Val-Dieu - Page 5

  • On verra « Ennemi Public » aux USA !

    « Ennemi Public », la série belge, a déjà conquis l’Europe (Espagne, Allemagne, France, Pologne et Scandinavie, notam-ment). Elle sera aussi diffusée au Canada et aux États-Unis, en version sous-titrée. Aux USA, ce sera via AMC (qui diffuse aussi les séries Breaking Bad et Walking Dead). En Grande-Bretagne, où Sky Atlantic la diffuse depuis le 10 mai, The Times lui a donné une cote de 4 étoiles sur 5 !Capture d’écran 2017-05-26 à 07.55.53.png

    Un motif de fierté pour Angelo Bison qui incarnait le monstre Guy Béranger en quête de réinsertion dans l’abbaye… À ce propos, on apprend que l’abbaye de Val-Dieu (à Aubel) où on avait tourné la 1ère saison, servira aussi de décor à la 2e saison dont le tournage s’étendra de septembre à décembre. Un accord a été trouvé pour réutiliser l’intérieur de l’abbaye aubeloise, explique Emeline Gilliquet, sa directrice. La diffusion des épisodes de la première saison avait dopé la notoriété de l’abbaye aubeloise.

    Pourtant, au départ, les responsables de l’abbaye avaient refusé que son nom apparaisse au générique !

    « Le scénario était quand même un peu glauque », dit la direc-trice. « Et quand on reçoit un script, on ne sait pas du tout ce que ça va donner. » La liste des sites de tournage n’a guère tardé à être connue et reconnue par le nombreux public qui a regardé le feuilleton. Du coup, la fréquentation du site du Val-Dieu s’en est trouvée boostée en 2016, année – il est vrai – des festivités de son huitième siècle d’existence.

  • « Ennemi Public » de retour au Val-Dieu

    Rebelote pour l’abbaye du Val-Dieu, dans le cadre de la série Ennemi public : on y tournera une deuxième saison de septembre à décembre, avec des intérieurs filmés dans les bâtiments abbatiaux bordant la Berwinne, tandis que les extérieurs seraient probablement à nouveau filmés à l’abbaye de Marche-les-Dames.

    Un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 24 mai 2017

  • Retrouvez, chaque samedi, notre rubrique satirique

    Léon Stassen pleure pour ses verres.

    Alain Pinckaers et la Brasserie se réjouissent: autant de consommateurs à domicile en plus.

  • Exposition Matières et Sculptures (14e édition)

    Chaque année, les caves voûtées de l’Abbaye du Val Dieu accueillent une exposition d’art contemporain intitulée « Matières & Sculptures ».Une sélection de plus de 100 sculptures, de 7 artistes différents, est mise en scène dans l ambiance magique et atypique des caves voûtées de l’Abbaye cistercienne au coeur du Pays de Herve.

    Site d’exception qui a fêté ses 800 ans l’année dernière, l’Abbaye du Val-Dieu est un lieu de découverte artistique durant le mois de mai mais également un lieu de dégustation (Brasserie du Val Dieu à visiter), un départ de promenades et de visite historique du site en lui-même.

    Cette 14ème édition rassemble 7 artistes belges et français travaillant des matières diversifiées telles que le bronze, le polyester, papier, raku, porcelaine, métal et pierre. Cette centaine de sculptures conçues pour l’intérieur ou le jardin sont à découvrir dès le 13 mai prochain les week-ends et jours fériés.

    Les artistes de cette 14e édition sont Karine Chaudé, Giovanni Gelmi, Nouche, Sandrine Sourski, Tabak&Naus, Isabelle Visse et Volker Kiehn.

    Entrée libre du 13 mai au 5 juin dans les caves voûtées de l'Abbaye du Val Dieu.

    Les samedis, dimanches et jours fériés (25, 26 mai et 5 juin) de 13h à 18h

  • Le Casse-Croûte sans verres à cause de clients

    Boire une Val-Dieu à quelques pas des lieux mêmes de sa fabrication, oui, mais pas en version 33 cl. Le bistrot de terroir « Le Casse-Croûte », dont la terrasse principale prend place dans la cour de l’abbaye du Val-Dieu, à Aubel, attend de recevoir une commande d’une centaine de verres à bière. Car ceux de grande contenance où était servie la blonde, la brune ou la triple ont été volés. Du coup, il faut se rabattre sur la version « galopin ». « Il n’y a pas eu d’effraction, souligne d’emblée Léon Stassen (fils), co-responsable du bistrot. Simplement, au fur et à mesure, les grands verres disparaissent. Des clients repartent avec, en souvenir. » Une manière polie de dire que les grands verres sont purement et simplement volés alors qu’il y a moyen d’en acheter dans le magasin à l’entrée du site touristique. « Nos nouveaux verres vont arriver, c’est une question de jours », rassure Léon Stassen qui ne voit pas comment il pourrait lutter contre ces larcins qu’il déplore cependant.

    Pas de solution

    « Le Casse-Croûte » fonctionne en mode self-service. Les clients viennent au bar et s’installent ensuite dans une des diverses salles intérieures ou en terrasse, soit côté parking, soit côté cour de l’abbaye. « Il n’y a pas moyen d’avoir un œil sur tout le monde, et on ne va pas engager un garde pour ça, plaisante le patron du bistrot qui est rouvert également le lundi depuis le mois d’avril. Ce n’est pas possible non plus de mettre en place un système de caution, on ne s’en sortirait pas. » Les dimanches, les touristes belges et étrangers y défilent en nombre occasionnant parfois de longues files devant le bar. « Vous imaginez si en plus les gens viennent pour récupérer la caution de leur verre ?! » Infaisable.

    L’établissement espère simplement que la nouvelle centaine de verres restera en service plus longtemps.

    YSALINE FETTWEIS dans LA MEUSE VERVIERS et dans l'édition digitale.