Tennis

  • Le prof de tennis à Aubel va faire découvrir le tennis aux petits Brésiliens défavorisés

    IMG_2109.PNGLe francophone du TC Raeren est sans conteste l’homme en forme de ce tout début d’année. Après avoir remporté le tournoi des Messieurs 1 Bis du Jena, il a récidivé, huit jours plus tard, sur ses terres frontalières. « Cette victoire me fait d’autant plus plaisir que, pour y parvenir, j’ai successivement éliminé Pierre Noyelle et Loïc Wansart. Malheureusement, à Eupen, j’ai été sorti en « demi » par ce même Wansart qui a donc pris sa revanche : 6-3, 7-5. »

    Mais, là n’est pas l’essentiel pour le prof de tennis d’Aubel, Trooz et Maison-Bois. « J’ai effectivement un accord avec les Raerenois », explique-t-il. « Grâce à mon apport, ils peuvent aligner une équipe au niveau national. Ceci dit, je ne pourrai disputer, avec elle, que les deux premiers matches du championnat car, dès le 1er mai, je m’envolerai en direction du Brésil. Et je peux vous le confier : je n’ai pas pris de billet retour car j’ai bien l’intention d’y demeurer le plus longtemps possible. »

    AVENTURE

    Voilà qui peut surprendre... « Effectivement, puisque je quitte un réel confort de vie pour ce qui s’oriente à une véritable aventure pleine d’incertitudes. Mais, j’en avais un peu marre du train-train quotidien et désirais connaître d’autres expériences humaines. Dans un premier temps, je résiderai surtout à Rio de Janeiro mais, par la suite, je compte bien aller à la découverte de pays voisins comme le Chili et, surtout, l’Argentine. »

    AVEC LE MATÉRIEL

    Ce grand bond au-dessus de l’Atlantique déclinera également des accents sportivos-humanitaires. « Il se fait que j’ai une connaissance qui tient une « poussada » (auberge) à Espirito Santo, le long de l’océan et, à proximité, se trouve un club de tennis. Nous allons dès lors tenter de faire découvrir ce sport aux enfants des favelas toutes proches. Pour y parvenir, nous amenons le matériel adéquat. Notre objectif prioritaire est de permettre à ces gosses d’oublier très momentanément leur triste existence. » D’ici là, Anthony entamait, hier soir, le tournoi de l’Euro Tennis, à Barchon. Pour la gagne. 

    MICHEL CHRISTIANE dans LA MEUSE VERVIERS du 3 février 2017

  • Goffin encore lié à Kidibul en 2016

    Le tennisman liégeois David Goffin réalise d’excellents matchs ces derniers temps, notamment aux États-Unis. Et à quelques semaines du début de Roland Garros, l’intéressé s’est assuré la prolongation de son partenariat avec l’un de ses sponsors emblématiques, en l’occurrence Kidibul, dont le CEO n'est autre que l'Aubelois Philippe Stassen. Laurent Chenoix, le directeur marketing de Kidibul, souligne : « Nous accompagnons David depuis 2013, lorsqu’il occupait encore la 110e place mondiale ». Aujourd’hui aux portes du top 10, on mesure le chemin parcouru par le sportif et l’importance de l’image qu’il véhicule pour la marque de la plus célèbre boisson pétillante pour enfants.

     

  • 94.390 euros pour les Coudriers

    Capture d’écran 2015-06-15 à 07.38.54.png

    Il y avait du monde samedi après-midi au hall sportif d’Henri-Chapelle pour l’inauguration, par le ministre des Sports, René Collin, de deux nouveaux terrains de tennis ultra modernes.Le tout nouveau complexe portera le nom de René Schyns, le président du Royal tennis club de Welkenraedt.

    Le ministre a profité de sa visite dans l’est de la province de Liège pour faire un détour par Verviers et Aubel où il a annoncé que d’autres subsides seraient accordés. À Aubel, le ministre Collin était porteur de bonne nouvelle puis- qu’un subside de 94.390 euros a été accordé pour la rénovation de la piste et de la toiture des écuries de l’asbl « Les Coudriers ».

     D'un article de FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 15 juin 2015

     

  • Invitée par Philippe Stassen (Kidibul), Justine Henin suscite toutes les attentions

    ABU DHABI – MISSION PRINCIÈRE ET ÉCONOMIQUE 

    Capture d’écran 2015-03-25 à 07.34.32.png

    La mission princière et économique bat actuellement son plein. Après un passage par le Qatar, la délégation est arrivée à Abu Dhabi, dans les Émirats arabes unis.

    Plusieurs entreprises, comme Mithra (Luciano D’Onofrio) ou Neobulles (Justine Henin) ont fait appel à des personnalités pour jouer les « public relations ».

    Un reportage de Gaspard GROSJEAN, ENVOYÉ SPÉCIAL À ABU DHABI, à lire dans LA MEUSE du 25 mars 2015.

  • Philippe Stassen (Kidibul) : « David est un moteur pour notre société. »

    « Limage dun jeune gars bien » 

    Capture d’écran 2014-11-18 à 10.27.51.png

     Nouveau statut oblige, David Goffin a aussi donné de son temps, hier, pour un shooting publicitaire organisé par Kidibul, le spécialiste des boissons festives pour enfants. Un sponsor qui le suit déjà depuis deux ans et qui profite évidemment de la nouvelle notoriété de son « ambassadeur ».

    « On est évidemment très fier des superbes résultats de David », confie l’Aubelois Philippe Stassen, Monsieur Kidibul. « Et, quelque part, sa réussite est une motivation pour nous tous dans la société. On est requinqué quand David gagne ! Il est notre premier moteur. Il crée de l’émotion pour les enfants et c’est tout à fait cohérent avec notre produit. C’est son côté pétillant... » Mais il n’y a pas que ça. « David Goffin, c’est une image positive », ajoute Philippe Stassen. « Il a aussi le visage d’un jeune homme bien accompli, sain et sportif. L’image d’un jeune gars bien et c’est ce qui nous plaît en lui. »

    « Tu n’avais pas besoin d’un vieux barbu, c’est ça ? », rigole alors Goffin.
    « Tu as tout compris », rétorque Phi
    lippe Stassen. « Nos produits ne contiennent pas d’alcool, ni de sucre et se veulent festifs pour les jeunes. Ça colle très bien. J’étais entré dans le monde du tennis à l’époque de Justine Henin, on est d’ailleurs toujours partenaire de sa Fondation, puis de Carlos Rodriguez. Je voulais continuer l’aventure dans le tennis belge même si d’autres joueurs de l’étranger m’ont contacté. J’ai rencontré le papa de David en 2012 (NDLR : le contrat a été signé pour trois ans) et je peux dire maintenant qu’on est devenu des amis. »

    DEUX CROCODILES !

    Un esprit familial qui n’est pas pour déplaire à David, évidemment. « J’adore ma région et c’est une fierté pour moi de promouvoir un produit qui en vient. C’est encore mieux ! On me demande d’ailleurs souvent à l’étranger ce que Kidibul représente et je me fais un plaisir de l’expliquer. C’est un produit que je trouve vraiment sympa pour les gosses. C’est bon et j’adore le concept ! » David Goffin balade donc « Kidibul » sur sa manche à travers les tournois du monde. Un excellent moyen de communication, même si Philippe Stassen nous fait cette confidence étonnante. « J’étais à l’US Open et je serai à l’Open d’Australie pour allier soutien à David et promotion de nos produits. On a un peu de mal avec les pays anglo-saxons car, là-bas, c’est mal vu de mettre une bouteille qui ressemble à une bouteille de champagne dans les mains des enfants... » David a encore beaucoup de choses à expliquer au bout du monde...

    Pour l’anecdote, ce n’est pas le seul « crocodile » qui soutient le no1 belge puisque la marque Lacoste est aussi l’équipementier de David depuis 2012. « J’avais plusieurs propositions, mais si j‘ai opté pour la marque française, c’est parce que sa ligne simple et raffinée correspond bien à l’image que j’ai d’une tenue de tennis ».

    Comme sur un terrain de tennis, David Goffin sait parfaitement où jouer ses coups.