Histoire

  • Réintroduction du flamand à Aubel

    Ce blog a déjà évoqué des notes du R.P. O'Kelly pendant la guerre 14-18: 

    Le 29 mai 1917, le R.P. O'Kelly notait: la langue véhiculaire de l'instruction, qui était le français depuis 1875 environ [à Aubel], à la suite d'un vote presse du conseil communal, redevient le flamand, comme il est naturel en pays flamand. Aubel a été fort délaissé au point de vue flamand.

    Extrait des notes du Père O'Kelly publiées par la Société Royale Archéo-Historique de Visé et de sa Région ASBL et du Musée Régional d'Archéologie et d'Histoire de Visé, sous le titre "1914-1918, à Visé et dans la région liégeoise, 2ème tome 1917-1921".

     

  • Balade-conférence à Charneux

    Après le beau succès du colloque d'histoire régionale organisé à l'Abbaye du Val-Dieu à l'occasion des 800 ans de l'abbaye, la Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve poursuit son programme d'organisations et vous propose :

    Lundi 1er mai : Charneux, village du Plateau Charneux, village du Plateau, nous offre ses pépites architecturales, mais aussi ses chemins creux, son horizon dégagé, et ses vergers en fleurs de carte postale.

    Guide : Jean Rennotte (0499.63.32.80)

    RV devant l'église de Charneux.

    Départ à 14 h00 à l'église

    Balade-conférence de 10 km.

    PAF : membres : gratuit; non-membres : 2 €

    Visitez notre site : http://www.shaph.be

    SH Charneux mai 2010 055 - copie.jpeg

  • Balade-conférence - Dimanche 22 janvier : Aubel, son centre historique

    Découverte d'Aubel et de son centre historique

    Rendez-vous devant l'église d'Aubel à 14 h 00 

    Balade-conférence de 4 km, guidée par Thomas Lambiet, historien

    Sans oublier les places principales, glissons-nous dans l'intimité des ruelles adjacentes.

    Balade-conférence facile, pas de dénivelé, accessible aux poussettes et voiturettes

    Pour tout renseignement : 0486.84.99.37 (Thomas Lambiet)

    PAF : membres : gratuit; non-membres : 2 €

  • Né à Aubel il y a 99 ans

    Suite au décès d’Albert Flagothier, le dernier survivant du Fort d’Aubin- Neuchâteau n’est autre que Victor Royen. Ce dernier fêtera ses 99 ans ce mercredi 23 novembre. Ses anecdotes ont permis à Thomas Herens, le conservateur du musée aubi- nois, d’en savoir davantage sur un endroit rempli d’Histoire. Thomas Herens a fait une découverte plutôt étonnante le mois dernier. Le conservateur du musée du Fort d’Aubin-Neufchâteau est parvenu à entrer en contact avec le dernier officier en vie du Fort durant la seconde guerre mondiale. Malgré ses 101 ans, ce dernier lui avait donné une mine d’informations sur ce lieu historique. « C’était en feuilletant l’annuaire téléphonique que j’avais retrouvé les traces de cet ex-officier. Je ne disposais simplement que de son nom, son prénom et sa date de naissance ». Ce dernier se nommait Albert Flagothier. Malheureusement, il est décédé le 27 octobre dernier. « Il était né le 8 juin 1913. Un jour, je suis tombé sur ce nom de famille dans les Pages Blanches. J’ai rapidement appelé le numéro inscrit sous mes yeux. La personne qui m’a répondu m’a notamment dit : ‘Albert Flagothier, c’est mon père ! Oui, il est toujours en vie’. Et c’est ainsi que j’ai eu la chance de le rencontrer », énonce Thomas Herens.

    IMG_2048.PNG

    À présent, il n’existe plus qu’un seul survivant du Fort d’Aubin-Neufchâteau. Il s’agit de Victor Royen. « Ce dernier est né le 23 novembre 1917 à Aubel. Il fêtera donc ses 99 ans dans quelques jours. Il est arrivé au Fort le 25 février 1937. Il a reçu le matricule 290/4952 et était affecté à la Coupole B1 comme tireur. Après un an de service militaire, il a été démobilisé mais a été rappelé à quatre reprises (à savoir en septembre 1938, en juin 1939, en juillet 1939 et en septembre 1939). Il se trouvait dès lors au Fort lors de la déclaration de guerre ».

    Lire la suite

  • Des Flamands revendiquaient Aubel chez le Roi il y a 125 ans

    Les Flamands chez le Roi

    Lundi dernier, les délégués du Vlaamsch Nationaal Verbond ont été reçus en audience par le Roi. Le but de cette entrevue était de mettre sous les yeux de Sa Majesté les griefs des Flamands, principalement en ce qui concerne la classification des communes flamandes, rangées aujourd'hui sous la dénomination des communes wallonnes. C'est ainsi que 20 communes, représentant une population de 205.606 sont privées de certains privilèges. Aubel et Fouron-St-Pierre sont du nombre de ces communes.

    Le Roi a prié ces messieurs de lui adresser la parole en flamand ; Sa Majesté a déclaré comprendre fort bien et a écouté avec la plus grande attention. Elle a prié M. le Ministre De Bruyn, présent à l'audience de faire en sorte que les Flamands obtiennent satisfaction.

    (C'est ce que rapportait le "Journal d'Aubel" du 5 avril 1891).