Politique - Page 3

  • Béatrice Stassen-Weerts arrête

    Le journal "L'Avenir - Le Jour" annonce aujourd'hui que Béatrice Stassen-Weerts ne se présentera plus aux Capture d’écran 2018-03-06 à 08.00.35.pngprochaines élections. Après 18 de présence en politique à Aubel, elle aurait décidé d'arrêter.

    En fait, Béatrice Weerts avait même déjà commencé 6 ans plus tôt en était élue au C.P.A.S. des Fourons.

  • Le centre culturel dans l’ex-police, c’est non

    Le conseil communal de ce lundi a été rapide à Aubel, il n’y avait que très peu de points et ceux-ci ont tous été votés à l’unanimité, mais l’opposition a tout de même profité du conseil pour faire le point sur certains projets. Ainsi, Capture d’écran 2018-02-28 à 07.52.38.pngJacques Piron, du groupe Aubel Pluriel, a demandé où en était le dossier du centre culturel. « Ça suit son cours, explique Francis Geron, échevin des Travaux. On a le permis de bâtir depuis 15 jours, on doit maintenant finaliser le cahier des charges ». Le projet avance donc mais ne sera pas encore finalisé de suite, si bien que l’opposition a demandé s’il ne serait pas plus bénéfique d’attendre un peu et de voir s’il n’est pas possible de racheter l’ancienne gendarmerie, qui sera bientôt en vente, pour y mettre le futur centre culturel. « Il serait mieux intégré dans la ville », estime-t-il. La majorité a écarté cette possibilité « On perdrait du temps et de l’argent si l’on devait tout refaire », a conclu Francis Geron.

  • Léon Stassen réagit : « Ça ne me gêne pas »

    Clientéliste, Léon Stassen ? Il s’en défend et affirme que le communiqué du maïeur ne le gêne pas. « Mais je ne vais pas épiloguer », ajoute-t-il. Voici comment il interprète cette histoire de logement public attribué à sa sœur : « Sur la liste, elle était après une dame. Mais celle-ci n’était pas Aubeloise ». D’où le choix de la sœur du président du CPAS, en mars 2016. Une méthode pratiquée depuis belle lurette dans la commune, pour d’autres structures publiques aussi, selon Léon Stassen, « même si je ne pense pas que c’était inscrit quelque part ».

    Léon Stassen s’étonne que cette accusation de clientélisme lui ait été signifiée en août 2017, soit 17 mois après l’attribution du logement, alors qu’il était en vacances.

    Il admet que quand il a quitté la présidence du CPAS, il a été convenu au sein de la majorité qu’on évoquerait des « raisons familiales » pour justifier son départ. Ce qui n’était pas faux, mais laissait la porte ouverte à des interprétations moins sulfureuses. Pour Léon Stassen, ainsi, Aubel Demain, le groupe de Jean-Claude Meurens, évitait un grand déballage venant d’une formation d’opposition peu avant les communales d’octobre 2018. Aujourd’hui qu’il a choisi de revenir en politique, il regrette de ne pas avoir dévoilé tout de suite le contexte de son départ. Et pour ne pas donner l’impression d’avoir voulu à tout prix cacher cela, il a révélé de concert avec ses nouveaux colistiers lui-même cette affaire, jeudi. 

    (LA MEUSE VERVIERS du 24 février 2018)

  • Mise au point d'Aubel Demain

    Le groupe politique Aubel Demain tient à rectifier les informations publiées dans un communiqué de presse par Monsieur Léon Stassen, relatives à sa démission de la présidence du CPAS d'Aubel, mandat exécutif que lui avait confié notre groupe.

    Léon Stassen a - de sa seule initiative et sous sa propre autorité - attribué à sa soeur un logement public, au détriment d'un autre bénéficiaire inscrit préalablement sur la liste d'attente.  Le critère de la date d'inscription est déterminant dans l'ordre d'attribution des logements.

    Léon Stassen a reconnu cette situation explicitement dans un courriel qu'il m'a adressé.

    Lorsque notre groupe politique a été informé de cette pratique clientéliste, celle-ci a été unanimement condamnée. La confiance, élément moteur dans une équipe et vital pour le bon fonctionnement de notre commune, ayant été rompue, nous avons dès lors proposé à Monsieur Stassen de démissionner pour raison personnelle, plutôt que de subir un vote de défiance.

    Il a accepté notre proposition.

     Nous jugeons regrettable d'avoir à répondre par voie de communiqué à des allégations fantaisistes et orientées qui nuisent à la perception qu'a le citoyen de la politique, et des hommes et des femmes qui s'investissent sans compter pour leur commune.

    Cette mise au point nous semblait nécessaire.

    Ceci clôt, nous l'appelons de nos vœux, un triste épisode de la vie politique de notre village.

     

    Pour le groupe Aubel Demain,

    Jean-Claude Meurens,

    Bourgmestre.

  • Léon Stassen explique pourquoi il a dû démissionner du CPAS

    Capture d’écran 2018-02-23 à 08.19.41.pngDans un communiqué, Léon Stassen explique pourquoi il a démissionné de la présidence du CPAS. Sur fond d’une histoire de prétendu favoritisme pour l’octroi d’un logement : « Je voudrais revenir sur l’historique de ma démission en tant que président de CPAS (...). En janvier 2015, ma sœur s’inscrit pour réserver un bungalow au Clos Fleuri. A l’époque, tout comme elle, diverses personnes étaient inscrites pour les logements en ordre utile. En mars 2016, ma sœur, étant dans les conditions requises pour accéder au logement, prend l’occupation de son bungalow. En Août 2017, soit 15 mois après son installation, alors que j’étais en vacances, le bourgmestre m’a signalé qu’une erreur privilégiant ma sœur aurait été commise dans la liste des prioritaires pour l’attribution de ces bungalows. Suite à cela, toujours en mon absence, le bourgmestre ainsi que le directeur général ont réuni les échevins et conseillers de la majorité et, à l’unanimité, ont pris la décision de me demander de démissionner. Acculé, j’ai pris la décision de démissionner. Très sincèrement, je pensais qu’elle répondait aux critères prioritaires. Me tournant alors vers mon Directeur Général, je lui ai demandé de me donner la liste des inscriptions pour les occupations des bungalows. Il s’est avéré qu’il n’a jamais pu me procurer la liste des demandes… Je n’ai donc pas pu vérifier s’il y avait eu une erreur. (...)»

    Jean-Claude Meurens, le maïeur, voulait d’abord analyser ce texte avant de répondre. Un communiqué de la majorité devrait suivre d’ici peu.