Produits d'Aubel

  • Stassen relooke ses bouteilles

    Coup de neuf à la cidrerie Stassen, à Aubel : les bouteilles sont relookées, de manière plus classe. De plus, on vient d’y sortir deux nouveaux goûts, dont un à la framboise et à la chair de pomme rouge, sans alcool…

    Capture d’écran 2018-07-11 à 08.20.24.png

    Stassen sort 2 goûts neufs, dont un aux pommes rouges.

    Un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 juillet 2018.

  • OUF, AUBEL NE FAIT PLUS DE CHARCUTERIE SCHTROUMPF

    Greenpeace et Test-Achats sont ravis que la marque Aubel, produite par Detry à… Aubel, ne produise plus de charcuterie « Schtroumpf ». On vous rassure, elle n’était pas bleue, mais le jambon avait la forme de la tête des charmants petits hommes bleus de Peyo.

    « La pratique consistant à utiliser des personnages populaires sur l’emballage de produits alimentaires malsains, comme la viande transformée, est vraiment douteuse » assène la porte-parole de Test-Achats.

    (De la page "ça va se savoir..." de LA MEUSE VERVIERS du 30 juin 2018)

  • Circuit court ? Produits locaux ?

    Il est normal que les poissons de mer viennent de la mer, mais quand le camion débarque en même temps des légumes... est-il encore question de produits régionaux en circuit court?

  • Ducarme : « Aucun danger imminent pour la santé »

    Le cabinet du ministre Ducarme réagit suite aux informations faisant état de la procédure de l’AFSCA contre l’entreprise aubeloise Denis Baltus, spécialisée dans la production d’œufs colorés. « Les non-conformités relevées au sein de l’entreprise Baltus relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur ni une fermeture temporaire de l’entreprise », assure le cabinet. « À l’inverse de ce qui a été annoncé dans certains médias, les non-conformités relevées au sein de l’entreprise balthus (sic) relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur ni une fermeture temporaire de l’entreprise », annonce le cabinet du ministre Ducarme dans un communiqué.

    Pour rappel, l’entreprise a fait l’objet de plusieurs contrôles de l’AFSCA débouchant sur des déclarations de non-conformité. Trois ont finalement été retenues : absence de mise en œuvre complète du retrait du marché ; absence de relation correcte entre les entrées et les sorties ; non-respect des délais pour la transmission de documents de traçabilité.

    L’AFSCA voulait qu’on retire ses autorisations et agréments à l’entreprise, mais le ministre Ducarme lui a laissé plusieurs occasions de se mettre en ordre, ce qui a finalement été fait à la fin janvier 2018. « Nous ne nous situons donc évidemment pas dans une problématique liée à des œufs au fipronil », poursuit le cabinet. Pourtant le rapport de l’AFSCA, que nous avons pu consulter, parle de contrôles réalisés en 2016 mais aussi en août 2017, en pleine crise du fipronil. Et assure notamment que « tous les clients de Baltus n’ont pas été prévenus des livraisons d’œufs contaminés par le fipronil ».

    « La commission de recours de l’AFSCA avait dans ce sens logiquement décidé de maintenir les agréments et autorisations jusqu’au 10/01/ 2018, par rapport à un dossier ouvert depuis février 2016. Après un délai ultime accordé par le ministre l’entreprise sera aux normes le 29/ 01/2108 soit près de 2 ans après l’ouverture du dossier.

    Le ministre Ducarme appelle à davantage de rigueur dans le traitement de ces informations sensibles. » 

    B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 avril 2018.

  • LA RIGUEUR SELON LE CABINET DUCARME

    Pas contents, les membres du cabinet du ministre Ducarme, épinglés cette semaine dans le cadre du rachat de l’entreprise Derwa et de la SPRL aubeloise Denis Baltus. D’où le communiqué envoyé ce vendredi matin, où le ministre assure que les non-conformités relevées au sein de l’entreprise aubeloise « relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur. » Et d’appeler aussi, dans le même communiqué, les médias « à d’avantage (sic) de rigueur dans le traitement de ces informations sensibles. » Ah oui, en parlant de rigueur, le cabinet du ministre évoque à chaque fois et ce à deux reprises dans son mail le dossier « Bathus » au lieu de « Baltus »…

    Dans la page " Ça va se savoir " de la MEUSE VERVIERS du 14 avril 2018.