Tennis

  • La magie des interclubs de tennis

    Si le tennis est avant tout un sport individuel, il peut aussi être un sport d’équipes. La preuve avec les interclubs qui ont commencé le 29 avril dernier. Par rapport aux tournois qui ont lieu quasiment toute l’année, cette compétition ne dure que quelques semaines. Pour beaucoup de joueurs, c’est l’occasion de se retrouver entre amis, pratiquer du sport dans une ambiance conviviale et passer une 3e mi-temps généralement assez festive.

    Pour de nombreux joueurs, les interclubs sont privilégiés par rapport aux tournois car l’ambiance est plus festive, plus chaleureuse et c’est l’occasion de se battre pour rapporter des points à son équipe. L’équipe d’Aubel, qui joue en Régionale 5, partage totalement cette philosophie car cette compétition est clairement un moyen de passer de bons moments entre amis. « Chez nous, on organise un petit-déjeuner chaque dimanche chez une personne différente de notre équipe avant de partir pour les rencontres », explique Maxime Meeckers, le capitaine aubelois. « Nous formons une belle équipe d’amis depuis plusieurs années et nous comptons encore jouer longtemps ensemble. Quand on joue à domicile, on fait un cortège de voitures pour arriver au club tout en klaxonnant pour signaler notre arrivée (rires). »

    Et cela marche plutôt bien pour l’équipe aubeloise qui est qualifiée pour les interséries. « Tout le monde est présent dès le début des rencontres pour encourager ses équipiers », détaille Maxime Meeckers. « La journée est évidemment assez festive mais la victoire reste le maître mot. Le tout dans une ambiance sans aucune prise de tête et conviviale. C’est ça la beauté des interclubs. L’ambiance est moins pesante que dans les tournois et on joue pour soi mais avant tout pour une équipe. Je trouve juste dommage que cette compétition ne dure que quelques semaines. Selon moi, les interclubs devraient durer plus longtemps en étant étalés sur plusieurs semaines. »

    D'un article de C.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 17 mai 2018.

  • 118.000 euros pour rénover le tennis

    Cadeau de printemps pour des dizaines de communes wallonnes ou des privés, qui vont recevoir des subsides pour leurs infrastructures ou l’achat de matériel. Chez nous, le tennis d’Aubel va recevoir 118.700 euros pour rénover ses vestiaires et la cafétéria du club.

    Un peu plus de 8,2 millions pour 43 projets : la ministre Valérie De Bue (infrastructures sportives) a sélectionné les projets rentrés par les communes ou par des privés en vue d’améliorer l’offre sportive dans nos communes. Certains subsides sont modestes (7.000 euros pour l’achat d’un tracteur tondeuse), d’autres nettement plus importants (extension d’une salle de sport, construction d’une piste d’athlétisme pour des montants dépassant le million d’euros). Mais tous répondent à une demande formulée par les communes ou des clubs de sport, dont les moyens ne sont pas très importants.

    On trouve d’ailleurs dans la liste des projets retenus pour cette « fournée de printemps », des petites infrastructures permettant le sport dans la rue ou des aménagements pour tous. On peut épingler à ce sujet un skate parc, une plaine de jeux ou un parcours sportif pour les personnes à mobilité réduite.

    Et, encore une fois serait-on tenté de dire, c’est Aubel qui est gâtée en région verviétoise. 118.700 euros de subsides seront consacrés à la rénovation des vestiaires et de la cafétéria du club, situé rue de la Kan, en face de la maison de repos. En novembre dernier, la commune apprenait déjà qu’elle obtiendrait 400.000 euros pour rénover ses deux halls omnisports. Les vestiaires et la buvette du club de football viennent également d’être rénovés.

    D'un article signé B.J. & B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 31 mars 2018.

  • Le prof de tennis à Aubel va faire découvrir le tennis aux petits Brésiliens défavorisés

    IMG_2109.PNGLe francophone du TC Raeren est sans conteste l’homme en forme de ce tout début d’année. Après avoir remporté le tournoi des Messieurs 1 Bis du Jena, il a récidivé, huit jours plus tard, sur ses terres frontalières. « Cette victoire me fait d’autant plus plaisir que, pour y parvenir, j’ai successivement éliminé Pierre Noyelle et Loïc Wansart. Malheureusement, à Eupen, j’ai été sorti en « demi » par ce même Wansart qui a donc pris sa revanche : 6-3, 7-5. »

    Mais, là n’est pas l’essentiel pour le prof de tennis d’Aubel, Trooz et Maison-Bois. « J’ai effectivement un accord avec les Raerenois », explique-t-il. « Grâce à mon apport, ils peuvent aligner une équipe au niveau national. Ceci dit, je ne pourrai disputer, avec elle, que les deux premiers matches du championnat car, dès le 1er mai, je m’envolerai en direction du Brésil. Et je peux vous le confier : je n’ai pas pris de billet retour car j’ai bien l’intention d’y demeurer le plus longtemps possible. »

    AVENTURE

    Voilà qui peut surprendre... « Effectivement, puisque je quitte un réel confort de vie pour ce qui s’oriente à une véritable aventure pleine d’incertitudes. Mais, j’en avais un peu marre du train-train quotidien et désirais connaître d’autres expériences humaines. Dans un premier temps, je résiderai surtout à Rio de Janeiro mais, par la suite, je compte bien aller à la découverte de pays voisins comme le Chili et, surtout, l’Argentine. »

    AVEC LE MATÉRIEL

    Ce grand bond au-dessus de l’Atlantique déclinera également des accents sportivos-humanitaires. « Il se fait que j’ai une connaissance qui tient une « poussada » (auberge) à Espirito Santo, le long de l’océan et, à proximité, se trouve un club de tennis. Nous allons dès lors tenter de faire découvrir ce sport aux enfants des favelas toutes proches. Pour y parvenir, nous amenons le matériel adéquat. Notre objectif prioritaire est de permettre à ces gosses d’oublier très momentanément leur triste existence. » D’ici là, Anthony entamait, hier soir, le tournoi de l’Euro Tennis, à Barchon. Pour la gagne. 

    MICHEL CHRISTIANE dans LA MEUSE VERVIERS du 3 février 2017

  • Goffin encore lié à Kidibul en 2016

    Le tennisman liégeois David Goffin réalise d’excellents matchs ces derniers temps, notamment aux États-Unis. Et à quelques semaines du début de Roland Garros, l’intéressé s’est assuré la prolongation de son partenariat avec l’un de ses sponsors emblématiques, en l’occurrence Kidibul, dont le CEO n'est autre que l'Aubelois Philippe Stassen. Laurent Chenoix, le directeur marketing de Kidibul, souligne : « Nous accompagnons David depuis 2013, lorsqu’il occupait encore la 110e place mondiale ». Aujourd’hui aux portes du top 10, on mesure le chemin parcouru par le sportif et l’importance de l’image qu’il véhicule pour la marque de la plus célèbre boisson pétillante pour enfants.

     

  • 94.390 euros pour les Coudriers

    Capture d’écran 2015-06-15 à 07.38.54.png

    Il y avait du monde samedi après-midi au hall sportif d’Henri-Chapelle pour l’inauguration, par le ministre des Sports, René Collin, de deux nouveaux terrains de tennis ultra modernes.Le tout nouveau complexe portera le nom de René Schyns, le président du Royal tennis club de Welkenraedt.

    Le ministre a profité de sa visite dans l’est de la province de Liège pour faire un détour par Verviers et Aubel où il a annoncé que d’autres subsides seraient accordés. À Aubel, le ministre Collin était porteur de bonne nouvelle puis- qu’un subside de 94.390 euros a été accordé pour la rénovation de la piste et de la toiture des écuries de l’asbl « Les Coudriers ».

     D'un article de FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 15 juin 2015