Humour

  • LES MAÏEURS D’A PIACERE

    La petite phrase de la semaine, on la doit à Robert Ortman, chef du chœur d’A Piacere, un ensemble vocal verviétois : « Chanter dans A Piacere, vous donne de fortes chances de devenir bourgmestre ! Marie Stassen et Patrick Thevissen en sont la preuve ». En effet, les deux choristes sont respectivement devenus bourgmestre de Plombières et maïeur de Lontzen ! Comme quoi, la musique mène à tout…

    "LA MEUSE VERVIERS" du 27 octobre 2018.

  • OUF, AUBEL NE FAIT PLUS DE CHARCUTERIE SCHTROUMPF

    Greenpeace et Test-Achats sont ravis que la marque Aubel, produite par Detry à… Aubel, ne produise plus de charcuterie « Schtroumpf ». On vous rassure, elle n’était pas bleue, mais le jambon avait la forme de la tête des charmants petits hommes bleus de Peyo.

    « La pratique consistant à utiliser des personnages populaires sur l’emballage de produits alimentaires malsains, comme la viande transformée, est vraiment douteuse » assène la porte-parole de Test-Achats.

    (De la page "ça va se savoir..." de LA MEUSE VERVIERS du 30 juin 2018)

  • Le Lions achète Val-Dieu

    Différents bouleversements ont été signalés à l'Abbaye du Val-Dieu. On l'apprend l'acquisition du site du XIIIe siècle par le Lions Club d'Aubel.

    Cette acquisition par ce service club permettra l'organisation Bacchus tous les samedis tout au long de l'année, ainsi que l'ouverture d'une discothèque dans les caves.

    Une information exclusive de "La Menteuse" (pas celle du Boulevard d'Avroy mais de la route de Mouland).

  • VAL-DIEU, UN VRAI PARADIS

    Le moulin de Val-Dieu est, paraît-il, une oasis de paix recherchée par certains organisateurs de séminaires, d’entreprises notamment. Pourquoi diable cet établissement horeca proche de l’abbaye est-il ainsi en odeur de sainteté, chez ces managers ? Pas vraiment parce qu’on trouve un magasin d’articles pieux à deux pas, ou parce que l’ancien réfectoire des moines est décoré de portraits de princes-abbés au regard sévère. Pour la proximité de la brasserie, alors ? Que nenni ! On y vient plutôt parce qu’ici, seuls les abonnés Orange ont du réseau GSM. Or, rien de tel pour éviter que les participants aux séances d’information et de conscientisation soient dissipés en tapotant sur leur smartphone ou en scrutant le moindre mail.