Statistiques - Page 3

  • 10 RIS pour 1000 habitants à Aubel

    Le revenu d'intégration sociale est un revenu minimum destiné aux personnes qui ne disposent pas de ressources suffisantes, ne peuvent y prétendre par ailleurs, ni ne sont en mesure de se les procurer soit par leurs efforts personnels, soit par d'autres moyens. Le revenu d’intégration sociale est un revenu indexé qui doit permettre au bénéficiaire de mener une vie conforme à la dignité humaine.

    Pour l’obtenir vous devez être Belge ou (membre de la famille d’un) citoyen de l’Union européenne, réfugié́ politique reconnu, bénéficiaire de la protection subsidiaire, apatride ou étranger inscrit dans le registre de la population.

    Pour plus d'informations concernant les conditions permettant de bénéficier d'un revenu d'intégration sociale, veuillez consulter le site www.mi-is.be ou au C.P.A.S.

    Capture d’écran 2017-06-16 à 09.33.53.png

  • Evolution de la population d'Aubel

    La Belgique comptait précisément 11.322.088 habitants au 1er janvier 2017, une population en augmentation de 0,48% sur un an, selon les chiffres officiels communiqués mardi soir par la Direction générale Statistique du SPF Economie.

    J'en ai extrait quelques chiffres pour notre région: 

    EVOLUTION DE LA POPULATION DE DROIT

     

    2014

    2015

    2016

    2017

    Aubel

    4178

    4216

    4229

    4243

    Plombières

    10034

    10158

    10279

    10342

    Fourons

    4120

    4080

    4099

    4129

    Dalhem

    7073

    7225

    7280

    7331

    Visé

    17627

    17572

    17748

    17759

    Capture d’écran 2017-06-14 à 13.12.51.png

  • Les hommes d’Aubel seraient bien moins nombreux à décéder avant 65 ans que ceux de Lierneux ou Thimister-Clermont,

    Selon les chiffres collationnés par l’Observatoire wallon de la santé, dans l’arrondissement de Verviers, une femme vit 4,5 ans de plus en moyenne qu’un homme. Mais le sexe n’est pas la seule source d’inégalité : selon la commune, la mortalité peut être très variable, si l’on se réfère aux chiffres 2004-2012. Là où certaines enregistrent un pourcentage de décès prématurés (soit avant 65 ans) faible, d’autres en comptent environ le double.

    AUBEL, THEUX… AU TOP

    En Wallonie, dans neuf communes, entre 14,5 et 20,5 % des défunts masculins avaient moins de 65 ans. C’est la fourchette la plus basse. Or, parmi ces neuf, quatre sont dans l’arrondissement de Verviers : Aubel, Plombières, Stoumont et Theux. Les autres sont Rixensart et Waterloo, en Brabant wallon, Awans et Remicourt, en Hesbaye liégeoise, et Chaudfontaine. Pour le reste, la plupart se situent entre 20,5 et 28,6 %, alors que la moyenne wal- lonne est de 27,9 %. Le Hainaut et la province de Namur ont des taux très élevés (29,6 %). Seul le Brabant wallon a des chiffres voisins des nôtres (entre 24 et 25 % chacun), sans avoir autant d’entités dans la tranche la plus basse. À l’opposé, on constate que Thimister est dans la fourchette 28,6 – 33,1 %. C’est peut-être dû en partie au fait que cette commune avait la moyenne d’âge la plus basse de l’arrondissement. Beaucoup de jeunes, donc davantage de risques de mourir avant 65 ans… Le taux de décès prématurés est plus important encore à Lierneux, qui est dans la fourchette 33,1 – 40,5 %, où on ne trouve que 14 communes wallonnes. Cela peut en partie s’expliquer par la présence de l’unité de soins réservée aux personnes ayant été confrontées à des tentations suicidaires, dont certaines sont domiciliées dans la commune.

    D'une page d'YVES BASTIN à Lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 octobre 2016

  • La population d'Aubel est plus vieille que la moyenne wallonne

    Le vieillissement généralisé de la population belge nécessite évidemment une adaptation du modèle sociétal. Les politiques de santé, d'accompagnement social, de mobilité, de logement, d'infrastructures publiques,... doivent être adaptées et ou revues à la hausse.
    Un sacré défi où les communes ont un rôle essentiel à jouer et qui est d'autant plus complexe à relever que les cheveux gris ne poussent pas de manière uniforme sur le territoire national.
    Ainsi, globalement, la Flandre vieillit plus et plus vite que la Wallonie et, surtout, que la région bruxelloise. Alors que le coefficient de vieillissement était similaire en 2000 (autour de 70%), il est aujourd'hui de 87,7% en Flandre, 72% en Wallonie et seulement 51,2% à Bruxelles. Dans 10 ans, en Flandre, il y aura ainsi autant de 67 ans et plus que de moins de 18 ans. La Wallonie n'y échappera pas non plus, mais reporte l'échéance à 2034.
    Mais cette disparité des âges est bien présente aussi au niveau des communes d'une même région avec, dans une même région, un coefficient de vieillissement qui peut varier de 26,5% à... 274%.

    Le coefficient de vieillissement (exprimé ici en %) commune par commune correspond au pourcentage de personnes de plus de 67 ans par rapport à l'ensemble de la population de moins de 18 ans. Par exemple, un coefficient de 100% signifie qu'il y a autant de personnes âgées de plus de 67 ans que de personnes de moins de 18 ans.

    Aubel: 81,83 %

    et les communes limitrophes:

    Fourons 95,32%
    Plombières 74,20%
    Welkenraedt 73,67%
    Thimlster-Clermont 46,98%
    Herve 68,20%
    Dalhem 61,33%
  • 38 habitants en plus à Aubel

    Capture d’écran 2015-09-23 à 07.51.42.png

     

    La Direction Générale Statistique et Information Économique a révélé les chiffres de la population au premier janvier 2015. Dans notre région, toutes les communes francophones de l’arrondissement ont vu leur nombre d’habitants augmenter, à l’exception de Verviers. Pour la troisième année consécutive, davantage de personnes ont préféré quitter la capitale wallonne de l’eau plutôt que de venir s’y installer.

    Maxime Larondelle analyse ces chiffres dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2015.