Val-Dieu

  • Romance Duo Cosi

    Représentation exceptionnelle en la basilique de l’abbaye de Val Dieu

    Au profit de l’Espace +, un espace bien-être destiné à tous nos patients (femmes et hommes) en cours de traitement oncologique.

    Anne Vandewalleet Edward Van Baelenont une passion commune pour la musique des XIXème et XXème siècles. Ils se sont rencontrés à l’Académie à Bruxelles. Depuis 2016, en duo, ils jouent des programmes éclectiques passant de Schumann à Ravel ou de Gershwin à Piazzolla.

    De Robert et Clara Schumann, ils livrent l’intimité des romances, les humeurs fantasques de Fantasiestücke aussi bien que la fougue et la pureté de la sonate composant un tableau chatoyant de témoignages d’amour.

    Lire la suite

  • Concert du Printemps : Les MUFFATTI (B)

    Jean-Sebastien Bach : Ouverture pour orchestre n° 3 BWV 1068

    Jean-Sebastien Bach : Cantate « Liebster Jesu, Mein Verlangen » BWV 32

    Christoph Graupner : Cantate « Wo willst du hin Betrübte Seele » GWV 1155/09A

    Christoph Graupner : Concerto pour hautbois d’amour

    Le Brussels Baroque Orchestra « Les Muffatti » nous revient ce vendredi 15 juin, à Val Dieu, dans le cadre des Concerts du Printemps,  avec un programme de musique baroque, à la fois sacrée et instrumentale, due à la plume de J.S. Bach et de son contemporain Ch. Graupner. Un effectif de 17 musiciens, dont une soprano et un baryton, dont nous avions déjà pu apprécier l’excellence en 2015. Une grande soirée en perspective ! 

    Un aperçu en musique : https://www.youtube.com/watch?v=x6LqOIY8XC8&t=33s

    Le site officiel : http://www.lesmuffatti.be/lorchestre/

    Lire la suite

  • Concert unique à Val-Dieu

    Grande première à Val-Dieu, dans le cadre des concerts du printemps. Un concert de musique de jazz avec le saxophoniste Steve Houben, la soprano classique Julie Mossay et le trio de Nathalie Loriers, accompagnés par l’Orchestre royal de chambre de Wallonie est programmé le 22 juin à partir de 20h.

  • Le resto du moulin du Val-Dieu va rouvrir

    L’huile de bras et la réactivité paient au Moulin du Val-Dieu. Malgré le torrent d’eau boueuse qui a dévasté le site, Léon Stassen père et fils se préparent à rouvrir leur restaurant dès ce vendredi, une petite semaine après la crue. Un sacré challenge relevé, même si certains dégâts demeurent visibles ici et là et s’ils représenteront un sacré coût pour l’entreprise et son assureur. Nous avons fait le tour du moulin dévasté avec ses locataires, Léon Stassen père et fils...

    D’un article d’Yves BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 juin 2018

  • Un torrent d’eau a dévasté le Moulin du Val-Dieu

    Coup dur pour le restaurateur Léon Stassen. Alors qu’il a repris le restaurant Le Moulin du Val-Dieu il y a moins de six mois, l’établissement est aujourd’hui fermé suite aux inondations. C’est en effet un véritable torrent d’eau qui a traversé le restaurant ce vendredi matin, charriant tables, couverts, matériels de cuisine mais aussi des objets venus de l’extérieur. « Vers 10 heures, la Bel a débordé vers l’étang. Rapidement, toutes les berges ont été saturées et 8EC79820-C00C-4AA2-9D8A-BCA3BF7342B8.jpegl’eau est montée jusqu’au moment où elle a fracturé les portes arrières de l’éta- blissement », raconte Léon Stassen. Un torrent d’eau charriant des cailloux de la terrasse, du sable de la plaine jeux et des écorces de bois s’est alors engouffré dans le resto. « Les caves sont complètement inondées et dans le restaurant l’eau est montée jusqu’à un mètre, déchaussant les frigos du mur sur son passage ».

    Une véritable catastrophe pour ce restaurateur qui venait de remettre l’établissement à neuf. « C’est apocalyptique ici. Ce matin, les tables, les chaises et tout le mobilier flottaient.

    À cela, il faut ajouter la perte de marchandise. « Pour le week-end, on avait des réservations de groupes. Les chambres froides et les frigos étaient pleins. Comme on n’a plus de courant, depuis ce matin, tout est à jeter », déplore l’Aubelois qui travaille d’arrache-pied pour remettre son restaurant en ordre, le plus rapidement possible. « Avant mercredi, ce ne sera pas pos- sible, c’est certain », regrette le restaurateur qui se réjouit cependant de l’élan de solidarité qui s’est créé pour lui fournir de l’aide.
    Malgré l’intervention des assurances, les inondations de ce vendredi risquent bien de laisser des traces au Moulin du Val-Dieu.
    « On vient d’apprendre les frais liés au personnel ne sont pas pris en charge par les assurances en cas de catastrophes naturelles. C’est donc des frais que nous devrons assumer », conclut dépité, Léon Stassen.
    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE du 2 juin 2018