Personnalités

  • Publifin: le juge annule la dette TV d’une famille

    C’est assurément un dégât collatéral de l’affaire Publifin. Le juge de paix de Verviers Luc Lerho était saisi d’une action introduite par la SA Nethys et sa filiale commerciale Voo en vue de recouvrer auprès d’une famille verviétoise la somme de 700,05 € due pour des factures d’accès à la télédistribution non payées de mai 2014 à juin 2015. A cela s’ajoutaient les intérêts et les clauses pénales pour 136,54 € ainsi qu’une indemnité de procédure de 619,28 euros réclamés par la société liégeoise, soit 1.455,87 euros au total.

    Entendue par le juge, la famille avait expliqué qu’elle vivait dans la précarité avec l’aide sociale d’approximativement 1.000 euros par mois, et qu’un fils était encore aux études. Elle était cependant d’accord de rembourser sa dette à raison de 50€ par mois.

    Désormais, ils n’auront même plus cette charge sur le dos, car le juge a carrément supprimé leur dette. Son raisonnement est surprenant mais ne manque pas d’intérêt.

    Un arrêt de la Cour de Cassation

    C’est ainsi qu’il évoque un arrêt de la Cour de Cassation datant de 2000 estimant qu’une convention à titre onéreux peut être annulée dès lors qu’une des parties a été animée de motifs illicites à l’insu de l’autre partie. Il estime que le contrat conclu par la famille avec Nethys avait pour but de gratifier des mandataires publics en leur versant des commissions sans qu’ils ne fournissent aucune prestation.

    « Ainsi, le fait que les modalités financières du contrat, et plus précisément le coût des prestations de télédistribution, aient été fixées en vue de rémunérer des relations immorales entre Nethys et des mandataires publics justifie l’annulation dudit contrat. »

    Il déclare donc nul le contrat conclu entre Nethys et la famille verviétoise, et par conséquent déboute Nethys de toutes ses réclamations, la condamnant en outre à payer les dépens liquidés à 619 euros.

    Voilà un jugement qui risque de faire du bruit et d’avoir des conséquences en cascade. Contacté par nos soins, le juge Lerho n’a cependant pas voulu commenter davantage l’affaire, s’en tenant à ce qu’il a déclaré dans le jugement. 

    LUC BRUNCLAIR dans LA MEUSE du 25 février 2017 et dans l'édition digitale.

    Lire la suite

  • Le Prince Laurent et les siens chez Stassen

    La famille s’est montrée intéressée par le cidre et le Kidibul, dont les enfants sont fans.

    Hôtes de marque à Aubel, hier : le Prince Laurent, la princesse Claire et les princes Louise, Nicolas et Aymeric ont débarqué à la cidrerie Stassen. L’occasion de découvrir un des fleurons de notre industrie régionale et, pour les enfants, de voir où sont pressés les fruits qui donneront leur Kidibul.

    Lire la suite

  • Les priorités pour le Pays de Herve

    Le nouveau chef de corps, Vincent Corman, dévoile ses axes de travail

    Capture d’écran 2016-07-06 à 07.58.28.png

    Un peu plus d’un mois après son entrée en fonction comme chef de corps à la zone de police du Pays de Herve, Vincent Corman dévoile ses axes de travail et ses projets à venir pour la zone. Privilégier une police plus proche des ci- toyens, mettre en place des réseaux stupéfiants et radica- lisme pour un meilleur échange d’informations, un management participatif pour améliorer en- core la motivation des troupes... Les idées ne manquent pas.

    Lire la suite

  • Philippe Stassen parmi les personnalités de l'année

    Classé 65ème (entre Maria Del Rio et Salvatore Adamo), par LA MEUSE, l'Aubelois Philippe Stassen.

    2015 aura été un millésime pétillant à souhait pour l’Aubelois Philippe Stassen, l’ex-propriétaire de la cidrerie Stassen et qui désormais est à la tête des boissons non alcoolisées que vendait son ancienne entreprise. Son Capture d’écran 2015-12-21 à 08.04.46.pngnouveau groupe se nomme Néobulles. C’est cette casquette de patron de Néobulles vissée sur la tête que Philippe Stassen est allé promouvoir ses produits au Canada. Objectif de ce voyage, programmé en octobre : se lancer à la conquête du marché nord-américain, y compris aux USA. Cheval de bataille de Néo-bulles, là-bas: son Kidibul, le jus de pomme pétillant, mais qui, au pays de l’oncle Sam, a été rebaptisé Best buddies. Un nom qui est aussi celui d’une association qui fait la promo- tion de l’amitié et de l’intégration des enfants, à laquelle Néobulles versera entre 5 et 10 % de ses bénéfices. Ce n’est pas tout : Néobulles a aussi lancé son vin sans alcool, Vintense, outre-Atlantique. Cette fois sous le nom de MADD, et en versant une part de ses bénéfices à une association de mamans luttant contre l’alcool au volant.

    En août, Néobulles a aussi lancé, en Belgique cette fois, un sirop super-concentré (14 fois plus qu’un classique), sans sucre (dès lors, 25 fois moins calorique) et au format de poche, à diluer dans l’eau. Son nom : Yeau ! Ce produit neuf ne contient ni saccharose, ni aspartame.

    AVEC JUSTINE À DUBAÏ

    En mars, c’était à Dubaï que Philippe Stassen avait débarqué, pour promouvoir son vin sans alcool dans le sixième aéroport du monde, avec l’aide d’une célébrité : Justine Henin. Bref, une année menée tambour battant. 

    Y.B. dans LA MEUSE du 21 décembre 2015

  • Attentats de Paris: «On a eu de la chance d'avoir un taxi pour vite rentrer à l'hôtel», témoigne le député-bourgmestre de Herve

    Pierre-Yves Jeholet et son épouse se trouvaient ce vendredi soir à la terrasse d’un restaurant en plein cœur de Paris quand ils ont entendu parler des explosions au stade de France. Le Hervien raconte les scènes de panique auxquelles il a assisté. Coincé dans la ville lumière jusqu’à dimanche matin, il reste à l’abri dans son hôtel : « On n’est pas à l’aise et puis presque tout est fermé ».

    Lire la suite