Aubel - Page 5

  • Décès d’André Ruwet, cofondateur d’Imagine

    L’Aubelois André Ruwet, fondateur et ancien rédacteur en chef du magazine Imagine, est décédé à Liège, le 9 mai F13CC34D-BD4A-4D66-B373-55767B6D21F9.jpegdernier, à l’âge de 67 ans, indique lundi la rédaction en chef du magazine spécialisé dans les questions liées à l’écologie. André Ruwet était malade depuis trois ans. Né à Aubel, diplômé en journalisme de l’IHECS, il a travaillé pendant 12 ans au quotidien La Cité, où il s’occupait des matières politiques, économiques et sociales. Après quoi, il a été engagé par Greenpeace International pour créer et diriger Greenpeace Magazine, destiné aux membres francophones de l’ONG. En 1996, André Ruwet cofonde Imagine, premier trimestriel belge à traiter d’écologie et des questions de société, fondé avec l’appui financier d’Écolo.

    PREMIER MAGAZINE DU GENRE
    En 2003, Imagine devient un magazine bimestriel alternatif, indépendant et entièrement réalisé et géré par l’équipe qui le fabrique et qui s’inscrit dans le courant slow press. Ecologiste et humaniste, passionné de nature, de marche et de vélo, André Ruwet était marié, père de deux enfants et deux fois grand-père.

  • Dunkerque

    L’Aubelois Julien Stassen a rallié l’arrivée finale des Quatre Jours de Dunkerque (2.HC, 8-13/05) en 92e position.

  • Aubel prend une option face à Haut-Pré

    Après Aubel prend une option face à Haut-Pré une saison marquée de hauts et de bas, le RBC Aubel abordait cette finale des playoffs sans crainte mais avec envie. Un déplacement dans la salle d’une équipe du Haut-Pré ayant fini devant les Verts lors de la saison régulière mais au jeu inconstant depuis plusieurs semaines. Et si la semaine avait été négative pour un Geoffrey Jennart ayant définitivement perdu Leenaerts sur blessure, les locaux s’alignaient sans Bernard (commotion) alors qu’Aberi arrivait en cours du premier quart.
    Et cette finale débutait sans round d’observation, les deux équipes trouvant directement leurs marques sur les défenses proposées. Une première clé pour Fontaine et ses coéquipiers car la défense de zone lo- cale a tendance à user les esprits (demandez à Ensival). 19-19 dans le premier quart, il fallait ensuite trouver la clé dé- fensive pour museler un Grandry faisant très mal dans la raquette. Mission accomplie dans un 2e quart à sens unique où les Liégeois perdaient pied alors que Beckers jouait encore les jokers de luxe. « Tant que la rencontre se jouait en un contre un dans la raquette, nous dominions. Mais, dès que les aides défensives se sont faites, nos pivots n’ont plus eu d’impact, ne ressortant pas les ballons et nous avons bu la tasse», reconnaissait un Yves Dehousse devant rejoindre les vestiaires dans les cordes (29-43).
    « On sait que la défense est notre force et que nous devions limiter des locaux perdant alors leurs repères s’ils ne marquent pas », lançait un Geoffrey Jennart qui pouvait ensuite faire de la ges- tion. Mais, attention, tout ne fut pas simple car, dès le retour des vestiaires, les locaux reve- naient à la vie en rappliquant à 4 unités. « Ils ont changé de dé- fense et nous avons eu un peu de mal a trouvé le rythme. Ils se sont donc un peu enflammés mais on a rapidement repris le contrôle», continuait un Jen- nart pouvant clairement compter sur un collectif supé- rieur. Alors que cinq joueurs passaient la barre des 10 points pour amener du danger « Vert » de partout, les Liégeois allaient s’éteindre. « Nous sommes restés concentrés et constants, imposant notre jeu et une bien meilleure mentalité. Maintenant, on sait aussi que rien n’est fait car Haut-Pré s’est relevé de telles situations. Profitons de notre salle pour finir la série » ; lâchait un coach qui fixe donc rendez-vous à tout le monde jeudi pour décrocher la victoire de la montée.
    DIDIER DELMAL dans LA MEUSE VERVIERS du 14 mai 2018.

    Lire la suite

  • Objectif atteint pour René Ernst

    Aubel perd mais reste en P1

    Encouragé par une horde de supporters, Aubel est finalement parvenu à se maintenir en P1 alors qu’il a connu la défaite, très tôt dans le match (but d’Akdim après 13 minutes sur un service impeccable d’Annibale). Pourtant, rien n’était moins sûr jusqu’à la fin puisque les hommes de René Ernst, très timorés et brouillons avant le repos, n’étaient jamais parvenus à trouver la parade face à un grand Schyns après la pause. Xhoffraix va donc quitter la P1 sur un 17e succès, dans une certaine émotion et un devoir accompli pour Robin Demarteau : « Je suis partagé entre un sentiment de frustration, de déception et de satisfaction. Nous avons prouvé que nous avions notre place en P1 et avons joué le jeu jusqu’au bout. Chapeau à mes gars. Nous sommes, en plus, devenus la 2e défense de la série ! J’avais bien annoncé qu’on ne laisserait rien. Je suis content qu’Aubel se sauve et pour René Ernst qui a la même mentalité que moi ».
    En face, c’était aussi mission accomplie pour René Ernst qui va rencontrer, cette semaine, la direction aubeloise en vue d’une prolongation (T2) pour la saison prochaine. « L’objectif final, à savoir le maintien est atteint ! On ne l’a pas fait à Xhoffraix, mais face à Raeren finalement. C’est mission accomplie, mais j’ai une pensée pour Michel Remacle qui a fait un gros boulot ici. Au départ, je pensais prendre 10 points durant mon intérim et finalement on a pris 13. On méritait le nul à Xhoffraix, mais certains étaient timorés en première période. Je ne voulais pas être tenu au courant des autres résultats... avant la 85e minute car je voulais garder un discours clair avec mes joueurs. C’est vrai, un petit bémol avec cette défaite mais on va faire la fête ».
    Puis de laisser le mot de la fin à son capitaine, Jabo Mutsinzi, qui va très certainement rempiler pour une 4e saison chez les Herbagers : « Oui, a priori c’est fait. Nous voilà sauvés et, cette fois pas par le tapis vert ! Ce dernier match à Xhoffraix était à l’instar de notre saison, assez irrégulier. Surtout dû aux absences et blessures car nous manquions parfois de profondeur dans le noyau. Depuis fin janvier, nous nous étions crus trop beaux en étant 5e au classement. Puis, il y eut le départ de Michel Remacle qui ne fut pas spécialement bénéfique, mais un changement était effectivement indispensable au vu de la situation compliquée du moment. Maintenant, nous sommes enfin sauvés. »
    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 14 mai 2018

    Lire la suite

  • Aubel face à son destin

    Aubel, qui se rend à Xhoffraix, est mieux placé que dimanche dernier.

     S’il gagne ou ne fait que match nul à Xhoffraix, alors le club renouvellera son bail en P1. Ce sera une certitude. On a déjà évoqué un possible barrage à trois. En cas de défaite d’Aubel, il faudra attendre les résultats des 3 poursuivants (Minerois, Melen et Beaufays) et dresser le bilan à ce moment-là, car les scénarios seront nombreux. Mais s’ils perdent tous les trois, Aubel sera évidemment toujours sauvé. Après, on sort les calculatrices et on voit qui, quoi et les barrages possibles...

    D’un article de Patrick GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 12 mai 2018