Dans la région

  • Au Collège à Herve il faudra ouvrir une classe supplémentaire pour les premières années

    PLUS DE 500 ÉLÈVES EN PREMIÈRE AU CPH

    Du côté du Collège de la Providence de Herve, on est en tension démographique ce qui permet à l’établissement, qui n’accueille que des élèves du premier cycle, de pouvoir ouvrir une classe supplémentaire l’an prochain, soit 21 en première. « On revient à la même situation qu’il y a deux ans. On avait eu un peu moins d’élèves en première l’an dernier, mais on en a à nouveau beaucoup cette année. Il y aura plus de 500 élèves en première », informe Bernard Servais, l’un des deux directeurs du CPH.

    Un nombre d’élèves impressionnant, c’est d’ailleurs la première fois que l’établissement hervien en aura autant. « On tourne chaque année autour de 1.000 sur les deux cycles et on veut d’ailleurs se maintenir autour de ce chiffre. L’objectif n’est pas de grandir », conclut Bernard Servais.

    Il reste des places presque partout

    Qu’en est-il des autres établissements de la région ? Il reste de la place dans les deux écoles welkenraedtoises (Athénée royal et Institut Saint-Joseph), au Collège Notre-Dame à Gemmenich, au Collège Saint-Hadelin Visé (mais il y une liste d'attente à l'Athénée Royal de Visé), à l’Athénée de Pepinster ainsi qu’à l’institut provincial d’enseignement agronomique de La Reid. Il reste par contre moins de 10 places à l’école d’hôtellerie de Spa.

    Sur base d'un article de LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 avril 2018.

  • Une Aubeloise grièvement blessée

    Violente collision samedi vers 3h30, chaussée de Julémont (soit la route de Maastricht), à hauteur de l’église de Julémont.

    Une victime, une Aubeloise, a été transportée à l’hôpital, à bord d’une ambulance de Battice, vers l’hôpital de la Citadelle, à Liège.

    ÉJECTÉE DE SON VÉHICULE

    Un poteau de signalisation directionnel a été embouti et a été presque extrait du sol, à cause de la violence du choc. L’accident s’est produit alors que la conductrice rentrait de sa nuit de travail. Elle tentait de s’insérer dans la circulation sur la route régionale.

    D'un article d'Y.B., AVEC BELGA, dans LA MEUSE VERVIERS du 9 avril 2018.

  • Claire traite vos cheveux avec du botox !

    Le salon de coiffure Tête en l’Air, à Thimister, propose un soin assez exclusif pour les cheveux à base de… toxine botulique végétale ! Avec un résultat garanti durant les trois à quatre mois qui suivent, il redonne aux cheveux fragilisés de la légèreté et de la brillance.

    Un article d'AURÉLIE FRANSOLET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 31 mars 2018.

  • Les maïeurs francophones font bloc pour Nosbau

    Les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau, se positionnent pour son avenir. Ils déplorent en effet les nouveaux propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Les cinq maïeurs insistent sur la nécessité de ne pas sacrifier Nosbau.

    La sortie du ministre germanophone Antonio Antoniadis, ce 20 mars, n’est pas du goût des bourgmestres de Thimister, Baelen, Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ces communes, associées à la société de logements sociaux Nosbau, déplorent les propos du ministre confirmant la future scission de Nosbau et la fusion des deux sociétés implantées en Communauté germanophone. La matière du Logement est passée du fédéral vers la Région suite aux différentes réformes de l’État, et la Communauté germanophone a revendiqué cette compétence.

    Un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mars 2018.

  • La police a retrouvé la trace du trio qui a violenté un homme pour le voler

    Suite au vol avec violence commis à Thimister-Clermont (Margensault) le vendredi 23 février dernier au cours duquel 3 auteurs ont fait usage de violences afin de dérober le véhicule de la victime (un monsieur âgé d’une soixantaine), une chasse à l’homme importante avait été mise en place (hélicoptère, maitres chien, une quarantaine de policiers mobilisés).

    2 des 3 auteurs ont été interpellés ce jeudi 1er mars. Il s’agit de mineurs de 14 ans et 16 ans de la région liégeoise.

    Ceux-ci ont été déférés ce vendredi 2 mars devant le juge de la jeunesse de Liège qui a ordonné leur placement en IPPJ.

    Le 3e auteur, une jeune dame, est en cours d’identification.