Val-Dieu

  • 26 vins étaient à découvrir au Bacchus

    Durant tout le week-end, l’abbaye du Val Dieu a reçu la 17 e édition du Bacchus. Le salon, organisé par le Lions Club d’Aubel, avait sélectionné 26 vins, proposés à la dégustation et à la vente. Les bénéfices seront intégralement réinjectés « dans des œuvres sociales locales (l’aide au handicap notamment), nationales (Cap 48 entre autres), et internationales (développement d’infrastructures scolaires et médicales dans un village du Burkina Faso) ».

  • 17e édition du salon Bacchus à Aubel

    Ce week-end, c’est au sein de l’Abbaye du Val-Dieu d’Aubel qu’à lieu le salon Bacchus. À cette occasion, une dégustation et une vente de vins et de produits de bouche auront lieu. Le Lions Club Aubel accueillera ses invités samedi dès 16 heures et dimanche de 11 à 18 heures dans les locaux de l’Abbaye pour de belles découvertes vinicoles.

  • Aubel : éjecté du Casse-Croûte, Léon Stassen reprend Le Moulin du Val Dieu!

    C'est TéléVesdre qui l'annonce.

    Il avait dit qu’il ne se laisserait pas abattre, l’Aubelois Léon Stassen a tenu parole. En décembre prochain, il devrait être à la tête du Moulin du Val Dieu, le restaurant situé juste en face du Casse-Croûte. «Les négociations viennent tout juste d’aboutir» se réjouit cette figure emblématique de l’horeca aubelois. « Joël Rademaker, prioritaire de l’endroit, a été touché par notre histoire et voilà on va traverser la route et poursuivre l’aventure», confie Léon Stassen qui ne pouvait rêver plus beau cadeau à la veille de son anniversaire. « Nous ferons du service à table et nous proposerons une cuisine comme nous avions l’habitude de servir au Casse-Croûte donc ce ne sera pas gastronomique car on souhaite que l’ambiance soit conviviale», continue le restaurateur visiblement soulagé. Notons enfin que le personnel suivra Léon Stassen et son fils dans cette nouvelle aventure.  (A.D.)

    A lire aussi l'article de Bruno BECKERS dans l'édition électronique de LA MEUSE VERVIERS.

  • Merci aux deux « Léon », à « Michel », vous ne serez pas oubliés.

    Tout citoyen, toute citoyenne a au moins  un pouvoir, celui de  la  « liberté » (sauf quand il (elle) en fait  un mauvais  usage). Dans tout  itinéraire de vie, chaque  être humain vit des situations où il rencontre  une, plusieurs , un groupe de  personnes qui possèdent  « UN » pouvoir. Par contre, d’autres personnes revendiqueront, utiliseront « LE » pouvoir.

    Ce  pouvoir, nous  pouvons  l’exercer de deux  manières : soit  d’une  manière « DEMOCRATIQUE » soit d’une  manière « AUTORITAIRE ». Ces deux  manières sont très différentes dans  leur conception et dans  leur  pratique respective  ainsi que  dans  les conséquences de l’une  et de l’autre.

    Le choix entre ces deux  pouvoirs repose des convictions, des croyances, des valeurs, des conceptions de la vie. Considérons les valeurs.

    Le  pouvoir démocratique repose sur des valeurs comme le  partage, le dialogue, la confiance, le bien-être, le vivre ensemble, la responsabilité d’un chacun, la construction d’un projet élaboré ensemble. Ce  pouvoir  vise avant  tout « L’ETRE HUMAIN ». Tandis que  le  pouvoir  autoritaire  met plus  l’accent sur l’économique, le  profit, l’efficacité, la  productivité, la volonté de dominer. Le  pouvoir de décision est présent dans  les deux types  de pouvoir  mais la  manière de le construire et de  l’exercer est différente. Dans  le  pouvoir  autoritaire, l’objectif visé  est moins  l’être humain, c’est le rendement.

    Ce sont ces quelques  lignes que  je voulais écrire avant de  m’adresser :

    ·      Aux deux « Léon » : le père et  le fils

                                       Le grand et le  petit

                                       L’aîné et le jeune

    Chers vous deux,

    Sans vouloir entrer dans des  polémiques, il y en  a eu assez ces derniers temps, je voudrais  vous dire  MERCI. Merci à vous deux pour TOUT, TOUT, tant  à Aubel qu’au Val-Dieu. Attardons –nous sur Le casse-croûte.

    Bien, sûr que  l’abbaye a pour  mission d’accueillir les gens chaque  jour mais « VOUS DEUX » vous avez  aussi répondu à une  mission  d’une autre  dimension , complémentaire à celle de  l’abbaye . Votre  mission a été et sera  bientôt terminée celle de l’accueil chaleureux, du sourire  permanent, du rire aux éclats,

    De procurer du travail aux  jeunes, d’accueillir les  pèlerins, les promeneurs en présentant  la  restauration  à des prix plus que démocratiques. Je  ne voudrais pas oublier les centaines, voire  les  milliers de verres de bière de Val-Dieu.

    Mission d’accueil, mission de service, mission sociale, lieu de rencontre. De plus, les  « habitués » et Dieu sait s’il y en avait car il suffisait de regarder l’occupation des  parkings. Ils aimaient se rendre au casse-croûte car c’était  l’endroit pour rire, pour se distraire, pour se requinquer grâce  à nos deux  animateurs  à la fois  sérieux et comiques, super  motivés. Vous avez deviné de qui je  parle : « LEON père et MICHEL » que  nous  ne devons  pas oublier.

    Merci aux deux « Léon », à « Michel », vous  ne serez pas  oubliés.

    Les deux « Léon » dites-vous bien que  la situation pénible que  vous vivez actuellement est dans  la  logique  du moment, la  logique  à dominante économique : la délocalisation des entreprises, le rendement, le  pouvoir de  l’argent, les restructurations  qui entraînent  des pertes d’emploi ( au moins  26 personnes dans  votre cas)  bien  qu’il y ait  un effet d’annonce qui concerne  un petit  nombre.

    Petit « Léon », ta route est encore  longue, avec ton courage, ta volonté, ton expérience si courte soit-elle, tu trouveras, l’avenir n’est pas bouché  pour toi.

    Grand « Léon », comme tu l’as dit, tu as raison de te reconvertir dans  une vie  nouvelle, il n’y a pas d’âge  pour cette reconversion.

    MERCI ! MERCI ! MERCI !  A vous deux, à Michel, à tout votre personnel.

                                                                                                             P.Bour

  • Léon Stassen sur TéléVesdre

    l

    Stupéfaction et incompréhension à Aubel. La brasserie « Le Casse-Croûte » à Val-Dieu ne sera bientôt plus gérée par Léon Stassen et son fils. Les restaurateurs bien connus de la région viennent d’apprendre qu’ils perdaient le bail qui les liait à l’abbaye pour la gestion de l’établissement. Un véritable coup de massue pour la famille qui ne s’y attendait pas du tout.