Val-Dieu

  • Merci aux deux « Léon », à « Michel », vous ne serez pas oubliés.

    Tout citoyen, toute citoyenne a au moins  un pouvoir, celui de  la  « liberté » (sauf quand il (elle) en fait  un mauvais  usage). Dans tout  itinéraire de vie, chaque  être humain vit des situations où il rencontre  une, plusieurs , un groupe de  personnes qui possèdent  « UN » pouvoir. Par contre, d’autres personnes revendiqueront, utiliseront « LE » pouvoir.

    Ce  pouvoir, nous  pouvons  l’exercer de deux  manières : soit  d’une  manière « DEMOCRATIQUE » soit d’une  manière « AUTORITAIRE ». Ces deux  manières sont très différentes dans  leur conception et dans  leur  pratique respective  ainsi que  dans  les conséquences de l’une  et de l’autre.

    Le choix entre ces deux  pouvoirs repose des convictions, des croyances, des valeurs, des conceptions de la vie. Considérons les valeurs.

    Le  pouvoir démocratique repose sur des valeurs comme le  partage, le dialogue, la confiance, le bien-être, le vivre ensemble, la responsabilité d’un chacun, la construction d’un projet élaboré ensemble. Ce  pouvoir  vise avant  tout « L’ETRE HUMAIN ». Tandis que  le  pouvoir  autoritaire  met plus  l’accent sur l’économique, le  profit, l’efficacité, la  productivité, la volonté de dominer. Le  pouvoir de décision est présent dans  les deux types  de pouvoir  mais la  manière de le construire et de  l’exercer est différente. Dans  le  pouvoir  autoritaire, l’objectif visé  est moins  l’être humain, c’est le rendement.

    Ce sont ces quelques  lignes que  je voulais écrire avant de  m’adresser :

    ·      Aux deux « Léon » : le père et  le fils

                                       Le grand et le  petit

                                       L’aîné et le jeune

    Chers vous deux,

    Sans vouloir entrer dans des  polémiques, il y en  a eu assez ces derniers temps, je voudrais  vous dire  MERCI. Merci à vous deux pour TOUT, TOUT, tant  à Aubel qu’au Val-Dieu. Attardons –nous sur Le casse-croûte.

    Bien, sûr que  l’abbaye a pour  mission d’accueillir les gens chaque  jour mais « VOUS DEUX » vous avez  aussi répondu à une  mission  d’une autre  dimension , complémentaire à celle de  l’abbaye . Votre  mission a été et sera  bientôt terminée celle de l’accueil chaleureux, du sourire  permanent, du rire aux éclats,

    De procurer du travail aux  jeunes, d’accueillir les  pèlerins, les promeneurs en présentant  la  restauration  à des prix plus que démocratiques. Je  ne voudrais pas oublier les centaines, voire  les  milliers de verres de bière de Val-Dieu.

    Mission d’accueil, mission de service, mission sociale, lieu de rencontre. De plus, les  « habitués » et Dieu sait s’il y en avait car il suffisait de regarder l’occupation des  parkings. Ils aimaient se rendre au casse-croûte car c’était  l’endroit pour rire, pour se distraire, pour se requinquer grâce  à nos deux  animateurs  à la fois  sérieux et comiques, super  motivés. Vous avez deviné de qui je  parle : « LEON père et MICHEL » que  nous  ne devons  pas oublier.

    Merci aux deux « Léon », à « Michel », vous  ne serez pas  oubliés.

    Les deux « Léon » dites-vous bien que  la situation pénible que  vous vivez actuellement est dans  la  logique  du moment, la  logique  à dominante économique : la délocalisation des entreprises, le rendement, le  pouvoir de  l’argent, les restructurations  qui entraînent  des pertes d’emploi ( au moins  26 personnes dans  votre cas)  bien  qu’il y ait  un effet d’annonce qui concerne  un petit  nombre.

    Petit « Léon », ta route est encore  longue, avec ton courage, ta volonté, ton expérience si courte soit-elle, tu trouveras, l’avenir n’est pas bouché  pour toi.

    Grand « Léon », comme tu l’as dit, tu as raison de te reconvertir dans  une vie  nouvelle, il n’y a pas d’âge  pour cette reconversion.

    MERCI ! MERCI ! MERCI !  A vous deux, à Michel, à tout votre personnel.

                                                                                                             P.Bour

  • Léon Stassen sur TéléVesdre

    l

    Stupéfaction et incompréhension à Aubel. La brasserie « Le Casse-Croûte » à Val-Dieu ne sera bientôt plus gérée par Léon Stassen et son fils. Les restaurateurs bien connus de la région viennent d’apprendre qu’ils perdaient le bail qui les liait à l’abbaye pour la gestion de l’établissement. Un véritable coup de massue pour la famille qui ne s’y attendait pas du tout.

  • Exposition à l'abbaye de Val-Dieu les 22, 23 et 24 septembre

    "Art by Jocapa" organise une nouvelle exposition à l'abbaye de Val-Dieu les 22, 23 et 24 septembre.

    Elle rassemblera 14 artistes de notre belle région qui auront la joie de vous dévoiler leurs nouvelles créations dans une ambiance conviviale et chaleureuse !

    Entrée libre.

    Vendredi dès 18h30, samedi de 11h à 18h et dimanche de 11h à 17h.

  • Les Stassen évincés du Casse-croûte

    Léon Stassen estime que les responsables de l’abbaye ont manœuvré pour le priver du restaurant.

    Pas content pour un sou, Léon Stassen : lui et son fils viennent de perdre l’exploitation du Casse-croûte, l’établissement horeca situé dans l’enceinte de l’abbaye de Val-Dieu. Le rendez-vous de milliers d’accros du site et de pèlerins venant se restaurer après une balade ou une visite à la basilique. Mais voilà : les Stassen viennent d’apprendre que le bail qui les liait à l’abbaye pour la gestion de l’établissement ne serait pas renouvelé.

    Un article d'YVES BASTIN (et la réaction de l'abbaye) à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 19 septembre 2017, ainsi que de nombreux commentaires sur FACEBOOK.

  • VAL-DIEU, UN VRAI PARADIS

    Le moulin de Val-Dieu est, paraît-il, une oasis de paix recherchée par certains organisateurs de séminaires, d’entreprises notamment. Pourquoi diable cet établissement horeca proche de l’abbaye est-il ainsi en odeur de sainteté, chez ces managers ? Pas vraiment parce qu’on trouve un magasin d’articles pieux à deux pas, ou parce que l’ancien réfectoire des moines est décoré de portraits de princes-abbés au regard sévère. Pour la proximité de la brasserie, alors ? Que nenni ! On y vient plutôt parce qu’ici, seuls les abonnés Orange ont du réseau GSM. Or, rien de tel pour éviter que les participants aux séances d’information et de conscientisation soient dissipés en tapotant sur leur smartphone ou en scrutant le moindre mail.