Logement

  • Les locataires pas opposés à la scission

    Scinder Nosbau est la meilleure chose à faire selon Claude Dispas

    Il y a quelques semaines, les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau ont déploré les propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Le secrétaire du Comité des locataires, Claude Dispas, se dit lui favorable à cette scission car les communes francophones de Nosbau ne se bougent pas assez pour implanter de nouveaux logements sociaux aux contraires des communes germanophones.

    Un article de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 avril 2018.

  • Aubel va acheter l’ex-hôtel de police

    Ce mardi, le conseil communal d’Aubel a voté l’accord de principe pour l’acquisition de l’ancien hôtel de police de la commune. En effet, depuis quelques mois maintenant, le bâtiment est vide et n’a plus aucune utilité. La trentaine de policiers qui compose l’antenne d’Aubel a en effet été transférée dans la toute nouvelle antenne de Plombières. D’où la vente de l’ex-hôtel de police par la zone de police du pays de Herve.

    La commune d’Aubel s’est positionnée pour l’achat du bâtiment, mais il faut encore attendre la décision de la zone de police, décision qui doit tomber ce mercredi. « C’est en bonne voie, mais je préfère rester prudent », explique JeanClaude Meurens, le maïeur aubelois. Aubel devrait racheter le bâtiment pour 585.000 €, soit une bonne opération pour la zone de police.

    POUR DES LOGEMENTS

    Acheter pour y faire quoi ? Ce ne sera en tout cas pas pour y mettre le centre culturel, comme le voulait l’opposition, étant donné qu’un tout nouveau centre culturel verra le jour, non loin de là, dans les prochaines années.

    « On va lancer un appel d’offres, tout dépendra de ce qu’on nous remet donc, mais ce sera a priori des logements », reprend le bourgmestre aubelois. Le destin de l’ex-hôtel de police sera par ailleurs lié à celui de l’ancien centre culturel qui deviendra caduque une fois que le nouveau bâtiment sera construit. Des logements donc, mais pas n’importe lesquels, Jean-Claude Meurens veut avant tout de la qualité. « Il ne sera pas question de construire beaucoup de logements. On va limiter ça, je ne sais pas encore dire à combien car nous ne sommes qu’au début de la procédure », avance-t-il. À Aubel, on espère par ailleurs qu’un espace convivial sera créé en plus des logements. 

    L.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 28 mars 2018.

  • Les maïeurs francophones font bloc pour Nosbau

    Les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau, se positionnent pour son avenir. Ils déplorent en effet les nouveaux propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Les cinq maïeurs insistent sur la nécessité de ne pas sacrifier Nosbau.

    La sortie du ministre germanophone Antonio Antoniadis, ce 20 mars, n’est pas du goût des bourgmestres de Thimister, Baelen, Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ces communes, associées à la société de logements sociaux Nosbau, déplorent les propos du ministre confirmant la future scission de Nosbau et la fusion des deux sociétés implantées en Communauté germanophone. La matière du Logement est passée du fédéral vers la Région suite aux différentes réformes de l’État, et la Communauté germanophone a revendiqué cette compétence.

    Un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mars 2018.

  • Les maisons les plus chères de la province se trouvent à Aubel

    À Aubel, une maison coûte en moyenne 272.525 €.

    Le prix de 75 % des maisons vendues en 2017 a dépassé 207.000 € et le quart ont coûté plus de 350.000 €. Dans cette commune, la moyenne du prix de vente a augmenté de 16,2 % en un an.

    Capture d’écran 2018-03-05 à 07.45.59.png

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 mars 2018.

     

  • Evolution des prix des maisons et des terrains à bâtir.

    Selon des chiffres de la Fédération Royale du Notariat belge, publiés par Trends, les prix des maisons ont diminué de 26 % au cours des 5 dernières aux Fourons, alors qu’ils ont augmenté de 7 % à Aubel et de 6 % à Plombières.

    A Plombières, les terrains à bâtir ont augmenté de 132 % au cours de la même période, alors qu’ils sont restés stables à Aubel et aux Fourons.