Histoire - Page 5

  • Un livre en l’honneur du moulin de Val-Dieu

    Ça faisait longtemp que Philippe Van Laethem ainsi que les autres propriétaires du moulin de Val-Dieu avaient envie de rendre hommage à ce bel édifice. « Le moulin est aussi âgé que l’abbaye puisqu’il fête également ses 800 ans cette année. On a entrepris les premières recherches en 1993 mais on n’a jamais trouvé l’occasion d’écrire jusqu’ici. C’est en 2014 qu’on s’est lancés dans l’écriture, on voulait vraiment terminer le livre pour le 800e anniversaire. »

    Et, pourtant, le Moulin a également son histoire à raconter. « En 800 ans, il n’a jamais cessé de fonctionner. Or, si de nombreux ouvrages ont été consacrés à l’abbaye de Val-Dieu, aucun n’a jamais fait écho du moulin. On a mentionné qu’il existait dans quelques ouvrages mais sans plus. C’est pourquoi il semblait intéressant de se pencher sur son histoire. » Sa belle épopée commence donc en 1216, « même s’il est possible, qu’à cette époque, il occupait une autre place que son actuelle », ajoute l’un des auteurs. Le moulin a ensuite tracé son chemin et en 1731, le bâtiment actuel est construit. Puis milieu du 19e siècle, l’ancienne mouture en bois est remplacée par un mécanisme métallique. Aujourd’hui, le moulin fonctionne toujours et, grâce à une turbine hydroélectrique, fournit d’ailleurs 20 % de la consommation électrique de la meunerie. Les activités du moulin se sont également diversifiées puisque, aujourd’hui, un restaurant et un musée font, entre autres, partie du moulin. 

    L.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 20 juillet 2016

    Lire la suite

  • La gastronomie d’antan

    Savoureux recueil que celui que vient de sortir la Société d’Histoire et d’Archéologie du Plateau de Herve. Au gré d’articles de Thomas Lambiet, Fabienne Effertz, Francis Polrot, Joseph Jacob, André Moureau, Joseph Andrien et Jean Rennotte, ce petit volume retrace le passé des fleurons de notre gastronomie et de notre agriculture régionales. Morceaux choisis et anecdotes de ce recueil insolite. 

    • Jusqu’au 16 e siècle, le Pays de Herve est essentiellement couvert de champs, pour les parties exploitées, et l’habitat y est groupé. On ne trouve que quelques prés à faucher dans les fonds humides. Mais cela change au 16e, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il faut payer la dîme (la dixième partie de la production) pour les céréales. Ensuite parce que dans l’ancien duché de Limbourg, l’empereur Charles Quint permet d’exporter, en 1548, les produits de l’élevage. Le même interdit l’exportation du blé vers les Pays-Bas voisins et donc, naturellement, les fermiers réduiront la surface des champs. Enfin, des villes comme Liège, Maastricht ou Verviers demandent à consommer plus de viande et de produits laitiers. C’est à Bolland que l’on semble avoir commencé à multiplier les pâturages. Aubel suit rapidement : entre 1566 et 1586, on a 76 % de pâturages pour les parcelles exploitées. En 1683, 93 % des terres du ban de Herve sont des prairies. En 1370, c’était 35 % à peine...
    • La vache pie noire ne remonte pas à Mathusalem. On ne l’introduit qu’à la fin du 19e siècle. Avant, les bovins étaient à poil fauve. Les chevaux, eux, étaient petits et provenaient de Suisse ou des Vosges.

    Lire la suite

  • Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve

    Le récent bulletin (n° 96) de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve est consacré aux produits du terroir du Plateau de Herve, avec notamment des articles (de Thomas Lambiet, Francis Polrojt, Fabienne Effertz, Joseph Jacob, Joseph Andrien, Jean Rennotte, André Moureau, Gilles Monville) sur:

    • la vie dans les campagnes des Pays d'Outre-Meuse
    • l'évolution du paysage agricole
    • les fermes
    • l'évolution de la production du fromage de Herve
    • le "Herve" fabriqué en Bavière
    • les outils de nos fermes
    • la bière
    • le sirop
    • le cidre
    • la culture de la vigne
    • "dès frût' èt dès frûtèdjes"
    • la meunerie
    • l'élevage des bovins, principalement du XVIIe au XIXe siècle

    Une publication éclectique qui reflète la richesse de notre histoire locale. 144 pages en quadrichromie. 

    Cette publication est envoyée aux membres en ordre de cotisation pour l'année 2015 (18 euros). Elle peut aussi être envoyée à toute personne n'étant pas membre de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve. Le prix de vente est de 19 euros (+ éventuellement 3,45 euros de frais de port).

     

    Lire la suite

  • Que faire des 7.000 euros restant de la FONDATION FRANK KEATON ?

    Ce samedi, c’était le Memorial Day au cimetière américain d’Henri-Chapelle. Mais au fait, où en est-on avec la fondation Frank Keaton, créée par l’épouse de ce membre du médical Bataillon de membre du médical Bataillon de la 30e division d'infanterie de l'Armmée Américaine qui avait sauvé Aubel à l'époque ? C’est la question que se pose le conseiller communal Pierre Fesser.
    Madame Keaton avait fait un don d'une somme de 10.000 dollars à la commune d’Aubel en 2003 pour ériger un monument en l'honneur de son mari. C’est chose faite depuis 2004 place de la Victoire. Mais il reste encore 7.000 euros, qui devaient servir à un ouvrage retraçant l'histoire de la seconde guerre mondiale tout en mettant en exergue Aubel et sa région.

    Malheureusement ce dernier n’a jamais vu le jour et le conseiller aubelois se dit qu’il serait opportun d’utiliser cette somme rondelette pour un autre projet. « Il y a un homme de Fouron qui a un petit musée qui évoque la division qui avait sauvé Aubel. Ce serait peut-être bien de lui venir en aide ou alors de trouver un autre moyen de commémorer notre histoire », explique-t-il. Cependant, l’association les amitiés Américano-Aubeloises en charge de la fondation n’existe pratiquement plus. Il faudra donc attendre quelques recherches pour savoir où en est la somme exactement et quelles sont les différentes solutions et conditions quant à la vue d’un possible investissement... 

    M.B. sans LA MEUSE VERVIERS du 1er juin 2016

  • Colloque international à l'occasion de la sortie de presse des inventaires de Bruno Dumont sur les archives des institutions (États, cadastre thérésien, etc.) du duché.

    Sous l’Ancien Régime, la province de Limbourg constitue une des dix-sept provinces des Pays-Bas espagnols, puis autrichiens. C’est en réalité un ensemble de caractère fédéral qui rassemble quatre composantes bien distinctes : le duché de Limbourg, le pays de Dalhem, le pays de Valken- burg (Fauquemont) et le pays de ’s-Hertogenrade (Rolduc). Par ailleurs, ces pays s’inscrivent dans la région naturelle d’Entre-Meuse-et-Rhin, caracté- risée ici par la présence, à leurs bordures, de villes importantes comme Maas- tricht, Aix-la-Chapelle, Verviers et Liège. Un particularisme bien marqué, au plan tant politique et socio-économique que culturel, s’en dégagera.

    À l’occasion de la publication par les Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces de plusieurs inventaires importants réalisés par Bruno DUMONT et Sébastien DUBOIS et portant sur les archives des institutions limbourgeoises d’Ancien Régime, les Archives de l’État à Liège et le Regionaal Historisch Centrum Limburg (RHCL) de Maastricht organisent un colloque international les lundi 23 et mardi 24 mai 2016 à Liège et à Maastricht.

    Pour lire plus d'informations à ce sujet, cliquez ici.