Environnement

  • La commune saisit le terrain de la ramasseuse de détritus

    Après un énième nettoyage, la commune a enfin pu avoir gain de cause dans un dossier délicat à Aubel. Depuis 2014, une dame habitant au Bois d’Hansy, sur la commune d’Aubel, empilait plusieurs tonnes de détritus sur son terrain. La commune avait dû, par trois fois, évacuer les sacs de déchets des lieux. Aujourd’hui, les caravanes ont été saisies. Une vente publique aura bientôt lieu. Ça y est, le dossier sera bientôt clos et la commune d’Aubel devrait en avoir fini avec la dame aux détritus du Bois d’Hansy. Rappelez-vous, en mai dernier, la commune d’Aubel allait évacuer pour la troisième fois déjà, à ses frais, les crasses accumulées par la propriétaire. Près de 210 m3. Les deux caravanes bourrées de crasses avaient, elles aussi, disparu du paysage.

    Mais aujourd’hui stop ! La procédure d’expropriation a porté ses fruits. La commune a eu gain de cause et le terrain de la dame a été saisi. Un véritable soulagement pour l’ensemble du collège qui espère bien récupérer ce qui lui est dû. « 17.000 euros ont été nécessaires à l’évacuation des déchets. Nous espérons bien les récupérer suite à la vente du bien », lance Béatrice Stassen, l’échevine des finances de la commune. Après des évacuations datant de 2015 et de 2016, la commune a enfin pu agir pour cesser le massacre sur les quelque 8.000 m2 de part et d’autre de la route menant de Froidthier à Val-Dieu, non loin de la Berwinne. Les procédures judiciaires et immobilières ont donc bel et bien été efficaces. Le bien devrait être mis en vente prochainement et publiquement, en croisant les doigts pour que le futur nou#veau propriétaire ne réitère pas l’exploit.

    M.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 13 septembre 2017

  • Permis octroyé au projet Chinrue à Theux

    Sur la table depuis une dizaine d’années, le projet immobilier prévu sur des terrains derrière la rue Chinrue et la place du Vinâve, à Theux, bouge. « Le permis a été octroyé le 17 juillet par la fonctionnaire déléguée de la Région, mais sous des conditions assez strictes qui avaient été rencontrées par le promoteur », explique Philippe Boury, le bourgmestre de Theux. Ce promoteur, la société Étienne Piron basée à Aubel, prévoit de construire 55 logements (11 maisons et 44 appartements) dans ce quartier. Une nouvelle qui est loin de ravir les opposants au projet, parmi lesquels des riverains ainsi qu’Ecolo Theux. «C’est une mauvaise nouvelle pour les Theutois qui méritent que le centre de leur commune se développe de manière plus harmonieuse, durable et conviviale », a réagi Matthieu Daele. Au fil des enquêtes publiques, le projet a pourtant évolué, avec notamment une baisse du nombre de logements prévus, conformément à une demande des riverains. « Mais il n’y a eu aucune augmentation dans la qualité. L’occasion a été manquée d’améliorer ce projet conçu comme dans les années 90’ », estime encore Ecolo Theux, qui relève ainsi que sur les 25 critères wallons des quartiers durables, le projet dans sa dernière version « en atteint à peine la moitié ». Sur ces arguments d’un projet en inadéquation avec les modes de construction du 21e siècle, le bourgmestre répond : « c’est n’importe quoi ! L’architecte n’a pas fait un projet des années 90’, et la société en question est sérieuse ». Il rappelle ainsi qu’il y a eu énormément d’améliorations de la part du promoteur. Le projet en est
    d’ailleurs à sa quatrième mouture. « Seules quelques dérogations au PCA ont finalement été accordées. Le projet se réalisera selon les normes actuelles et avec une architecture contemporaine. Ecolo sert un argument simpliste », ajoute Philippe Boury. Ecolo, de son côté, déplore encore l’absence d’une étude d’incidence digne de ce nom, « une simple étude environnementale n’est pas suffisante pour un projet de cette taille », et note un manque de convivialité dans ce qui est prévu. A.F. dans LA MEUSE VERVIERS du 7 août 2017

  • En vue du futur centre culturel

    En application des prescriptions du décret du 06.02.2014 relatif à la voirie communale, le Collège Communal d’Aubel porte à la connaissance du public que la Direction Générale Opérationnelle de l’Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine du Service Public de Wallonie lui a demandé de procéder à l’enquête publique du 26.06.2017 au 24.08.2017 concernant la demande de l’Administration Communale d’Aubel ayant pour objet :

    la modification de la voirie communale aux fins de permettre la création d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite dans le cadre de la demande de permis d’urbanisme PU2396 visant la construction d’un nouveau centre culturel et l’aménagement des abords sur le bien situé à Aubel, Göbbelshof s/n°, cadastré section B n° 555l4 et 548b.

    Les personnes désireuses de faire valoir des réclamations contre ce projet sont priées de les adresser par écrit à l’Administration communale d’AUBEL, ou de se présenter à l’Hôtel de ville, le mardi entre 14h00 et 16h30 (prière de prendre rendez-vous au 087/68.01.32) afin de soumettre leurs observations verbales au délégué du Collège Communal, pendant toute la durée de l’enquête publique.

    Le dossier relatif à ce projet est à l’inspection du public à l’Administration Communale d’Aubel, Service de l’Urbanisme (087/68.01.38) pendant toute la durée de l’enquête, tous les jours ouvrables entre 9h00 et 12h00, ainsi que le mercredi entre 13h30 et 16h30 et en soirée ou le samedi uniquement sur rendez-vous.

  • Elle avait accumulé plus de 210 m³ de crasses

    C’en est fini des dépôts d’immondices à répétition au Bois d’Ansy, près de la Berwinne, à Aubel : pour la troisième et, en principe dernière fois, la commune a fait évacuer les déchets accumulés par une Hainuyère.

    La note s’élève à 10.000 euros pour les deux premières évacuations. Un dossier à retrouver dans les pages en ligne de la Meuse Verviers.

  • L’échevin des Travaux aubelois, Francis Geron, en a soupé.

    Pour la troisième fois, la commune d’Aubel va être obligée d’évacuer un dépôt d’immondices sur le terrain d’une dame qui ne peut s’empêcher de rapporter ces déchets dans une zone de grand intérêt naturel, à quelques mètres de la Berwinne.

    Une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 mai 2017