Jeunesse - Page 4

  • JOBS pour étudiants: arracher la balsamine

    RÉGION VERVIÉTOISE – JOBS

    Des étudiants pour arracher la balsamine, une plante invasive 

    Animer des enfants, encaisser des clients,Balsamine_Capture-d’écran-2014-05-26-à-09.32.13.jpg

    emballer des fromages : autant de jobs d’étudiants banals à côté de ce que propose l’ASBL « Contrat de rivière Meuse aval et affluents ».
    Celle-ci vient de lancer un appel via les communes pour l’engage
    ment d’étudiants durant l’été. Ces derniers auront la tâche originale d’arracher la balsamine de l’Himalaya : une des trois grandes plantes invasives qui nuit à la bio- diversité locale.

    Malgré l’absence de subsides cette année, l’ASBL « Contrat de rivière Meuse aval et affluents » va engager des étudiants de mi-juin à mi-août pour arracher des plantes invasives.
    «
    L’an dernier, nous avons commencé et on a pu nettoyer 64 km de cours d’eau, multiplié par deux puisqu’il y a deux berges, c’est déjà pas mal », juge Edmée Lambert, coordinatrice principale de l’ASBL. Chez nous, la Gueule (Plombières, Welkenraedt, Raeren, Lont
    zen, La Calamine) et la Berwinne (Aubel, Herve, Thimister-Clermont) sont les deux cours d’eau concernés par l’action.

    Pour rappel, les plantes invasives ce sont la renouée du Japon (sorte de bambou que l’on trouve à foison le long de la ligne 38), la berce du Caucase (dont la plus grande colonie de Wallonie se trouve à l’ancienne sablière de La Calamine) et la balsamine de l’Himalaya (avec ses fleurs roses) . C’est cette dernière que traqueront les étudiants cet été.

    Contrairement à la berce du Caucase dont la sève provoque de sévères brûlures, la balsamine ne présente aucun danger pour l’homme. Pour les étudiants, il s’agira donc simplement d’arracher les plantes qui seront ensuite brûlées. « En trois ans, on peut déjà en être maître à certaines endroits, explique Edmée Lambert. C’est pour ça que c’est important de poursuivre notre action. » 

  • 4 Aubelois sur le podium

    SKILLSBELGIUM 

    Les champions belges des métiers ont été dévoilés le 21 mars suite au concours Skillsbelgium.  

    Skillsbelgium.jpg

    Quatre de ces lauréats viennent d’Aubel. Dylan Schyns grimpe sur la première marche du podium dans la catégorie des technologies du froid, Jordan Van Laar le suit dans cette même catégorie à la troisième place. Florian Salvat détient la médaille d’argent en infographie tandis que Vincent Delhaye obtient l’or en installations électriques. 

     

  • Journée de défis pour le Télévie

    IMG_5485-(FILEminimizer).jpg

    Vont-ils vaincre ce monstre ? 

    Journée magnifique pour les élèves de l’école libre d’Aubel et de l’école du bac de Fléron ce vendredi 14 mars.  C’était en effet leur traditionnelle journée des défis au profit du Télévie.

    Les étudiants de 1è année de la haute école HELMo, section éducation physique de Loncin, avaient préparé une trentaine de défis sportifs dans les différentes salles du hall omnisports d’Aubel.

    IMG_5507-(FILEminimizer).jpg

    La jolie princesse, prête à aider les petits

    Plus de 400 élèves, répartis en 54 équipes, ont essayé de relever ces défis dans une ambiance de bonne humeur et de joie.  Le thème de la journée étant les contes et légendes, nous avons eu l’occasion de croiser des jolies princesses, robin des bois, un lapin toujours en retard, un ogre affamé, le petit poucet, et surtout, le grand méchant loup…

    IMG_5519-(FILEminimizer).jpg

    Une équipe se prépare à affronter les templiers

    IMG_5551-(FILEminimizer).jpg

    Les élèves de maternelles n'ont plus peur du loup

    Pour réussir toutes ces épreuves, il fallait faire preuve de courage, d’agilité, de force, mais aussi de réflexion et surtout de collaboration.  Bref, une journée sportive qui permettait également aux élèves de grandir.

    IMG_5560-(FILEminimizer).jpg

    La journée est terminée, on attend pour découvrir le montant

    Mais, pour pouvoir aider le Télévie, et pour récolter de l’argent pour aider à la recherche, tous les élèves avaient un premier défi à réaliser, il fallait se faire parrainer.  Ils sont donc allés à la rencontre des Aubelois, des Fléronnais,… pour expliquer l’objectif de leur action, et au total, ils ont récolté la coquette somme de 13.052 Euros.

    IMG_5565-(FILEminimizer).jpg

    Les étudiants de HELMo Loncin dévoilent le chèque

    Une jolie somme qui ira grossir le montant total du Télévie.  Le chèque des aubelois sera remis le samedi 26 avril lors de la journée du Télévie.

    Plus de photos sur www.écolelibredaubel.be

  • "Neknomination", un jeu d'alcool qui n'est pas sans danger...

    Nek.jpg

    Le Neknomination est le nouveau jeu à boire qui se répand comme une traînée de poudre sur le web, notamment via les réseaux sociaux.

    Mais quels en sont les dangers ?
    Le Neknomination est une nouvelle variante du Binge Drinking qui consiste à filmer sa biture express dans une situation loufoque, par exemple devant un monument célèbre, ou la tête en bas tenu par deux copains... mais également avant de sauter d'un pont dans une rivière, en dévalant une pente sur un skate, en faisant du surf, en conduisant une moto etc etc...ensuite lorsque vous avez réalisé ce "challenge" vous nommez trois autres personnes qui doivent à leur tour réaliser leur défi...
    Pour ne pas faire tomber à l'eau l'exploit alcoolique, la vidéo doit ensuite être postée sur un réseau social.

    Si certaines mises en scènes sont plutôt soft, d'autres sont pour le moins inquiétantes et complètement stupides. En Irlande, les décès récents de deux jeunes ont été imputés à la pratique de "neknomination".

    Sans surprise, ce jeu touche une population jeune, donc plus fragile. Il s'agit clairement d'une recherche de sensations fortes, à laquelle, vous ajoutez également une recherche de reconnaissance du groupe, de succès sur le réseau social "moi, je l'ai fait",...

    Cette forme de Binge Drinking donne au jeune l'impression d'être surpuissant, de surpasser sa peur du danger via le groupe, qui stimule et donne confiance en soi.

    C'est la compétition de l'excès. Compétition qui via la culture web est partagée et attire un public (non averti) toujours plus jeune.

    Qui est responsable ? Plusieurs facteurs rentrent en compte. 
    Tout d'abord le marketing de l'alcool chez les jeunes.
    Les jeunes filles, par exemple, sont devenues la cible d'un marketing adapté, qui est à la fois tendance et agressif.
    L'autre facteur est sociétal, il faut le dire, on a une tolérance culturelle vis-à-vis de l'alcool, notamment au sein de la famille.
    Le rôle des parents, dans les habitudes de consommation, est là essentiel!

    Si votre (vos) adolescent(s) vous inquiète(nt) en adoptant ou en louant ces comportements à risque, si vous craignez l’installation insidieuse d'une dépendance, n'hésitez pas à contacter le service OPENADO de la Province de Liège au 04/237.93.18 http://www.provincedeliege.be/openado
    ou l'assistante sociale de la Zone de Police Pays de Herve au 087/343.620 qui vous orientera vers les services adaptés à la problématique rencontrée.