Prévention

  • 12 communes sur 20 sans cellule de sécurité

    L’organisation de ces réunions visant à prévenir la radicalisation est pourtant obligatoire depuis septembre.

    Chaque commune devrait en avoir une et pourtant, en région verviétoise, au 1 er janvier 2019, 12 communes sur 20 n’avaient pas encore mis sur pied de cellule de sécurité intégrale locale (CSIL-R). Gênant alors que ces cellules servent à prévenir le radicalisme et sont imposées par le fédéral aux communes depuis le mois de septembre 2018. Le point en région verviétoise.

    D'une page de V.M.& F.DE H. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 février 2019.

     

  • Vague de vols dans les vestiaires : la résistance s’organise. À Aubel, les caméras ont déjà été utiles.

    Si les autres clubs de la région n’ont pas été touchés, le problème n’inquiète pas moins pour autant. « On en parlait mardi à l’entraînement », avoue Vincent Heins, le coach de Ster-Francorchamps. Dans des clubs comme Ster, RaerenEynatten ou encore Capture d’écran 2018-11-15 à 07.55.29.pngWeywertz, les vestiaires sont à vue des joueurs qui s’entraînent. À Rechain, le nombre important d’équipes fait que les vestiaires sont toujours occupés.

    Aubel semble également armé à toutes éventualités avec 11 caméras installées lors de la construction du tout nouveau bâtiment. « C’est un fameux investissement mais il est nécessaire », juge Marc Duthoo, le président du club. « D’abord car elles sont assez dissuasives et qu’elles permettent d’être visionnées jusqu’à trois mois après les faits. » Et il avoue qu’elles ont déjà servi. « Un jour, quelqu’un a volé les chaussures et le téléphone d’un joueur. Grâce aux caméras, nous avons pu retrouver le coupable, contacter le club du joueur en question et il a tout ramené la semaine suivante. Je suis connecté en permanence à ces caméras. » Néanmoins, il avoue qu’il n’est quand même pas totalement à l’abri même si la situation géographique du club (en plein milieu du village) peut être un frein aux voleurs. « Avec ces nouveaux bâtiments, on a tout mis en œuvre pour que cela ne nous arrive pas. De plus, l’entraînement ne commence pas avant que le coach ne ferme la porte du vestiaire à clé. » Bien sûr, tous les clubs ne sont pas munis de caméras. Dans ce cas, il vaut mieux appliquer les conseils de la police. Il existe toujours des solutions pour que cela n’arrive pas dans votre club.

    D'une page d'ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du 15 novembre 2018.

  • BE-Alert : Aubel n'y est pas (encore?)

    Un service vital à offrir au plus vite.

    Un éditorial de Christian Carpentier à lire dans LA MEUSE du 7 décembre 2017.

  • Verviers: un lidar installé sur la E42 à Ensival

    Ce mercredi un lidar a été installé sur la E42, peu avant les travaux du pont d’Ensival en direction de Battice. Attention, la vitesse est limitée à 50km/h sur ce tronçon !

    Certains le voyaient venir la semaine passée, et bien c’est finalement ce mercredi qu’un des lidars loué par la Région a été installé sur la E42, peu avant les travaux du pont de l’autoroute à Ensival, en direction de Battice.

    Une bonne nouvelle pour les ouvriers de ce chantier qui seront sans doute rassurés de voir la vitesse des automobilistes baisser. À l’endroit où le lidar a été placé, la circulation est limitée à 50lm/h.

  • "J’avais bu… de la Val Dieu, une bière spéciale. Parce que je soutiens les produits locaux."

    « Il n’y a pas de mauvaise publicité. Si la ministre affirme aimer la Val- Dieu, c’est bon pour nous », commente AlainCapture d’écran 2017-02-23 à 07.38.10.png Pinckaers, cofondateur de la brasserie Val-Dieu. « Mais on insiste sur le fait que les buveurs ne doivent pas être conducteurs. Chez certains, une seule Val-Dieu suffit à dépasser le seuil autorisé ». Pour Alain Pinckaers, l’attrait de la ministre de l’Enseignement qui a affirmé avoir bu de la Val-Dieu le jour de son contrôle positif, pour sa bière n’est pas neuf. « Elle est venue nous voir à la foire agricole de Battice l’année dernière. Elle m’a dit qu’elle aimait bien cette bière. Nous en avons d’ailleurs bu deux ou trois galopins (verre de 12,5 cl) ». Trop pour reprendre la route ? « Je me rappelle que ce jour-là, elle m’a affirmé qu’elle ne prendrait pas le volant », se souvient soudain Alain Pinckaers.

    (Extrait des 2 pages consacrées par LA MEUSE du 23 février 2017 sur le fait que Marie-Martine Schyns (cdH) a été contrôlée positive à l’alcool à deux reprises, en 10 mois d’intervalle)