Pompiers

  • Un arbre menace les fils électriques

    Ce vendredi vers 10h, les pompiers de la zone de secours 4 sont intervenus à Aubel, au carrefour des rues Château Magis et Loë, sur la N608 entre Hagelstein et Warsage. Les pompiers se sont rendus sur place avec une autopompe et un élévateur pour tronçonner un arbre qui montrait des faiblesses depuis le passage de la tempête Thomas. Ce dernier menaçait de s’effondrer, emportant avec lui des câbles électriques.

    La nationale a dû être fermée dans les deux sens pendant toute la durée de l’intervention. La route a été rouverte vers 11h30.

  • 19 communes vont payer plus pour leurs pompiers

    Sans les contributions financières des communes (et donc indirectement des citoyens via les taxes communales), Capture d’écran 2016-12-17 à 08.00.39.pngune zone de secours ne peut fonctionner. Pour la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau qui se compose des postes d’incendie de Battice, Herve, Limbourg, Pepinster, Plombières, Spa, Theux, Verviers et Welkenraedt, c’est d’autant plus vrai que les dotations communales globales s’élèvent à plus de 9 millions d’euros par an.

    Et pour 2017, ce sera encore un peu plus. Une manœuvre pour afficher un budget 2017 à l’équilibre. Les dotations passent de 9.262.569 € à 9.491.257 €. Une différence de 228.688 € qui sera répartie entre les 19 communes qui composent la zone à savoir Aubel, Baelen, Blegny, Dalhem, Dison, Herve, Jalhay, Limbourg, Olne, Pepinster, Plombières, Soumagne, Spa, Sprimont, Theux, Thimister-Clermont, Trooz, Verviers et Welkenraedt.

    « Les dépenses de fonctionnement ont baissé de 9 %, par contre, les dépenses de personnel augmentent de manière logique puisqu’on engage 6 sapeurs pros à Verviers », détaille rapidement en séance publique Philippe Boury, bourgmestre de Theux et président du conseil de zone pour parler du budget ordinaire 2017. Pour l’extraordinaire, la zone prévoit des dépenses en 2017 pour 1.285.000 € ventilées principalement autour des deux projets de construction de nouvelles casernes. L’une pour Herve- Battice (495.000 € budgétés pour l’auteur de projet pour la construction) et l’autre pour Verviers (720.000 € pour l’auteur de projet pour la construction). Les 115.000 € restants sont prévus pour l’achat d’une ambulance.

    L’acte d’acquisition du terrain de la nouvelle caserne du Plateau, au Chesseroux entre Herve et Battice, a d’ailleurs été voté hier au conseil de zone. Un point qui n’a soulevé aucune question et a été voté à l’unanimité par les bourgmestres présents (à peine une dizaine alors qu’ils sont 19 à pouvoir siéger). 

    Y.F. dans LA MEUSE VERVIERS du 17 décembre 2016

  • Le major Grégoire brigue le poste de commandant de la zone 4

    L’actuel commandant f.f. de la zone de secours Vesdre-Hoëgne et Plateau, Vincent Bastin, a décidé de ne pas être candidat à sa propre succession à la tête de la zone de secours. Fatigué des débats internes à la zone, le colonel préfère laisser sa place. Et, il se pourrait bien que ce soit à l’un de ses collègues de l’état-major de la zone.

    Quentin Grégoire, 33 ans, major et membre de l’état-major de la zone de secours 4 a posé sa candidature à ce poste.

    Selon nos sources, il serait l’unique candidat à ce poste actuellement (l’appel à candidatures s’étant clôturé mercredi soir, on n’exclut pas qu’un recommandé parvienne encore à la zone d’ici vendredi ou lundi), ce que le principal assure ignorer. Il ignorait également la décision du commandant de zone f.f. de ne pas se représenter. «  Je n’étais pas au courant, je l’ai appris en cours de journée (NDLR, ce jeudi). Ça m’a étonné. Je sais que c’est difficile parce qu’on en a parlé ensemble mais de là à ce qu’il démissionne… J’ai posé ma candidature plutôt par précaution, comme je l’ai déjà fait auparavant  », indique le major qui ne voulait pas s’inscrire comme un concurrent du colonel Bastin. «  Il faut que le collège et le conseil de zone prennent acte de la candidature. Après, il y a un examen assez poussé de management réalisé par une société privée qu’il faut passer. Ensuite, il y a encore toute une série d’interviews à réussir avant de nommer le commandant de zone  », explique Quentin Grégoire au sujet de la procédure de nomination.

    Apprendre que l’actuel commandant de zone ne se représentait pas à son poste n’a pas été accueilli avec des acclamations par le major Grégoire. «  Ce n’est pas une bonne surprise parce que beaucoup de choses ont été mises en place. Les débuts de la zone ont été difficiles mais je pense que les plus grosses difficultés sont derrière nous. Mais, je comprends et respecte sa décision  ».

  • Victor Beckers ne veut pas une nouvelle caserne

    L’ancien échevin cdH Victor Beckers a fait savoir haut et fort au conseil communal de Herve qu’il était totalement contre une nouvelle caserne. La relocalisation au Chesseroux l’insupporte aussi car il estime que des pompiers liégeois interviendraient à la place des Herviens. Mais, on nous affirme que c’est temporaire et que les pompiers locaux resteront prioritaires.

    Victor Beckers s’est enflammé (au figuré) en fin de conseil à Herve. Il voulait faire le point quant à la relocalisation en projet des pompiers de Battice et Herve dans une seule caserne. Selon lui, l’achat du terrain pour ériger une nouvelle caserne à l’emplacement d’une ancienne menuiserie au Chesseroux, pour 720.000 euros, et le bâtiment en question, évalué à 5 millions, représente des dépenses dont on pourrait se passer car, estime-t-il, les actuelles casernes sont « fonctionnelles » et elles ne représentent qu’un loyer de 90.000 euros l’an environ pour la zone de secours 4.

    Pierre-Yves Jeholet confirme les chiffres et souligne que l’achat du terrain devrait être incorporé dans des modifications budgétaires dès 2016. Il ajoute que l’analyse du sous-sol du site de la menuiserie pour déterminer s’il faisait l’objet de pollutions s’était avérée « plutôt posi- tive ».

    Pour ce qui est d’un regroupement des services de secours au sein de la zone 4, qui couvre la moitié nord de l’arrondissement, il rappelle qu’il a été imposé. Mais pour lui, le, plus important est de maintenir une force de frappe d’une centaine de pompiers volontaires sur le territoire communal.

    Lire la suite