Politique - Page 2

  • Les halls omnisports rénovés en mai 2019

    On en sait désormais un peu plus sur la date des travaux de rénovation des deux halls omnisports d’Aubel. En effet, la commune avait reçu un subside de 404.490 euros de la part de la Région wallonne pour financer des B2EE3BB8-B9D8-403A-86C2-D863DB3D5442.jpeginfrastructures sportives. Cet argent va servir à rénover les deux halls de la commune. Plus précisément à rénover les revêtements de sol de trois salles, les douches et l’éclairage. Ce lundi soir au conseil communal, les cahiers des charges et les conditions de marché ont été approuvés pour ces trois rénovations. Pour Freddy Lejeune, l’échevin des Sports, c’est une très bonne nouvelle. « Les trois points ont été approuvés sans aucune difficulté. Début 2018, le cahier des charges et les conditions de marché avaient été refusés car c’était un marché global. Cette fois-ci, nous avons séparé les trois marchés pour que chaque rénovation soit réalisée par un expert spécifique », précise l’échevin. L’appel d’offres pourra donc bientôt être lancé. En ce qui concerne les travaux, ils devraient commencer pile dans un an, mi- mai 2019, à l’entre-saison pour éviter que ça ne pénalise la saison des clubs sportifs. « Ça va concerner d’abord l’ancien hall (NDLR : appelé hall vert), qui date de 30 ans. On va rénover le revêtement de sol de la salle principale et de la salle du tennis de table à l’étage. On va aussi refaire les douches, ainsi que l’éclairage pour faire des économies d’énergie en mettant des détecteurs de présence par exemple », expliquait l’échevin. Le revêtement de la salle principale du deuxième hall (le hall bleu) sera lui aussi rénové. Le hall bleu aura un revêtement spécialement étudié pour le volley, alors que l’autre sera plutôt dédié au basket.

    O.G. dans LA MEUSE VERVIERS du 30 mai 2018

     

     

  • Pension complémentaire : une prime de 200 € par agent communal

    La ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue, vient de libérer une enveloppe de quelque 40 millions E86B6AF3-9C0A-4045-8D06-8DD67656AFED.jpegd’euros à destination des communes, CPAS et intercommunales afin de leur octroyer une prime si un plan de pension complémentaire a été contracté pour leurs agents non nommés. En province de Liège, Anthisnes, Aubel, Clavier, Herve, Remicourt, Stavelot, Waimes et la commune bassimosane de Dalhem ont franchi le pas et peuvent espérer une prime de 200€ par agent.

    Stavelot et Waimes figurent parmi les trois communes qui chouchoutent le plus les pensions des travailleurs de leurs administrations (commune et CPAS). Elles ont en effet mis sur pied un système de pension complémentaire pour leurs agents contractuels (non-nommés).


    D’autres communes, comme Aubel ou Herve ont franchi le pas. Mais, seules Stavelot et Waimes, sur l’arrondissement de Verviers, ont opté pour le taux le plus élevé : 3 %. En Wallonie, seule Beauvechain les dépasse avec un taux de 6%.

    Lire la suite

  • La nouvelle incompatibilité voulue par Galant menace Benoît Dorthu

    D1EA3841-F870-4356-8A68-DF98F2BC0C1E.jpegSi la proposition de Jacqueline Galant passait, un régional pourrait être concerné. Il n’est pas encore élu mais le sera plus que vraisemblablement au sortir du prochain scrutin : il s’agit de Benoît Dorthu, tête de liste d’Aubel Demain.
    Celui qui a déjà été échevin aubelois de 2001 à 2006, est actuellement receveur régional. Il est donc chargé de la fonction de directeur financier dans plusieurs communes, comme Olne ou Limbourg. Il est aussi candidat bourg- mestre à Aubel.
    « Parfois, on se dit qu’on veut laver plus blanc que blanc », réagit-il brièvement, depuis l’étranger, à cette proposition déposée par l’ancienne ministre Galant. « Quand on est receveur, ce sont des armes, une expertise qu’on a pour être mandataire. Quel serait l’intérêt de s’en passer ? », se demande-t-il. 

    B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 12 mai 2018

  • La liste emmenée par Jacques Piron est complète

    Voici quelques mois maintenant, nous vous annoncions qu’il y aurait bel et bien une seconde liste à Aubel lors des élections communales 2018. Il y aura Aubel Demain, la liste du bourgmestre Jean-Claude Meurens, qui devrait être dernier sur celle-ci (ndlr : certains disent qu’il ne sera même pas présent). Aubel Demain sera mené par Benoît Dorthu, en seconde place, on retrouvera Céline Hubin.

    Jacques Piron, actuel conseiller communal, emmènera la liste. © Lem

    Et à côté de la liste du bourgmestre, on retrouvera une liste d’opposition totalement remodelée, qui sera emmenée par Jacques Piron. Remodelée car seuls cinq Aubelois présents sur les listes en 2012 y figureront. Il y aura donc Jacques Piron, Thierry Mertens et Patricia Vanderheyden-Marchetti, actuels conseillers communaux d’Aubel Pluriel, le groupe d’opposition. Mais il y aura également Pierre Pesser et Léon Stassen, qui s’étaient eux présentés sous la bannière Aubel Demain en 2012.

    Lire la suite

  • Un tiers des bourgmestres ne briguent plus le poste

    Les élections, c’est dans 6 mois. Mais dès avant le scrutin, certaines communes se préparent déjà à changer de bourgmestre. Parce qu’ils estiment qu’ils ont passé l’âge, parce qu’ils ont envie de faire autre chose de leur vie ou parce qu’ils sont… obligés, six bourgmestres actuellement en place, peut-être sept, ne seront pas têtes de liste sur les 20 communes francophones de l’arrondissement.

    Jean-Claude Meurens (MR) a déjà assuré qu’il ne serait pas candidat à sa succession. Il occupe le fauteuil de bourgmestre depuis 1995. C’est Benoît Dorthu qui va mener la liste Aubel Demain, avec normalement Meurens en soutien.

    Didier d’Oultremont, Bourgmestre de Thimister-Clermont depuis 23 ans, n’a pas encore dit s’il allait briguer à nouveau le poste ou pas. Il entretient le mystère à ce sujet… et semble à présent un peu agacé quand on lui pose la question. Tous les autres seront tête de liste et auront l’ambition de continuer à être bourgmestre en 2019. Mais rien n’est acquis ; suite aux élections de 2012, neuf communes (sur les 20 francophones) avaient changé de bourgmestre… alors que trois bourgmestres seulement n’étaient pas candidats à leur propre succession. 

    Extraits d'un article de BRUNO BECKERS dans LA MEUSE VERVIERS du 16 avril 2018.