Statistiques - Page 3

  • La population d'Aubel est plus vieille que la moyenne wallonne

    Le vieillissement généralisé de la population belge nécessite évidemment une adaptation du modèle sociétal. Les politiques de santé, d'accompagnement social, de mobilité, de logement, d'infrastructures publiques,... doivent être adaptées et ou revues à la hausse.
    Un sacré défi où les communes ont un rôle essentiel à jouer et qui est d'autant plus complexe à relever que les cheveux gris ne poussent pas de manière uniforme sur le territoire national.
    Ainsi, globalement, la Flandre vieillit plus et plus vite que la Wallonie et, surtout, que la région bruxelloise. Alors que le coefficient de vieillissement était similaire en 2000 (autour de 70%), il est aujourd'hui de 87,7% en Flandre, 72% en Wallonie et seulement 51,2% à Bruxelles. Dans 10 ans, en Flandre, il y aura ainsi autant de 67 ans et plus que de moins de 18 ans. La Wallonie n'y échappera pas non plus, mais reporte l'échéance à 2034.
    Mais cette disparité des âges est bien présente aussi au niveau des communes d'une même région avec, dans une même région, un coefficient de vieillissement qui peut varier de 26,5% à... 274%.

    Le coefficient de vieillissement (exprimé ici en %) commune par commune correspond au pourcentage de personnes de plus de 67 ans par rapport à l'ensemble de la population de moins de 18 ans. Par exemple, un coefficient de 100% signifie qu'il y a autant de personnes âgées de plus de 67 ans que de personnes de moins de 18 ans.

    Aubel: 81,83 %

    et les communes limitrophes:

    Fourons 95,32%
    Plombières 74,20%
    Welkenraedt 73,67%
    Thimlster-Clermont 46,98%
    Herve 68,20%
    Dalhem 61,33%
  • 38 habitants en plus à Aubel

    Capture d’écran 2015-09-23 à 07.51.42.png

     

    La Direction Générale Statistique et Information Économique a révélé les chiffres de la population au premier janvier 2015. Dans notre région, toutes les communes francophones de l’arrondissement ont vu leur nombre d’habitants augmenter, à l’exception de Verviers. Pour la troisième année consécutive, davantage de personnes ont préféré quitter la capitale wallonne de l’eau plutôt que de venir s’y installer.

    Maxime Larondelle analyse ces chiffres dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2015. 

  • Aubel au-dessus de la moyenne nationale

    Le revenu moyen des Belges s'élevait à 16.651 euros en 2012

    • En 2012, le revenu net imposable des Belges atteignait en moyenne 16.651 euros ; 

    • La Flandre reste la région présentant les revenus les plus élevés et enregistrait également la hausse la plus 

      significative des revenus en 2012 par rapport à l'année précédente ; 

    • La plus nette progression en cinq ans s'observe en Wallonie ; 

    • Bruxelles reste la région où les revenus moyens sont les moins élevés ; 

    • En 2012, la province du Brabant flamand arrivait toujours en tête du classement des revenus moyens par habitant au niveau provincial. Le Brabant wallon et la Flandre orientale lui emboîtaient le pas ; 

    • Au niveau communal, Sint-Martens-Latem occupait à nouveau la première position des communes présentant le revenu moyen par habitant le plus élevé. Les revenus y étaient supérieurs de 52 % à la moyenne nationale ;

    • Le revenu moyen le plus faible se situait à Saint-Josse-ten-Noode, où le revenu par habitant s'élevait à la moitié de la moyenne nationale.

    Et à Aubel ?
    Les 4175 habitants ont rentré 2.362 déclarations avec un revenu (le nombre de déclarations de revenu net imposable nul était de 114). 
    Le revenu moyen par habitant était de 17.003 €.
    Les contribuables aubelois ont payé 14.651.477 € à l'Etat et 1.136.591 € à la commune.
  • Population très stable à Aubel

    RÉGION DE VERVIERS – STATISTIQUES DE POPULATION 

    Capture d’écran 2014-08-01 à 08.20.54.png

    Si l’on se reporte dix ans en arrière, on s’aperçoit que la population de l’arrondissement a pro- gressé de 5,62 %. Seule Spa a per- du des habitants (-0,38 %). Parmi ceux qui cartonnent : Baelen (+9,66), Dison (8,95), Jalhay (+8,16), Welkenraedt (+8,12) et Herve (+7,45). En bas de classement : Aubel (+2,90 % en dix ans et +3 habitants, soit +0,07 %, en un an). Pour Béatrice Stassen, échevine de l’Urbanisme, c’est en bonne partie parce que : « nous n’avons plus de terrains à vendre, et donc peu de nouvelles constructions. » La courbe pourrait cependant monter en flèche, « si l’on pouvait construire sur la Zone d’Aménagement Communal Concerté de la Driesch. Mais on n’a pas envie que la densité de l’habitat y soit excessive, car on est dans une commune rurale et on aimerait conserver ce caractère. Avec des terrains de 300 m2, on créerait de la promiscuité. On aimerait mieux que les gens aient un certain confort. » Ce qu’à la Région Wallonne, le ministre Henry a refusé, entre autres pour diminuer le prix des parcelles et favoriser une certaine mixité sociale : « il voulait 25 logements à l’hectare. Nous, on en veut entre 15 et 16. »

     

    On notera que huit entités francophones ont enregistré davantage de morts que de nouveau-nés en 2013. C’est le cas à Aubel (19), Limbourg (7), Malmedy (43), Olne (1), Stavelot (7), Stoumont (9), Plombières (4) et Spa (72).