Thimister-Clermont

  • La jeune conductrice est décédée

    Déborah Monseur avait 19 ans et était passionnée d’équitation.

    Déborah Monseur est décédée ce jeudi soir à l’hôpital. La jeune Thimistérienne de 19 ans est décédée à la suite de l’accident qui s’est produit mercredi après-midi, sur la route d’Aubel à Thimister. Au volant de sa voiture elle a percuté un camion frigorifique qui venait en sens inverse.

    Lire la suite

  • Crash frontal sur la route d’Aubel

    Une jeune conductrice de 19 ans a percuté un camion et est grièvement blessée.

    Un accident a eu lieu ce mercredi sur le coup de 16h30 sur la route d’Aubel à Thimister. Un camion et une voiture sont rentrés en collision. Les jours de la conductrice de la voiture, une jeune Thimistérienne de 19 ans, sont en danger.

    Lire la suite

  • Gaston Schreurs, Échevin à Thimister-Clermont, est également actif au sein de l’Union Belge

    Gaston Schreurs ne chôme pas. En plus de sa fonction d’échevin à Thimister-Clermont, il est le Verviétois le plus haut placé au sein de l’Union Belge. Un poste qu’il occupe avec toujours autant de passion.

    Lire la suite

  • Nuit romantique à Clermont

    Une collaboration entre les plus beaux villages du monde

    En collaboration avec la commune de Limbourg, l’amour sera mis à l’honneur à Clermont lors du solstice d’été (24 juin) avec l’organisation de la première nuit romantique des plus beaux villages de Wallonie. Petits concerts et piécettes de théâtres seront organisés dans le village.Capture d’écran 2017-05-05 à 08.02.30.png

    «Une rencontre avec votre émotion, votre sensibilité et vos sentiments au cœur d’un lieu de beauté», voilà comment est décrite la première nuit romantique des plus beaux villages de Wallonie. «Cette année, elle se déroulera à Clermont mais en 2018, ce sera à Limbourg. Nous coorganisons en fait ce nouvel événement avec eux», indique Mélanie Defaaz, échevine du Tourisme limbourgeoise. Il faut dire que les deux villages ont une histoire commune, l’occasion donc de (re)créer des liens. S’il s’agit d’un nouvel événement en Wallonie, son origine est à trouver en Italie, comme l’explique Gaston Schreurs, échevin du Tourisme de Thimister-Clermont. «Elle existe depuis plusieurs années là-bas. Mais depuis quelques mois, nous nous sommes regroupés avec d’autres plus beaux villages du monde pour partager des idées. C’est comme ça qu’est venue l’idée d’organiser cette nuit romantique dans plusieurs pays en même temps à la même date.» En Wallonie, neuf «plus beaux villages» ont montré leur inté-rêt, mais la manifestation aura également lieu dans des villages italiens, espagnols et peut-être français, détaille l’échevin.

    Lire la suite

  • Un long chemin pour revenir au top niveau

    Armand Marchant poursuit sa revalidation après sa grave blessure (éclatement du plateau tibial, déchirure des ligaments interne et croisé antérieur, ménisque touché) encourue début janvier lors du slalom géant d’Adelboden (Suisse). C’est ainsi qu’il vient de mettre le cap sur Capbreton (sud-ouest de la France) et son très réputé Centre Européen de Revalidation du Sportif (CERS). « J’y suis depuis jeudi dernier et j’y resterai jusqu’au 30 mars, date de fin de la première période. » La situation sera ensuite réévaluée et le séjour sera peut-être prolongé, mais Capture d’écran 2017-03-08 à 08.19.11.pngimpossible à savoir actuellement. Sur place, le jeune Thimistérien est accompagné par sa maman pour les premiers jours. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le programme est intensif, même s’il n’a pas encore la possibilité de poser le pied à terre. Pour cela, il faudra encore attendre jusqu’à la fin du mois, si tout continue à bien suivre son cours. « L’objectif ici, c’est de gagner des degrés de flexion. C’est petit à petit. La journée-type ? Première séance de kiné à 8h30 puis cardio à 10h, repas à midi, piscine l’après-midi, musculation du haut du corps à 16h, kiné et récupération à 18h, repas à 19h et couvre-feu à 22h. Tout le monde est là pour s’entraider », expose le skieur, qui doit s’armer de patience sur le chemin du retour et sera vu tous les mercredis par le médecin du centre. Celui-ci fera compte-rendu au chirurgien et donnera ses directives au kiné. « C’est pro, je ne pouvais pas espérer mieux. » 

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 8 mars 2017