Santé - Page 5

  • Les Cliniclowns ont besoin de vous

    image.jpg« Il ne suffit pas de mettre un nez rouge pour être un cliniclown ». Il y a plus de 15 ans qu’à Verviers des bénévoles jouent les clowns auprès des patients des cliniques et maisons de repos de la région. Ils font merveille, d’abord au chevet des enfants hospitalisés, puis, au fil des années, également auprès des adultes. Aujourd’hui, ils sont près de 80. « Et ce n’est pas suffisant pour répondre aux différentes demandes ». D’où la nécessité pour l’association de former régulièrement de nouveaux candidats. Une formation rigoureuse et approfondie qui a un coût : « Environ 1.000 euros par personne. À raison de deux week-ends intensifs, on leur enseigne les bases de tout bon clown : magie, sculpture de ballons, maquillage, comédie... Mais surtout, on leur apprend ce qu’il faut faire et ne pas faire en milieu hospitalier et comment gérer les situations difficiles et les émotions des patients... mais aussi les leurs. ». Apparus à la fin des années 80 aux USA, les Cliniclowns se sont implantés un peu partout en Belgique dès 1994. « Mais aujourd’hui, seule Cliniclowns-Verviers subsiste grâce aux dons et à la collecte de fonds avec la vente de nez rouges ». Une opération désormais bien rodée et qui se répète chaque année. « C’est ce week-end. Samedi, nous serons toute la journée au centre commercial Crescend’Eau et dimanche en matinée, une équipe sera à Spa et l’autre à Aubel ». Au programme des animations, de l’information et bien évidemment la vente de nez rouges, mais aussi de ballons et de badges pour la modique somme de 2 euros. Modique en effet en regard des énormes doses de tendresse, d’imagination et de drôlerie qu’ils offrent aux malades et aux personnes âgées de la région.

     

    À NOTER Dimanche 20/9 de 9h à 12h sur le marché d’Aubel.

  • 79,6: c'est l'espérance de vie à Aubel

    Capture d’écran 2015-07-30 à 07.49.17.png

    "La Meuse" du 30 juillet 2015 consacre 2 pages à l'expérience de vie comparée dans toutes les communes de Wallonie.

  • Egide Sebastian a fait don du projet de la nouvelle maison de repos de l'AIOMS

    Capture d’écran 2015-07-08 à 08.15.27.png

    La résidence portera le nom de sa fille 

    Le projet de cette nouvelle maison de repos située à la Calamine a été réalisé par Edige Sébastian, l’ancien président de l’AIOMS (Association In- tercommunale d’œuvres Médico-So- ciales) et actuel président du club de football de La Calamine.

    Il souhaitait que cet établissement soit construit sur un terrain au centre de la Calamine, sur fonds privés mais géré par une ASBL en étroite collaboration avec l’AIOMS. Pour lui, créer cet endroit était l’occasion d’accueillir des personnes âgées au sein d’une institution, mais aussi, de créer un emploi à sa fille, Leoni. En effet, celle-ci aurait pris la direction de la maison de repos.

    Malheureusement, sa fille Leoni est décédée dans un accident de voiture avant le début des travaux.
    En décembre 2014, après la perte tragique de sa fille, Égide Sébastian a décidé de ne plus suivre ce projet. C’est à ce moment-là, que le conseil d’administration de l’AIOMS s’est déclaré prêt à reprendre le projet. Quelques semaines plus tard, au tout début de l’année 2015, Egide Sébastian a fait don à l’AIOMS du terrain et des frais d’architecture dé- jà engagés pour les travaux.

    Pour le remercier d’avoir fait don de ce projet, l’AIOMS a proposé d’intituler la nouvelle maison de repos, qui accueillera 90 lits d’ici 2018, « Résidence Leoni ».

    Un bel hommage à sa fille trop tôt décédée. 

  • Le Mammobile à Aubel

    Capture d’écran 2015-06-01 à 09.07.28.png

    Le Mammobile sera présent rue de Battice, face au n°96 (près du Centre récréatif).

    Le service de Dépistage mobile de la Province de Liège sera dans votre commune du 16 au 18 juin 2015 avec le :

    Mammobile

    Celui-ci propose aux femmes dès 40 ans un dépistage gratuit du cancer du sein. Chaque année, 9000 femmes sont touchées par le cancer du sein, ce dernier est le cancer féminin le plus fréquent. Si vous êtes sensibilisée, venez nous rendre visite :

    Rue de Battice, face au n°96 (près du Centre récréatif)
    Mardi 16 juin 2015 : 09h00 à 12h00, 13h00 à 17h30, 18h00 à 20h00.
    Jeudi 18 juin 2015 : 09h00 à 12h00, 12h30 à 15h0.

    Rendez-vous OBLIGATOIRE au 04/237.94.84.

  • Un médecin aubelois s’associe au mouvement autour de José Munnix par une lettre

    « En 25 ans, je n’ai jamais vu une intoxication au Herve 

    image.jpg

    Le Dr. Léon Constant n’a jamais rencontré  de cas de listériose suite à l’ingestion d’un fromage de Herve, alors qu’il pratique depuis 25 ans. Dans une lettre en soutien au mouvement de soutien aux producteurs locaux, cet Aubelois témoigne aussi de la profonde détresse des agriculteurs et producteurs.

    Le mouvement de solidarité autour du producteur de Herve au lait cru José Munnix, et d’une manière plus générale autour de tous les petits image.jpgproducteurs locaux, s’étoffe de jour en jour. Jeudi matin, le collectif Alliance D19-20, actif dans la lutte contre l’austérité et les traités de libre- échange, réagissait aux déclarations du ministre Borsus venu à une réunion de conciliation entre l’Afsca, le producteur de fromage et d’autres interlocuteurs. D’après Willy Borsus, la bactérie listeria monocytogenes, trouvée dans des fromages de José Munnix à Herve, représente un danger réel pour la santé publique.

    « ON MANGE TELLEMENT ASEPTISÉ QUE NOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE FAIBLIT »

    Si tel est le cas et que le principe de précaution prévaut, le collectif demande au ministre d’être plus cohérent en interdisant toute une série de produits nocifs et pourtant en vente libre comme le tabac, les pesticides, les sodas, les produits aux taux de sucre impressionnants...

    Luc Hollands, agriculteur et membre d’Alliance D19-20, a exposé la problématique à son médecin Léon Constant, qui a accepté de prendre part à la cause en rédigeant une lettre.

    « En 25 ans, je n’ai jamais vu d’intoxication alimentaire au fromage de Herve. Par contre, j’en ai vu aux pitas, boulettes, frites et avec des produits de grands magasins pour lesquels il y avait eu une rupture dans la chaîne du froid. Ici, je ne comprends pas bien l’acharnement de l’Afsca », avoue le Dr. Léon Constant. « Évidemment, il y aura toujours un scientifique pour dire que même en faibles quantités la listéria représente un danger. » À cet égard, il fait le lien avec une nourriture de plus en plus aseptisée qui renforcerait la fragilité immunitaire des jeunes enfants et ferait exploser le nombre d’allergies alimentaires. « On nous fait man- ger tellement aseptisé que notre système immunitaire est d’autant plus diminué. C’est en tout cas mon impression clinique », estime Léon Constant.

    « JE NE COMPTE PLUS LES DÉPRESSIONS ET TENTATIVES DE SUICIDE DES AGRICULTEURS »

    Le médecin aubelois voit donc la constitution de produits locaux et de circuits courts comme des choses tout à fait positives pour les agriculteurs et pour l’alimen- tation. « C’est une alternative éco- nomique contre toute cette pro- duction effrénée qui ne les mène nulle part. Ils font des produits de grande qualité, il faudrait les aider plutôt que de leur mettre des bâtons dans les roues. »

    LA DÉTRESSE DES AGRICULTEURS

    Le cas de José Munnix, le médecin aubelois le rapproche à la situation de grave désespérance que connaissent de nombreux agriculteurs en cette période, sans cesse soumis aux contraintes de plus en plus pesantes de l’industrie. « J’ai écrit cette lettre parce que c’est assez symptomatique de ce que vivent les agriculteurs », confie Léon Constant. « Ces agriculteurs vivent des situations dramatiques et se retrouvent dans des problèmes financiers inextricables. » Il ne compte plus les cas de dépressions et les tentatives de suicides dans ce milieu. Face à cette détresse psychologique et à la précarité économique qui va avec, le médecin va communiquer cette lettre à l’attention des pouvoirs publics. 

    AURÉLIE FRANSOLET dans LA MEUSE du 22 mai 2015