Mobilité - Page 2

  • Le SPW replante le long de la RN 608 à Warsage-Bombaye

    Cela va bientôt faire un an que les parents de Benjamin, Séverine Penay et Thierry Trefois, sont décédés dans un terrible accident de voiture à Dalhem.
    Un arbre s’est abattu sur la voiture des Aubelois alors qu’ils rentraient chez eux un soir de tempête. Aujourd’hui, Benjamin est en colère. Ce jeune Aubelois de presque 17 ans a décidé de pousser un coup de gueule contre le SPW sur les réseaux sociaux. Une décision qu’il a prise après avoir constaté que le SPW a replanté des arbres le long de la route nationale à Dalhem. «Ils n’ont toujours pas compris que les arbres en bord de route sont dangereux », s’emporte-t-il. Et la dangerosité de cette route, il la connaît malheureusement bien. C’est entre Berneau et Warsage que ses parents sont décédés, voici bientôt un an.
    Un arbre s’est abattu sur leur voiture un soir de tempête, alors qu’ils rentraient chez eux.
    L’accident avait provoqué un tollé dans la région. Les autorités communales dalhemoises réclamaient depuis des mois que le Service Public de Wallonie inspecte et coupe les arbres qui bordent la chaussée, en fin
    de vie pour la plupart.
    « J’AI PEUR POUR LES AUTRES »
    Après l’accident de nombreux arbres ont été abattus. Sauf que cette semaine, Benjamin Trefois s’est rendu compte que de nouveaux arbres ont été replantés.
    Une décision qu’il ne comprend absolument pas. «Ils replantent des chênes en bord de route, ça devient aussi gros que des platanes, ce n’est pas possible.
    Je trouve que c’est une très mauvaise idée vu l’entretien que le SPW a apporté aux derniers arbres qui ont bordé cette route », estime le jeune homme. «Ils ne seront pas entretenus, vont pourrir, et avec de la chance, ils tomberont sur la route, avec de la malchance ils tomberont sur une voiture, comme pour mes parents. J’ai peur qu’il arrive à d’autres ce qui est arrivé à mes parents. Au final, le SPW a attendu qu’il y ait un drame pour couper les arbres. »
    Du côté du SPW, on comprend la position du jeune homme.
    «Dès qu’on touche à des arbres d’alignement, il y a des gens qui se manifestent en disant que c’était plus beau avant mais ça dépend évidemment de quel point de vue on se place. C’est normal que le fils de la victime ne voit pas ça d’un bon œil mais, dans ce cas-ci, on se conforme au prescrit urbanistique qui prévoit que tout arbre abattu soit replanté, c’est une obligation », explique la porte-parole du SPW, Laurence Zanchetta.

    Warsage2.JPG


    Le type d’arbre planté a été scrupuleusement choisi par le SPW. «On a choisi un type d’arbre résistant parce que c’est un plateau où il y a beaucoup de vent et ils vont être positionnés à l’opposé du vent dominant. »
    D’autres travaux de sécurisation sont prévus pour l’automne.
    «On attend encore le permis d’urbanisme mais il est prévu d’élargir la route. Il y aura une piste cyclable et une glissière de sécurité à côté », conclut la porte-parole.

    VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE du 7 février 2018

  • Résultats contrôle GOCA

    Ce 1er semestre 2017, les accidents avec lésions corporelles impliquant des poids lourds ont augmenté de 11,5% en Province de Liège (+3,5% pour la Belgique).
    Les accidents de la route impliquant des camions occasionnent des dégâts corporels beaucoup plus importants que quand ils n'impliquent que des automobiles. Ceux-ci sont 3,4 fois plus graves que l'ensemble des accidents de la route.
    Parmi les causes de ces accidents, outre les comportements inadaptés (vitesse, alcool, fatigue, angles morts...), l'état du véhicule est à prendre en considération.
    C'est dans ce cadre que la zone de police du Pays de Herve effectue des contrôles routiers en partenariat avec le GOCA (GROUPEMENT DES ENTREPRISES AGRÉÉES POUR LE CONTRÔLE AUTOMOBILE ET LE PERMIS DE CONDUIRE).

    Ce 15/01/18 la zone de police du pays de Herve en collaboration avec la police fédérale et la région wallonne a organisé un contrôle avec le service mobile du contrôle technique (GOCA).

    En tout, ce sont 36 camions qui ont été soumis à un contrôle technique approfondi.

    Lire la suite

  • -40 % d’excès de vitesse sur le plateau

    En diminution sur la zone du Pays de Herve, en augmentation sur la zone Vesdre… Autant dire qu’il n’y a pas vraiment de constante pour le dernier rapport diffusé par la police fédérale, concernant le nombre d’infractions routières constatées sur nos zones de police, si ce n’est que la vitesse est bien souvent à l’origine des chiffres et des tendances. Au Pays de Herve, par rapport au dernier semestre 2016, une diminution de 40 % du nombre de P.-V. pour excès de vitesse est constatée. Mais les chiffres peuvent parfois être trompeurs. Explications.

    Un article de V.M. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 janvier 2017.

  • Campagne BOB

    La campagne BOB hivernale débute ce 27 novembre 2017 pour se clôturer le 14 janvier 2018.

    La zone de police du pays de Herve organisera plusieurs contrôles ciblés... Vous voilà prévenus...

    Chaque année, les chiffres montrent que la combinaison sensibilisation/contrôles produit des résultats efficaces. Lors de la campagne précédente, 122.075 conducteurs ont été soumis à un contrôle en Wallonie et 2,8% de ceux-ci roulaient sous influence de l'alcool (contre 3.2 % l'année précédente).

    Pendant la campagne BOB, près de 13% des conducteurs impliqués dans un accident corporel avaient une alcoolémie supérieure à 0,5‰. Cela témoigne du lien entre conduite sous influence et risque d'accident. Un conducteur avec un taux d'alcool supérieur à 0,5‰ court 5 à 6 fois plus de risques d'avoir un accident avec dommages corporels qu'un conducteur sobre.

    Bonne route et soyez prudents !

  • La lenteur flamande menace l'aménagement du carrefour de Hagelstein

    Depuis mai 2017, le SPW attend l'estimation des expropriations à faire sur les parcelles situées sur le territoire fouronnais. A ce jour, il n'aurait rien reçu de la part des administrations flamandes.

    Le projet d'aménagement est pourtant repris dans le cadre du plan d'infrastructure 2016-2019 et doit être totalement exécuté et payé pour 2019. Sachant qu'il faut encore demander des permis d'urbanisme, exproprier des terrains et une maison, et vu le temps qu'il reste, le SPW s'inquiète et menace: "si un accord n'est pas trouvé cette année, le budget sera réaffecté pour un autre projet". Et on sait que ça ne manque pas.