Politique - Page 5

  • La liste emmenée par Jacques Piron est complète

    Voici quelques mois maintenant, nous vous annoncions qu’il y aurait bel et bien une seconde liste à Aubel lors des élections communales 2018. Il y aura Aubel Demain, la liste du bourgmestre Jean-Claude Meurens, qui devrait être dernier sur celle-ci (ndlr : certains disent qu’il ne sera même pas présent). Aubel Demain sera mené par Benoît Dorthu, en seconde place, on retrouvera Céline Hubin.

    Jacques Piron, actuel conseiller communal, emmènera la liste. © Lem

    Et à côté de la liste du bourgmestre, on retrouvera une liste d’opposition totalement remodelée, qui sera emmenée par Jacques Piron. Remodelée car seuls cinq Aubelois présents sur les listes en 2012 y figureront. Il y aura donc Jacques Piron, Thierry Mertens et Patricia Vanderheyden-Marchetti, actuels conseillers communaux d’Aubel Pluriel, le groupe d’opposition. Mais il y aura également Pierre Pesser et Léon Stassen, qui s’étaient eux présentés sous la bannière Aubel Demain en 2012.

    Lire la suite

  • Un tiers des bourgmestres ne briguent plus le poste

    Les élections, c’est dans 6 mois. Mais dès avant le scrutin, certaines communes se préparent déjà à changer de bourgmestre. Parce qu’ils estiment qu’ils ont passé l’âge, parce qu’ils ont envie de faire autre chose de leur vie ou parce qu’ils sont… obligés, six bourgmestres actuellement en place, peut-être sept, ne seront pas têtes de liste sur les 20 communes francophones de l’arrondissement.

    Jean-Claude Meurens (MR) a déjà assuré qu’il ne serait pas candidat à sa succession. Il occupe le fauteuil de bourgmestre depuis 1995. C’est Benoît Dorthu qui va mener la liste Aubel Demain, avec normalement Meurens en soutien.

    Didier d’Oultremont, Bourgmestre de Thimister-Clermont depuis 23 ans, n’a pas encore dit s’il allait briguer à nouveau le poste ou pas. Il entretient le mystère à ce sujet… et semble à présent un peu agacé quand on lui pose la question. Tous les autres seront tête de liste et auront l’ambition de continuer à être bourgmestre en 2019. Mais rien n’est acquis ; suite aux élections de 2012, neuf communes (sur les 20 francophones) avaient changé de bourgmestre… alors que trois bourgmestres seulement n’étaient pas candidats à leur propre succession. 

    Extraits d'un article de BRUNO BECKERS dans LA MEUSE VERVIERS du 16 avril 2018.

  • LA RIGUEUR SELON LE CABINET DUCARME

    Pas contents, les membres du cabinet du ministre Ducarme, épinglés cette semaine dans le cadre du rachat de l’entreprise Derwa et de la SPRL aubeloise Denis Baltus. D’où le communiqué envoyé ce vendredi matin, où le ministre assure que les non-conformités relevées au sein de l’entreprise aubeloise « relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur. » Et d’appeler aussi, dans le même communiqué, les médias « à d’avantage (sic) de rigueur dans le traitement de ces informations sensibles. » Ah oui, en parlant de rigueur, le cabinet du ministre évoque à chaque fois et ce à deux reprises dans son mail le dossier « Bathus » au lieu de « Baltus »…

    Dans la page " Ça va se savoir " de la MEUSE VERVIERS du 14 avril 2018.

  • Accusations de clientélisme à Aubel

    Activité électorale moyenne

    À Aubel, Léon Stassen a quitté les libéraux d’Aubel Demain pour rejoindre la liste d’ouverture de Jacques Piron avant d’être accusé par la majorité de clientélisme. Benoît Dortu sera la tête de liste d’Aubel Demain.

    D'une page de LA MEUSE VERVIERS du 14 avril 2018 concernant les élections communales dans l'arrondissement de Verviers.

  • On est les meilleurs trieurs européens

    HERVE ET AUBEL EN TÊTE

    Le passage aux conteneurs à puce d’Intradel donne toujours de bons résultats. Le conteneur vert est réservé aux déchets organiques et le noir aux déchets résiduels et 47 communes les utilisent.

    Pour Francis Geron, échevin aubelois, la deuxième place de sa commune doit aussi être nuancée un brin, car elle s’accompagne d’une augmentation du poids moyen de 3 %. Augmentation qui ne l’étonne pas car, quand on passe au conteneur, généralement, les citoyens font très attention. Puis, quand ils ont mesuré que l’ardoise n’est pas trop salée, ils ont tendance à baisser la garde.

    D'une page de MARC GÉRARDY ET YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 31 mars 2018.