Automobile

  • Delhez sur un nuage, Baguette dans un sauna

    L’homme d’affaires d’Aubel et le pilote professionnel de Spa ont vécu des scénarios très différents lors du double tour d’horloge ardennais. Mais le pilote de la Lamborghini numéro 9 et celui de la seule Honda NSX sont fiers d’être venus à bout de cette édition particulièrement éprouvante.

    Pas de répit pour les héros. Ce lundi matin, Bertrand Baguette reprend l’avion pour son pays d’adoption, le Japon. 

    Pour Bernard Delhez, cette édition s’est déroulée comme dans un rêve :« Il s’agissait de ma première course de la saison et j’ai eu le plaisir de la vivre au sein d’une excellente équipe. Heureusement qu’à 52 ans, je peux compter sur une condition physique forgée par 6 à 8 heures de sports hebdomadaires. Nous n’avons pas rencontré de problèmes et, de mon côté, j’ai signé de bons chronos sans commettre d’erreur. Je suis très satisfait du résultat global qui s’est soldé par une 2e place dans la catégorie réservée aux pilotes amateurs. Notre 30e position au classement général démontre aussi à quel point le niveau de ces 24 Heures est devenu démentiel. C’est d’autant plus gratifiant de les terminer de cette façon. »

    D'un article de DOMINIQUE DRICOT dans LA MEUSE VERVIERS du 30 juillet 2018.

  • « Je vais perdre cinq kilos »

    Peu de Belges au départ des 24 Heures de Spa-Francorchamps, encore moins de régionaux. Parmi les rares ‘privilégiés’ au sein d’un plateau de plus en plus élitiste, Bernard Delhez, un Gentleman Driver, est un homme simple, discret et…. heureux.

    Lire la suite

  • L'Aubelois Charles Weerts s'impose aux Emirats

    Le jeune pilote aubelois Charles Weerts, qui a eu 17 ans jeudi passé, vient de remporter le championnat de Formule 4 des Émirats Arabes Unis, devant David Schumacher, le fils de Ralf. Une rampe de lancement idéale pour notre régional, qui prendra part au championnat allemand de Formule 4 cette saison avec de grandes ambitions.

    La Formule 4, c’est la suite logique du karting au niveau des monoplaces. Originaire de France, ce championnat s’est ensuite exporté vers d’autres pays et c’est notamment par là qu’est passé notre pilote de Formule 1 Stoffel Vandoorne. Si on parle aujourd’hui de la F4, c’est parce que le jeune Aubelois Charles Weerts vient de remporter, le week-end passé, le championnat des Émirats Arabes Unis, au nez et à la barbe de David Schumacher, le fils de Ralf.

    Tout juste de retour, Charles Weerts savoure ce qui constitue son premier titre international. « Le championnat des Émirats Arabes Unis, c’était en réalité un très bon moyen de s’entraîner durant l’intersaison pour la saison qui va démarrer en Europe. Cette année, je vais en effet prendre part au championnat allemand ADAC de F4 », détaille l’Aubelois.

    Et de revenir sur sa belle performance dans la péninsule arabique. « Le championnat a eu lieu sur six week-ends, avec quatre courses par week-end. La première a eu lieu fin décembre, la dernière ce week-end. J’ai pris part à ce championnat avec le team Dragon, qui résulte d’une collaboration entre Motopark, mon écurie de la saison passée, et un team de Dubaï. Je n’avais que 13 points d’avance avant le dernier weekend. Il faut dire que j’ai connu des problèmes de moteur, que je n’ai pas fini certaines courses, etc. Je n’ai pas été verni. Mais ce weekend, j’ai su tout rassembler pour remporter les quatre courses et signer trois meilleurs temps en course. La remise des prix a eu lieu le samedi soir et j’ai repris l’avion dimanche. C’est mon premier titre FIA, j’espère qu’il y en aura d’autres », explique encore Charles Weerts, qui prenait part à ce championnat avec la ferme intention de le remporter. « Au final, j’ai gagné le championnat avec plus de 50 points d’avance. »

    Place à présent au championnat allemand pour le jeune pilote aubelois de 17 ans, qui a fait ses débuts dans cette compétition en 2017 en tant que rookie (première saison).
    AMBITIEUX EN F4 ALLEMANDE
    « J’ai terminé vice-champion chez les rookies. Parmi les championnats de F4, l’Allemand et l’Italien présentent le niveau le plus relevé. La saison passée, j’étais chez Moto-park et cette saison, j’ai rejoint un team néerlandais, Van Amersfoort Racing, dans lequel Mick Schumacher, le fils de Michael, a fait ses débuts. C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience et mon objectif est clair : gagner ce championnat.
    Mais je sais qu’il sera long et que c’est impossible à dire maintenant. La saison démarrera début avril avec des essais officiels le 3 et le 4. La première course aura lieu les 14 et 15 avril. En tout, il y aura sept week-ends, dont un en Autriche et peut-être un en même temps que la F1 à Hockenheim. »
    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 7 mars 2018

  • Aurélie Dehaye étonne encore

    De nouveau un top 10 pour Aurélie Dehaye ! Bien trop timide pour se mettre en avant face aux objectifs et aux plumitifs, la talentueuse pilote de ThimisterClermont préfère s’illustrer au volant d’une auto d’une autre génération… À bord de sa VW Golf Kit-Car, la fille de Jean-Marie Dehaye épate lors de chaque prestation… « Même moi, elle m’étonne encore », sourit le paternel. « Quand je vois les chronos qu’elle réalise par rapport à la concurrence qui dispose d’autos bien plus modernes, je suis assez surpris. »

    Et pourtant, la Demoiselle semble en garder sous la semelle au vu de l’état de la Golf à la rentrée au parc fermé. « L’auto n’a jamais une gratte », poursuit le garagiste. « Le moteur et la boîte de vitesse ne semblent jamais souffrir. J’aimerais d’ailleurs que, de temps en temps, elle « agresse » un peu plus la mécanique. Je suis convaincu qu’elle pourrait étonner davantage… »

    À l’instar d’autres beaux coups de volant, on aimerait voir Aurélie Dehaye aux commandes d’une R5 notamment. « Moi aussi », embraye le papa. « Mais Aurélie ne sait pas « se vendre ». Dans le contexte financier compliqué, c’est une barrière supplémentaire. C’est dommage… »

    Aussi, nous ne verrons pas la « lady » au départ du prochain Condroz… « Je pense qu’il reste juste assez de sous et de pneus pour disputer les Crêtes de Bellevaux », confirme Jean-Marie qui, comme pas mal d’observateurs, espère que le vœu sera exaucé… -

    ÉRIC TRIPPAERS dans LA MEUSE du 18 octobre 2017

  • Séverine Penay et Thierry Trefois tués par la tempête à Dalhem!

    Deux Aubelois ont perdu la vie, ce jeudi soir, dans un dramatique accident à Dalhem. Un arbre, déraciné par les vents violents, est retombé sur l’habitacle de l’auto du couple. Thierry Trefois (45 ans) a été tué sur le coup. Son épouse, Séverine Penay, âgée de 41 ans, est décédée des suites de ses blessures.

    Pour Thierry Trefois, il était déjà trop tard. L’homme a été tué le coup. Son épouse, Séverine Penay, a été transportée à l’hôpital où elle est malheureusement décédée des suites de ses blessures, dans le courant de la nuit. Thierry Trefois était gardien de prison à Ittre. Si on s’en réfère à son profil sur les réseaux sociaux, il aimait la pêche, la moto et les animaux. Son épouse était plus discrète, mais partageait les passions de son époux. Ils étaient aussi très actifs dans le comité du quartier Centre Fête Pop à Aubel, très impliqués dans le quartier, toujours présents aux réunions, toujours là pour chaque activité mise en place, toujours motivés et souriants.

    Vu la taille de l’arbre - dont le tronc affiche une circonférence de plus d’1,5 mètre ! -, il était quasi impossible pour les occupants de la voiture d’en réchapper. Le couple d’Aubel était au mauvais endroit au mauvais moment, victime d’un terrible coup du sort. Un coup du sort qui laisse deux orphelins.

    (Avec l'édition digitale de La Meuse)