qui suit les cours à l’école de Welkenraedt joue sans complexe et, pour sa première saison dans le monde adulte, fait effectivement preuve d’une belle maturité. Ce jeune gaillard qui arrive en ligne droite d’Aubel avait besoin d’un nouveau challenge dans une carrière, déjà bien riche en clubs. « Si j’avais débuté le foot à Rechain, je suis quand même passé une année par l’école des jeunes du Standard et de l’AS Eupen ». Mais, ces 2 saisons n’ont jamais su trouver un cheminement pour des raisons qui lui sont propres. « Au Standard, j’avais, à peine, 12 ans, mais avec 5 entraînements par semaine, cela ne s’accommodait pas bien avec l’école et, j’ai préféré ne pas poursuivre l’aventure à l’académie Dreyfus ».

    Par contre, il y avait d’autres raisons pour ne pas poursuivre au Kehrweg. « Là, j’avais 15 ans et mon coach était Youssef Solhi. J’ai, aussi, pu connaître Samuel Schyns qui évolue actuellement à La Calamine. Eupen avait un degré d’exigence et d’attente assez important et, cela ne collait pas non plus… J’ai préféré aussi ne pas allonger mon séjour là-bas et j’ai, alors, abouti à Aubel ». Mais le courant ne passait pas non plus chez les Herbagers…

    D'un article de PATRICK GODARD à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 20 novembre 2019.

  • Décès de Madame Jeannine PIRENNE

    La famille annonce le décès de Madame Jeannine PIRENNE, née à Battice le 16 juin 1950 et décédée à Plombières le 19 novembre 2019.

    La défunte repose au funérarium  à Aubel, où la famille recevra les visites mercredi et jeudi de 17 à 19 heures.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'incinération, sera célébrée en l'église Saint-Hubert à Aubel le vendredi 22 novembre 2019 à 10 heures 30.

    Le dépôt de l'urne cinéraire au columbarium du cimetière de Thimister aura lieu dans l'intimité familiale.

    En lieu et place de fleurs, la famille vous invite à faire un don aux soins palliatifs de la clinique Saint-Joseph à Moresnet sur le compte BE41 7311 1840 1710, avec la communication "En souvenir de Jeannine PIRENNE".

    Lire la suite

  • Les Aubeloises s’installent en tête de la Ligue B

    « On ne peut plus se cacher ! » Stéphan Dorthu, le président du club de volley d’Aubel, ne peut être plus clair suite 59697412-BB1C-4EC2-AF05-009A0EAC13C7.jpegau succès des dames ce di- manche contre Gand en Ligue B. Un succès net et sans bavure sur le score de 3 sets à 0 qui confirme la victoire de la semaine précédente face à Kalmthout, également sur le score de 3-0. En clair, en l’espace de deux week-ends, les Aubeloises ont battu les actuelles deuxièmes et troisièmes de Ligue B (soit le deuxième échelon national) en ne concédant pas le moindre set. Assurément un signal fort envoyé aux concurrents dans l’optique de la montée en Ligue A !


    Ce week-end, les Aubeloises se sont emparées de la première place. Elles avaient déjà occupé cette position en début de championnat la saison passée, mais cela n’avait pas duré et la fin de saison avait été plus compliquée. Cet été, les dirigeants du club aubelois ont veillé à renforcer l’équipe et le staff afin de se donner les moyens de leurs ambitions. Car la Ligue A est bel et bien l’ambition du cercle aubelois. « On a renforcé l’équipe avec Lotte Penders, une ancienne internationale belge qui est arrivée d’Anvers (Ligue A). C’est un très gros renfort pour nous et cela a été notre seul transfert entrant », signale Stéphan Dorthu, au centre sur la photo du bas. « Du côté du staff, on s’est aussi considérablement renforcé avec l’arrivée de Sven Govers en tant que T2. Il provient de Malines, entraînait Farciennes en Ligue A la saison passée et a été assistant-coach en équipe nationale féminine. C’est un gros plus pour nous et il s’occupe du scouting et des entraînements vidéo. Pierre Vanspauwen est toujours le coach. On a donc mis les moyens et on s’est considérablement professionnalisé. Le but, c’était de faire mieux que la troisième place de la saison passée... »


    Mais pour accéder à la Ligue A, ce qui constituerait une première historique pour Aubel, il n’y a qu’une solution : remporter le championnat. Il n’y a en effet qu’un seul siège montant. « Si Aubel est prêt pour la Ligue A ? C’est encore un peu tôt au niveau du club, que ce soit au niveau financier ou structurel. Pour ce qui est de la salle, elle a été transformée et on a tout ce qu’il faut pour la Ligue A. L’envie d’aller en Ligue A est là, cela a toujours été un fantasme et ce serait le Graal, mais chaque chose en son temps. En parallèle, on essaye aussi de faire progresser nos jeunes en P1 », reprend le président du club aubelois, où il n’y a plus d’équipe masculine depuis quelques années, mais où le public répond présent. « On accueille beaucoup de spectateurs. Contre Kalmthout, on était à environ 300 personnes et à une centaine ce dimanche contre Gand. »


    FAVORITES EN COUPE DE LA PROVINCE


    Avec un noyau volontairement moins étoffé que la saison passée (10 joueuses), Aubel réussit un début de championnat parfait : 6 matchs, 6 victoires, 1 seul set concédé. Mais on n’en est encore qu’au quart de la compétition, qui compte 24 matchs. Déjà éliminées en Coupe de Belgique (par une formation de Ligue A en 8e de finale), les Aubeloises devront par contre assumer leur statut de favorites en Coupe de la Province.

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 19 novembre 2019.